Top Banner
Les mineurs et la cybercriminalité au Maroc ain Centre pour la Liberté des Médias au Moyen Orient et en Afrique du Nord Les mineurs et la cybercriminalité au Maroc Septembre 2006 CMF MENA Septembre 2006
45

Crime Internet Fr

Jun 27, 2015

ReportDownload

Documents

red12pac

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

ain

Centre pour la Libert des Mdiasau Moyen Orient et en Afrique du Nord

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Septembre 2006

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Le Centre pour la Libert des Mdias prsente ses remerciements toute personne ayant contribu dans llaboration de cette tude : Omar Lbachirt, Said Salmi. Le centre remercie galement Mme Naoual Bennani et Amina Regragui qui se sont occupes du traitement des rsultats du questionnaire et Mme Argina Dor Geeva, qui a aid la collecte des informations prliminaires de cette tude. Le Centre prsente ses remerciements au Programme dInformation de lInstitut International Open Society Institute Londres. Le prsent rapport nadopte pas lapproche de linterdiction et de la censure, portant atteinte la libert dexpression et de la circulation des informations, mais plutt celle de la sensibilisation et de linstauration dun dbat entre toutes les parties concernes, et notamment lincitation des institutions de la socit civile sintresser ce sujet et tirer profit des expriences associatives trangres.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Prambule

Introduction

Propositions

Crimes cyberntiques : ..

Cas

enregistrs

au

Maroc.

Rsultats du denqute

questionnaire

Quest-ce quun cyberntique ?.....................................................

crime

Genre de crimes victimes.

portant

atteinte

aux

Guide pour les parents, jeunes

les

enfants

et

les

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Prambule Il est vrai que la technologie de linformation connat actuellement une volution qui montre crescendo et a rvolutionn le monde de la communication et de lchange de linformation et du savoir. Mais il est aussi vrai que cette volution prsente de nombreux dsavantages du fait quelle ait donn naissance une nouvelle criminalit. Les experts reconnaissent aujourdhui que pour certaines bandes criminelles, Internet est devenu le moyen privilgi pour perptrer des toute sorte de dlits, dont les plus graves tournent autour de lexploitation sexuelle des enfants, larnaque des grandes firmes, le vol dinformations bancaires ou encore la destruction de systmes dinformation. Le crime via Internet a outrepass les frontires gographiques et commence utiliser des techniques trs dveloppes, difficilement contrlables mme par les pays qui disposent dune technologie de pointe. Parmi les crimes le plus dangereux qui suscitent une attention particulire, il y a lieu de citer ceux dont sont victimes les mineurs. De nombreux rapports labors de par le monde, dont certains manant dorganismes comme le Centre National Amricain des Enfants Kidnapps et ports disparus, signalent que le taux dexploitation sexuelle des enfants via Internet devient de plus en plus important et que les sites ddis la pdophilie ont enregistr entre 2004 et 2005 une hausse de 400%. Cette profusion alarmante de la cybercriminalit sest vue accompagne par la mise en place de tout un arsenal juridique en la matire, ainsi que ladoption de politiques ducatives et pdagogiques destines aux enfants, parents et ducateurs. Par ailleurs, dans de nombreux pays, des associations civiles ont vu le jour dans le but de sensibiliser les enfants et

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

les parents quant aux dangers de la cybercriminalit et de prconiser les moyens susceptibles de les contrecarrer. Ceci dit, le Maroc na pas t labri de ce genre de crimes, du fait que de nombreux cas ont t enregistrs ces dernires annes. Malheureusement, lapproche des autorits pour traiter ce problme sest limite laspect scuritaire, sans pour autant inciter la socit civile et les mdias pour la mise en places de programmes visant identifier les risques engendrs par ces crimes et sensibiliser les mineurs et les jeunes. Ce rapport aussi modeste soit-il, ne se propose pas dadopter une approche dinterdiction et de censure portant atteinte la libert dexpression et la circulation de linformation, mais plutt de tirer la sonnette dalarme, dinstaurer le dialogue entre toutes les parties concernes, de susciter notamment lintrt de la socit civile en la matire et de tirer profit des expriences associatives trangres. Said Salmi Directeur Excutif du Centre de la Libert des Mdias

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Introduction Au cours dune seule anne et dans mois de deux mois, entre juillet et septembre 2005, lopinion publique marocaine a t branle par deux affaires scandaleuses qui ont fait couler beaucoup dencre et mis le Maroc au-devant de la scne mdiatique et des confrences internationales. Il sagit du jeune marocain Farid alias Diablo qui a pu secouer le FBI en parvenant mettre hors marche le rseau informatique dimportantes chanes de tlvision, socits amricaines et aroports. Cette affaire a t suivie par celle des CD-Rom dAgadir, connue par le scandale du journaliste Servaty , qui a publi sur le net des photos pornographiques de jeunes filles, dont une mineure. Ces deux scandales qui ont dfray la chronique sur les plans national et international, ont ainsi permis lopinion publique de dcouvrir, peut-tre pour la premire fois, lexistence dune nouvelle criminalit lie au Web. Laffaire Diabolo ou Zotob et celle dite Servaty , entre autres quont connu ultrieurement certaines villes marocaines, ont attir lattention sur les dangers que lInternet, notamment auprs des enfants et des jeunes, pour lesquels lespace du Net est devenu une nouvelle tendance en sus des activits ducatives et des loisirs. Mais, cet espace nest pas labri des dangers et de lutilisation illgale, labsence de la prise de conscience et de la sensibilisation. Le Maroc a connu ces dernires annes environ 7 affaires lies lInternet, dont ont t victimes ou encore auteurs des enfants. Tarik Sadi, lauteur du site emarakech , estime que lInternet a mis la porte de tout le monde la permissivit sous toutes ses formes (photos, vidos, etc.). Ceci est dautant plus grave pour une socit conservatrice et complexe comme la socit marocaine. Il ajoute que le scandale des CD-Rom pornographiques dAgadir et ceux des autres villes marocaines, ainsi que les sites pornographiques marocains, sont autant dlments qui tmoignent du caractre rel de ce type de criminalit. surtout en

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Najat Anwar, Prsidente de lassociation Touches pas mon fils, affirme quInternet prsente de nombreux aspects positifs, mais le problme rside dans la difficult dviter les risques. Elle ajoute quInternet offre en matire de crimes sexuels, la possibilit dtablir une communication rapide et confidentielle, ce qui fait en sorte que les enfants et les jeunes deviennent une proie facile pour les personnes qui sadonnent ce genre de crimes. Abdelkader Elaine, rdacteur en chef de Casanet, confirme, quant lui que le Maroc linstar des autres pays nest pas labri de la cybercriminalit. Ce qui sest pass avec le jeune marocain qui a cre le virus Zotob est une preuve concluante que la menace peut galement maner du Maroc. Pat ailleurs, ces crimes peuvent affecter la relation quentretient ladministration marocaine avec la population via Internet, dans le cadre de sa politique douverture. Mohamed Bahaj, conseiller du ministre de lducation nationale, prcise que, selon une enqute mene par luniversit de Lancashire, un sur cinq salons de Chat sont frquents par des enfants de 9 16. Il ajoute que le problme majeur rside dans le fait que ces enfants entretiennent une discussion personnelle linsu de leurs tuteurs. La plupart des cas enregistrs au Royaume jusqu prsent, tel quil sera expos en dtail, confirment que les mineurs sont les premiers victimes de ce genre de crimes et dmontrent la dfaillance de la lgislation marocaine et labsence dune prise en conscience et dune sensibilisation. Les tuteurs des mineurs, qui ont t impliqus or victimes de ce genre de crime, ne le connaissent pas. Tariq Essaadi dit que le plupart des victimes sont des enfants, que de nombreux cas qui ne sont pas encore signals et que les victimes elles- mme ne savent pas quelles ont t dupes.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Le nombre des internautes au Maroc a fortement augmente. Pour atteindre plus de 4,6 millions en 2005. Ce chiffre sest multipli par cinq ces cinq dernires annes, alors que le nombre des abonnes de lInternet au Maroc a atteint environ 262,000, alors qu il tait seulement de lordre de 31,000 en 2001. Lutilisation accrue de lInternet a fait en sorte quil y est de plus en plus de cybercafs travers le Royaume. Leur nombre serait actuellement denviron 10650 cybercafs, frquents essentiellement par des jeunes et des mineurs. Abdelkader Elaine affirme que faute dune protection et dun contrle rigoureux par les tuteurs, les enfants pourront tre exploits travers lInternet pour commettre des vols bancaires et adhrer des bandes criminelles organises. Abdelmaksoud Rachidi, prsident de lassociation Achoula pour lducation et la culture, confirme quant lui que les enfants et les mineurs sont expos lexploitation via Internet, notamment a travers des photos, des vidos pornographiques, des sites de jeux et de divertissement vhiculant des ides extrmistes ou racistes. Selon Tarik Saadi, parmi les crimes que les enfants et les mineurs pourraient commettre ou tre victimes, il y a lieu de citer la publication de la permissivit et du sexe par le biais de lInternet ou lordinateur. Et dajouter que des criminels spcialiss nhsitent pas entraner et abuser de la confiance des enfants ou des jeunes travers le Net pour parvenir leurs fins, comme il se peut que ce soit les enfants et les jeunes qui se mettent dans la peau du criminel, sachant quInternet permet de cacher la vraie identit de lauteur.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Propositions Le centre demande ce que les autorits lancent une campagne nationale les travers tous les les moyens et mdiatiques les parents publics, sur les les secteurs de de la lenseignement, des jeunes, de lenfance et de la famille, pour sensibiliser mineurs, jeunes dangers cybercriminalit et le moyen dy faire face. Former des cadres sur la mthode de sensibilisation dans les milieux de lenseignement, des jeunes, de lenfance et de la famille pour mener des campagnes au sein des coles, des campings et les maisons de jeunes. Mettre en place des clubs dInternet et des salles multimdias dans les coles. Crer un site Internet gouvernemental spcialis dans la sensibilisation en matire des dangers de la cybercriminalit et des moyens dy faire face. Inciter les associations qui oeuvrent dans le domaine des enfants a sintresser davantage de la sensibilisation en matire des dangers de lInternet dont sont victimes les jeunes et les enfants. Le centre demande lEtat de financer les associations dsireuses de mener des activits dans ce sens, de fournir lexprience et de poser les jalons de la communication avec dautres associations internationales oeuvrant dans ce domaine. Obliger les cybercafs amnager des salles destines aux mineurs, dotes dordinateurs utilisant des logiciels de protection.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Cybercriminalit (Cas enregistrs au Maroc) Les habitants du quartier Yacoub Mansour Rabat ne savaient que le virus dnomm Zotub sest dclench partir dun cybercaf situ dans leur cit. Ce virus qui a t dvelopp par un jeune marocain de 18 ans, a atteint mis hors fonctionnement le site des deux chanes amricaines CNN & ABC, et celui du journal New York Times, du Boeing, et de laroport de San Francisco. Zotob qui a t lanc partir dun quartier populaire de Rabat a amen la socit MICROSOFT dcrter ltat durgence, du fait que le virus ait vis les plus importants des sites amricains utilisant le systme Windows 2000. Saisi par la socit de Bill Gates, le FBI a dcouvert que Diablo surnom de Farid au sein des cybercafs, a t signal par les investigateurs qui guettaient la source du virus Maytob que Farid dveloppera par la suite pour en faire le virus Zotob . Lenqute amricaine a abouti la boite lectronique de Farid alias Diablo. Les enquteurs seront surpris dapprendre que le virus a t envoy partir dun cybercaf et que son crateur nest quun jeune marocain de 18 ans, qui sapprtait passer en deuxime anne du baccalaurat, srie sciences exprimentales. Pour Farid, il sagissait uniquement dune aventure passionnante. Il nappartenait aucune bande criminelle et navait pas amasser une fortune grce son aptitude falsifier les cartes de crdit. Il pensait pouvoir pntrer des sites sensibles, dvelopper des virus et les envoyer partir dun cybercaf sans faire lobjet daucune poursuite. Le cas de ce jeune de Rabat dmontre comment lon peut exploiter lintelligence des enfants dans la cybercriminalit. Farid qui avait un faible pour lInternet a pu joindre les clubs privs des hackers (pirates informatiques) o il sest initi aux mthodes dinfiltrations et de falsifications ; son intelligence la normment aid se connecter aux rseaux de falsifications en Asie, dvelopper le virus zotop et contrefaire les cartes de crdit.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Deux mois aprs le procs de Diablo , un autre scandale Agadir allait dfray la chronique et faire la une des mdias internationaux. Il sagit dun crime dun autre genre commis galement via Internet. Le journaliste conomique de lhebdomadaire belge Le Soir a visit maintes reprises la ville dAgadir o il sduisait des jeunes filles pauvres en leur promettant le mariage et limmigration. Le journaliste belge prenait des photos pornographiques de ses victimes chaque fois quil visitait le Maroc et les publiait dans un site pornographique. Parmi ces photos, il y avait des prises montrant des filles mineurs et dautres dun jeune garon avec sa mre, cette dernire tait en plein rapport sexuel avec le journaliste belge. Ces photos ont t tlcharges sur CD et reproduites pour ainsi envahir la ville et ensuite dautres villes du royaume. A la suite de cette affaire, les victimes ont t arrtes juges, le site sur lequel ces photos ont t publies fut ferm, et tout cela sans que le journaliste belge qui se promne en toute libert ne soit jamais inquit. Si ces deux affaires ont proccup lopinion publique nationale et tir la sonnette dalarme sur lutilisation dInternet pour perptrer des crimes conomiques, tel est le cas du jeune Farid, ou des crimes sexuels comme laffaire dAgadir, il existe bien dautres qui nont pas t mises en exergue et dont les victimes sont des mineurs marocains. A ce sujet, un procs a t intent devant le tribunal de premire instance de Marrakech contre le directeur de lopra Paris qui a t pris en flagrant dlit en train dabuser sexuellement dun mineur selon les rapports de police. Les faits dmontrent le danger de lInternet qui rside dans lexploitation sexuelle et le dtournement de mineurs. Cet enfant mineur de Marrakech a dclar devant la police judiciaire quil a fait la connaissance du citoyen franais sur Internet ; le tribunal de premire instance de Marrakech a condamn laccus 4 mois avec sursis aprs lavoir dclar coupable dhomosexualit sans pour autant linculper dabus sexuel sur la personne dun enfant mineur.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Dans la mme ville toujours, un touriste franais prnomm Irvey a t condamn 4 ans de prison aprs avoir t arrt en flagrant dlit, en train de prendre des photos denfants mineurs dans des positions sexuelles. La police a trouv dans son appareil 117 milles photos pornographiques denfants parmi lesquels 50 denfants marocains mineurs. Des militants associatifs de Marrakech affirment que ces photos pornographiques denfants sont destines la publication sur Internet, du fait que les forums de ce genre dexploitation sexuelle exigent un minimum de 150 milles photos pour pouvoir y adhrer ou bnficier des services offerts. Ce touriste franais a cop de 4 ans de prison, mais il sera libr aprs avoir bnfici dune grce, ce qui a provoqu la colre et la rcrimination des associations civiles de la ville. Dans une affaire similaire celle de ce touriste franais, trois procs ont t intents devant les tribunaux dAgadir impliquant deux allemands et un hollandais. Ils ont tous t condamns des peines de 3 ans demprisonnement. Les autorits avaient trouv chez eux des CD-Rom contenant des photos pornographiques denfants mineurs marocains. Mme si les accuss avaient avou avoir pris ces photos pour leur utilisation personnelle, les connaisseurs en la matire savent trs bien que ces photos allaient tre publies sur Internet. Ni la police, ni le tribunal na procd une enqute approfondie pour savoir si ces photos taient ou pas destines la publication. Traquer ces sites savre tre une tache difficile, ajoute un militant associatif, eu gard aux mesures de prcaution prises par leur auteurs, sans parler de leur nombre qui augmente sans cesse. Par ailleurs, hormis ces affaires criminelles qui ont dfray la chronique et qui ont t juges par les juridictions, il existe dautres affaires qui nont pas connu le mme dnouement, et qui nont ni t dfres devant les tribunaux ni fait lobjet dune enqute policire. Il sagit de plusieurs tudiants Casablanca, Oujda et El Jadida qui se sont servis de photos de leurs camarades tudiantes, par le biais du logiciel Photoshop, pour les

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

publier sur Internet aprs les avoir truqu. Ces actes ont port ces filles un grand prjudice moral et terni leur rputation au sein de lcole et de leur famille. Rabat a galement connu une affaire dexploitation de photos dtudiantes, avec leur publication sur un site pornographique. Il sagissait en fait de photos personnelles de filles prises la plage ou lintrieur de chambres dtudiantes. Ces photos ont t soit voles, soit prises par tlphone portable. De tels actes est une nouvelle faon de nuire la rputation dautrui, et dmontrent aussi comment les jeunes peuvent tre amens commettre ou tre victimes de crimes cyberntiques. Le tribunal de premire instance dInezgane a entendu une affaire concernant le viol dune fille mineure, ge de 12 ans, par le responsable dun cybercaf. La fille a dclar la police quelle frquentait ledit club pour chater sur Internet pour 3 dirhams de lheure ; quant elle narrivait plus payer, le responsable lui a dit quelle pouvait continuer chater gratuitement. Cest ainsi quil a pu en fin de compte abuser delle sexuellement.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Rsultats du questionnaire denqute Le Centre pour la Libert des Mdias a men une enqute base dun questionnaire portant sur un chantillon de 106 enfants et jeunes de Casablanca gs entre 10 et 17 ans. Le centre estime que cet chantillonnage reste insuffisant pour permettre de tirer des conclusions scientifiquement fiables, et prconise dlargir lenqute lchelon national. Cependant, les rsultats de cette enqute offrent des indices importants sur les tendances des internautes mineurs. Le questionnaire a t rempli directement par les interviews au sein des coles, des cybercafs, et des maisons de jeunes. Les interviews ont t rpartis ainsi quil sensuit: 34 mles et 72 femelles, dont 62 gs entre 14 et 16 ans, 27 gs entre 12 et 14, 16 gs de plus de 16 ans, et 4 entre 10 et 12 ans. Pour ce qui est du niveau dtudes des interviews, 46 poursuivent leurs tudes au lyce, 53 au collge et 6 sont encore au primaire. En effet, 75 ont affirm avoir reu des courriels de la part de personnes trangres, 83 ont dclar avoir chater avec des personnes trangres, et 27 ont admis avoir reu des offres et des cadeaux via Internet allant des demandes en mariage, rendez-vous, et loffre de cadeaux y compris des offres de voyage ltranger. Ces chiffres nous amnent rflchir sur les risques dexploitation quencourent les internautes parmi les enfants, surtout si lin sait que la plupart des interviews ont dclar navoir reu aucune information ou sensibilisation en matire des crimes cyberntiques. Cette tude a dmontr que 50 jeunes parmi les interviews utilisent lInternet depuis leurs maisons, que la majorit est ge entre 12 et 16 ans, compar 63 jeunes hommes qui se servent dInternet depuis les cybercafs. Selon la rpartition dge des interviews, on trouve que 50% des jeunes ges entre 12 et 16 ans se servent dInternet partir des cybercafs. Les garons demeurent ceux qui frquentent le plus Internet avec un pourcentage de 70%, en comparaison aux filles, dont 54% ont

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

dclar frquenter les cybercafs, alors que 54% utilisent Internet domicile. 77 ont soutenu que leurs parents leur permettent dutiliser Internet, alors que 27 ont recours au Web sans la permission des parents, aussi bien les filles que les garons. De mme, les rsultats de lenqute ont confirm que 99 des interviews disposent du service du chat , dont 58 de la catgorie ge entre 14 et 16. Tous les interviews gs entre 12 et 14 ans, 16 ans et plus disent se servir du chat . Ce qui est intressant ce sujet, cest que 83 des interviews affirment discuter avec des personnes trangres, 55 filles et 28 jeunes hommes. C taux devient plus lev quant il sagit de la catgorie des 16 ans et plus, dpassant les 98%, et de la catgorie des 12 14 ans, dpassant les 70%. Ce qui est alarmant cest que 75 des interviews, aussi bien filles que garons, reoivent des courriers lectroniques de personnes trangres. En plus, un quart des interviews ainsi que la moiti ge entre 10 et 12 ans admettent recevoir des offres et des cadeaux via Internet. Pour ceux qui ont admis avoir reu des offres et des cadeaux via Internet, huit ont affirm que ces offres consistaient en des rendez-vous deux, et 6 ont dclar quelles consistaient dans des demandes en mariage. 6 autres interviews ont dit que ces offres taient sous forme dhabits, de rencontres aux maisons, de cartes de voeux, de cadeaux et dinvitations au Macdonalds. Dautres encore disent avoir reu des offres de voyage ltranger. Ces rsultats dmontrent les risques dexploitation denfants et de mineurs via Internet. Le fait que 75 interviews aient dclar avoir reu du courrier lectronique anonyme et que 83 avoir chater avec des personnes trangres mrite toute notre rflexion. Les experts en matire

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

dducation et de crimes cyberntiques mettent en garde contre les dangers de chater avec des personnes trangres dont on ignore lge et lidentit. Ces experts affirment que les criminels cyberntiques dtiennent une technologie sophistique et traquent leurs victimes jours et nuit. Le fait de recevoir des offres et des cadeaux reste toutefois est inquitant, sachant que les mineurs sont attirs par des moyens similaires. Le pourcentage de ceux qui ont dclar avoir reu des offres de rendezvous, de voyage ltranger et de demandes en mariage reste alarmant et ncessite une sensibilisation en matire des crimes et des gangs qui exploitent les mineurs sexuellement. Le fait que 99 interviews ont dclar avoir recours au chat et que 83 engagent des discussions avec des personnes trangres est une autre question qui suscite galement toute notre attention. Nous sommes devant le cas denfants mineurs dsireux de nouer de nouvelles relations et de communiquer loin de toute supervision. La majorit ignore toutefois que la plupart des criminels cyberntiques fixent leurs objectifs au sein des sites de chat dans le but de faire tomber les mineurs.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Quest-ce quun crime cyberntique ? Le rapport publi par le Centre National Amricain pour les Enfants Kidnapps et Ports Disparus montre une augmentation des cas dexploitation sexuelle denfants via Internet dans le monde entier, selon la Station Radio Britannique. Le rapport publi en aot 2000 rvle que le nombre des sites pornographiques visant les enfants a connu une flamb de 400% compar lanne dernire; et ce, aprs que les sites commerciaux encourageant lexploitation des enfants et publiant leurs photos contre des sommes dargent verses par cartes visas se sont multiplis. Selon le Centre, lexploitation des enfants est devenu une vraie industrie internationale qui dgage des bnfices juteux pour ses propritaires. La prsidente du centre Irine Aline a dclar au journal Christian Science Monitor que lexploitation est un problme dont souffre le monde entier et notamment les Etats Unis. Un sondage effectu rcemment auprs des lves des coles en

Bretagne a rvl quau moins 1 sur 10 a utilis le courrier lectronique ou les messages du tlphone portable pour se moquer des autres. Une autre tude mene par Microsoft a indiqu que 1 personne sur 20 ayant fait lobjet de ltude a dclar avoir harcel autrui par des moyens lectroniques. Cet tat de fait, sans parler dautres affaires o des jeunes ont infiltr des sites et des systmes informatiques sensibles et o les victimes taient des enfants exploits sexuellement via Internet, dmontrent lampleur du phnomne des crimes cyberntiques. Le magazine international spcialis ECPAT considre que lespace dInternet est devenu un domaine de violence. Face cette augmentation du taux des crimes cyberntiques, il existe aujourdhui une relle difficult de trouver une dfinition gnrale et unifie ce genre de crimes. Lordinateur ainsi que le web ont

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

normment contribu en lapparition de ces dlits et la perptration des crimes traditionnels en utilisant la nouvelle technologie. Ces crimes sont devenus transcontinentaux comme le virus envoy partir du Maroc pour atteindre des sites amricains sensibles situs des milliers de kilomtres. La rvolution informatique a ainsi permis aux criminels de commettre leurs mfaits tout en restant distance des lieux cibls. Le chef de la police des crimes graves en Europe (europole) Dolf Hegel a dclar devant la confrence (comissique) pour la scurit informatique au titre de lanne 2002 tenue la capitale britannique que nous avons perdu la bataille des crimes cyberntiques avant mme que nous ayons commencer la guerre . Le besoin de protger les mineurs et dassurer leur libert et leur droit daccder linformation est devenu une ncessit imprieuse, dautant plus quInternet se prsente aujourdhui comme un nouvel espace o les enfants et les mineurs passent leurs temps ; cest un espace diffrent eu gard la possibilit daccs depuis et vers tous les lieux (maison, cole, cybercafs, clubs). Les dfinitions et les spcifications concernant les crimes cyberntiques divergent en fonction de ceux qui les lient lacte commis, larme du crime, ou encore ceux qui se basent sur la dfinition donne aux diffrents crimes et les relient la manire laquelle le crime a t commis. Par ailleurs, les pays et organisations, qui ont adopt des lgislations relatives aux crimes cyberntiques, ont mis laccent essentiellement sur les crimes qui violent la confidentialit, la scurit, la sret et la disponibilit des donnes et systmes informatiques. Tarik Saadi, expert en Internet et auteur du site emarrakech, estime que les crimes cyberntiques sont le genre de crimes qui exigent une connaissance approfondie des techniques et systmes informatiques aussi bien pour les commettre, que pour y mener des enqutes ou juger ses criminels . On peut aussi les dfinir comme tant les crimes perptrs

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

si une personne use de ses connaissances informatiques pour commettre un acte illgal. Dautres experts ont donn la dfinition suivante tout acte illgal dans lequel on se sert dun ordinateur comme arme ou objet du crime. La prsidente de lassociation Touche pas mon enfant Najat Anwar approuve cette dfinition darme du crime et ajoute que le point commun entre ces crimes consiste dans lutilisation dInternet pour atteindre un objectif illgal. Elle affirme en outre quInternet est le moyen le plus utilis dans les dossiers traits par lassociation. Par ailleurs, Mohamed Bahaj, conseiller du ministre de lducation nationale considre que le crime cyberntique est comme tout acte inclus dans la catgories de crimes pnaux, savoir lescroquerie ou tout risque matriel ou moral quencourt une personne qui utilise des services dInternet. A ce propos, le rdacteur en chef du portail casanet, M. Abdelkader Elaine, dfini le crime cyberntique comme tant tout acte illgal destin exploiter et saccaparer des biens dautrui ; ainsi que tout acte illgal portant prjudice autrui sur les plans conomique, social, thique ou culturel. On peut diffrencier ici entre les crimes qui se produisent sur le web ou via Internet, mais aussi entre les actes visant les donnes pendant leurs traitements et sauvegarde, et ceux visant les informations transfres travers le web ou le web lui-mme. Cela a provoqu lapparition de lgislations privatives au niveau

international comme la protection du droit des donnes personnelles, puis dautres condamnant les crimes cyberntiques comme la violation des systmes informatiques, ainsi que les lgislations protgeant la proprit intellectuelle, et les crimes dagression comme labus sexuel des mineurs. Avec lvolution technologique, les informations ont pris la forme dune entit morale ayant la mme valeur que les entits conomiques et matrielles et bnficiant de la mme protection prvue dans les lois relatives la proprit conomique.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Les dfinitions des crimes cyberntiques tablis jusquaujourdhui se basent sur lobjet du crime, le comportement incrimin, le moyen utilis, ou encore la connaissance technique du criminel. Il existe des dfinitions fondes sur lobjet du crime, sa nature, ses mcanismes, son environnement et les caractristiques des coupables. La convention europenne sur les crimes cyberntiques, ratifie par le conseil europen Budapest le 23 novembre 2001 a numr et dfini neuf crimes qui ont t classs selon 4 catgories : - les crimes affectant la confidentialit, la scurit, la sret et la disponibilit des donnes et systmes informatiques comme laccs illgal, linterception illgale, linterfrence dans les donnes et linterfrence illgale dans le systme. Le mauvais usage au des quipements : de loutil comme lescroquerie Les et la contrefaon moyen informatique. crimes

pornographiques : lusage denfants pour la production des scnes pornographiques. - Les crimes de violation des droits dauteurs. La lgislation marocaine en matire des crimes cyberntiques reste quasi inexistante. Le Maroc ne possde quun seul texte de loi relatif aux infractions portant sur les systmes dinformations stockes. Il sagit en effet de la loi 07-03 portant complment au Code Pnal. Le Gouvernement se prpare lancer une nouvelle loi relative au commerce et la signature lectroniques. En outre, la loi sur la lutte contre le terrorisme comprend des dispositions en la matire bien que celles-ci restent peu explicites. En gnral, la lgislation marocaine ne prvoit aucune dfinition claire et prcise du crime cyberntique. Certaines lgislations se sont intresses laspect scuritaire et commercial de ce domaine. Le prsident de lassociation Choula, M. Abdelmaksoud Rachidi estime que lEtat ne dispose daucune lgislation claire pour contrler ce domaine. Abdelkader Elaine, quant lui, partage le mme avis et prcise quau jour

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

daujourdhui

il

nexiste

aucune

rglementation

incriminant

ou

sanctionnant les auteurs de ces crimes, et que mme en cas de promulgation dune loi, celle-ci restera flexible et au dessous des esprances pour pallier ce flau. De son ct, la prsidente de lassociation touche pas mon enfant Najat Anwar prcise que si la lgislation marocaine nest pas parvenu accompagner ce genre de criminalit cest quil existe un manque au niveau des spcialistes et que le lgislateur reste incapable de comprendre et dassimiler ce genre de crimes. Najat prconise que le lgislateur devra se faire assister par acteurs comptents de la socit civile pour actualiser les lois en la matire. Lors du droulement des affaires dfres devant les tribunaux, il y a eu une interprtation de certains articles du Code Pnal dans une tentative dadaptation, mais labsence des lgislations propres aux crimes cyberntiques continue poser des problmes, dont certains lis labsence des rglementation protgeant les mineurs et sanctionnant les auteurs, notamment ceux qui abusent sexuellement des enfants. La dfaillance de la lgislation marocaine cet effet pose des difficults judiciaires en ce qui a trait la matrise et la constatation de ce genre de crimes.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Genres de crimes portant atteinte aux mineurs En plus de lintrt que suscitent les crimes relatifs aux systmes informatiques et la falsification des donnes, les lgislations ont accord une importance particulire aux crimes sexuels commis via Internet sur la personne denfants mineurs ; sachant que ces dlits peuvent parfois tre perptrs par les mineurs eux-mmes. La Convention Europenne, ratifie par le Conseil Europen Budapest le 23 novembre 2001, a dfini les crimes se rapportant la pornographie denfants savoir: la production de photos denfants en vue dune distribution via Internet, lexposition de photos pornographiques denfants via Internet, la distribution et la diffusion de ces photos via Internet, et lachat de ces photos sur Internet. La Convention Europenne a dfini les photos pornographiques denfants comme suit: tout objet permettant de visualiser un mineur pendant un acte ou un comportement sexuel vident tout mineur faisant ou ayant un acte ou un comportement sexuel vident - des photos rels et effectives exposant un mineur perptrant un acte sexuel ou ayant un comportement sexuel explicit. Tarik Saadi, expert en matire dInternet affirme que les crimes cyberntiques se multiplient selon la diversit et la complexit des nouvelles technologies, ainsi que leur disponibilit au grand public, et notamment aux criminels. Il ajoute que parmi les crimes commis via Web, il y a lieu de citer limposture, le dtournement de mineurs, la diffamation et la calomnie de victimes qui sont souvent des individus ou des entreprises commerciales. Pour sa part, Abdelkader Elaine, rdacteur en chef de casanet, estime que les crimes cyberntiques consistent dans labus sexuel denfants, le harclement, la falsification de cartes de crdit, les crimes relatifs au

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

plagiat des technologies, au piratage, lespionnage, au chantage, lescroquerie, aux menaces et au dtournement de mineurs. Moulay Driss Rahmani, conseiller du secrtaire dEtat charg de la jeunesse, ajoute cette liste les crimes relatifs lincitation denfants commettre des actes illgaux pouvant mettre en danger leurs vies ou celles dautrui, pornographique que les mineurs peuvent voir. Mohamed Bahaj, conseiller du ministre de lducation nationale dans le domaine de linformatique, ajoute pour sa part ladite liste des crimes relatifs au vol de donnes, linterception des courriers lectroniques, linfiltration dautres ordinateurs, lendommagement des systmes dexploitation, le lancement de virus, ainsi que les actes des pirates informatiques (hackers), les saboteurs (crackers) et les arnaqueurs (spoofers). Il est vident donc que surfer sur Internet peut nous exposer de la publication et la distribution des messages caractre violent ou

nombreux dangers, et causer des ennuis et des prjudices des personnes quelles soient physiques ou morales. Les mineurs peuvent tre particulirement impliqus dans ce genre de crimes ou encore en tre les victimes. En gnral, on peut identifier les crimes cyberntiques en se basant sur les lgislations internationales, les jurisprudences des experts dInternet et les lgislations en matire informatique, et ce, ainsi quil sensuit :

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

1- les crimes visant la Laccs illgal - linterception illgale - la destruction des confidentialit et la donnes - linterception des systmes le mauvais usage des scurit des donnes et quipements - la contrefaon par ordinateur - lescroquerie par des systmes ordinateur - la violation des droits dauteur et dautres droits - le piratage des programmes.

2- les crimes visant les Le meurtre par ordinateur - lincitation au suicide - lincitation au personnes meurtre prmdit via Internet - le harclement via Internet, la menace via Internet, le prjudice motionnel par des moyens techniques, la traque par des moyens techniques, la consultation illgale des donnes personnelles, les bombes du courrier lectroniques, le courrier lectronique indsirable, la diffusion dinformations leurrantes ou fausses, la violation personnelle 69069 de lordinateur, laccs sans autorisation, les messages lectroniques gnants (spam), le chantage, larnaque, la menace et le dtournement. 3 les crimes sexuels et Lincitation des mineurs la pornographie, la corruption des les abus sexuels sur les mineurs par des scnes pornographiques par des moyens enfants techniques, la tentative du dtournement ou le dtournement de mineurs pour commettre des actes pornographiques, la rception ou la diffusion dinformations sur des mineurs pour des fins pornographiques, le harclement sexuel des mineurs via Internet, la diffusion et la facilitation de la diffusion et la rception darticles pornographiques sur des mineurs via Internet, diffusion de scnes de corruption et atteinte la pudeur, atteint la rputation par Internet, photographie ou exposition de mineurs dans des scnes pornographiques, usage dInternet pour promouvoir la corruption ou pour diffuser des articles pornographiques, lobtention illgale de photos et didentits des fins pornographiques. 4les crimes de La violation de ou laccs sans autorisation aux systmes violation de proprit informatiques, au web ou aux donnes, le sabotage des incluant 69069, donnes, des systmes et de toute proprit ; la violation de la linfiltration et le proprit, le sabotage de lordinateur, la cration de sabotage programmes contamins, le transfert des programmes contamins via les systmes et le web, lusage de la marque, du nom ou du domaine dautrui sans autorisation, lintroduction de donnes fausses ou falsifies dans les systmes, la modification sans autorisation des programmes informatiques, le sabotage sans autorisation des systmes informatiques, les activits de dngation des services, interception ou interruption du fonctionnement des systmes ou des services, activits portant atteinte la vie prive, divulgation du mot de passe dautrui. 5les crimes Larnaque par la manipulation des donnes et des systmes, descroquerie, de vol et lusage dInternet pour lobtention ou lutilisation de cartes de de contrefaon crdit dautrui sans autorisation, le dtournement de fonds par ou via ordinateur et web, le piratage des programmes, la contrefaon du courrier lectronique, la menace de la scurit

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

publique, le terrorisme lectronique, les jeux illgaux (les jeux de hasard) Guide pour les parents, les enfants et les jeunes La scurit et la protection des enfants au cours de leur utilisation de lInternet prsente un problme srieux pour les parents, les spcialistes de le domaine de lducation et les professionnels de linformatique. En effet, le march de linformatique offre de nombreuses techniques pour protger les enfants, bien que les experts de lducation et de lInternet insistent sur l importance de combiner entre la libert de laccs linformation et la protection des enfants. Cest pourquoi, ils proposent au lieu de recourir linterdiction et la censure, daccompagner les enfants dans leur utilisation dInternet, de partager avec eux le plaisir de surfer sur le Net, de leur donner confiance en eux-mmes, de discuter avec eux des problmes quils rencontrent et de leur expliquer les prjudices quils peuvent subir et faire subir aux membres de leur famille en cas de mauvais usage de lInternet. le monde participe et tire profit. Moulay Driss Rahmani, conseiller au cabinet du secrtaire dEtat charg de la jeunesse, considre que lducation et la sensibilisation sont parmi les moyens les plus importants pour une utilisation positive de lInternet par les enfants et les jeunes. Il prcise cet effet que le secrtariat dEtat a mis en place dans le cadre de son plan daction un programme visant faciliter laccs la technologie de linformatique dans diverses espaces et maisons de Jeunes, en partenariat avec Microsoft et le Programme des Nations Unies pour le Dveloppement. Moulay Driss ajoute que le secrtariat dEtat veille assurer une formation intensive en faveur des animateurs de ces clubs et mettre leur disposition les moyens techniques et pdagogiques pour encadrer cette catgorie denfant. Le secrtariat dEtat charg de la jeunesse a mis la disposition des jeunes un portail sur le dite du ministre pour leur fournir des renseignements et des liens importants. www.secj.gov.ma. Les experts de lducation prfrent que lutilisation de lInternet devienne une occupation familiale laquelle tout

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Mohamed Bahaj, conseiller du ministre de lducation nationale, affirme que le ministre joue un rle stratgique en matire de la protection des enfants et des jeunes contre les dangers de lInternet, et la garantie du droit laccs linformation. Il ajoute que le programme du ministre visant amnager et connecter tous les tablissements denseignement lInternet, a men une tude sur la protection des enfants et les jeunes cotre les dangers et les crimes cyberntiques. Le programme a adopt une stratgie base sur: - la mise en place dun systme efficace pour contrecarrer toute infraction ; - lducation des enfants en matire des utilisations pdagogiques de lensemble des services de lInternet ; gnralisation dun systme au sein des salles multimdias visant lducation en matire des utilisations pdagogiques de lInternet. Pour sa part, Abdelkader Elaine, rdacteur en chef de casanet, estime quil est indispensable de surveiller les enfants pendant leur utilisation dInternet, quil fait galement dterminer les sites auxquels les enfants pourront avoir accs et ceux qui leur sont interdits. Il ajoute quil est ncessaire de sensibiliser les enfants sur les crimes auxquels les enfants pourraient tre victimes. Selon Abdelkader Elaine, lEtat doit promulguer des lois rpressives sanctionnant avec svrit la cybercriminalit. Najat Anouar et Abdelmaksoud Rachidi insistent sur laspect de la sensibilisation et de la rpression de la part de lEtat. Najat ajoute que ce problme doit tre li aux problmes sociaux qui lont engendr, quil faut traiter avec tous les intervenants de manire transparente. Abdelmaksoud Rachidi, insiste quant lui sur le rle de la socit civile travers lorganisation de campagnes de sensibilisation et lencadrement des clubs de lInternet situs dans les tablissements de lenseignement et les siges des associations. Il considre que le rle de la famille est dterminant en matire du suivi de lenfant et de sa relation avec lInternet.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Tarik Saadi estime que le moyen le plus efficace consiste dans lducation et lenseignement. Il ajoute que lEtat doit se doter de tout un arsenal juridique afin dexercer ses contrles selon les techniques de pointe, sans pour autant porter atteinte notre droit dusage de lInternet. Il ajoute que la socit civile marocaine doit en premier lieu tre utilisatrice de lInternet et amliorer ses moyens de contrle travers la crations de cellules de suivi des infractions et les abus de pouvoirs, et ce, afin dclairer lopinion public sur toute dfaillance et la tenir informe de manire lectronique. Tarik Saadi noubli pas de souligner le rle important de la famille dans lincitation des enfants lusage rationnel et pragmatique dInternet.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Conseils pour tuteurs Lordinateur doit tre install au salon ou dans un endroit ouvert et non pas derrire des portes fermes. Lutilisation dInternet deviendra ainsi lapanage de toute la famille et les enfants sentiront votre prsence. Internet est une invention fabuleuse. Laissez vos enfants apprendre y naviguer sur leurs sites prfrs et exploiter les informations quils estiment intressantes. Profiter de lInternet sur le plan familial. Organisez vos vacances et choisissez vos films. Participez tous dans llaboration dun expos ou dun mmoire et lenvoi dun message lectronique toute la famille. Contribuez tous dans la cration dune bibliothque des principaux sites. Partager avec dautres parents le mme intrt port lInternet. changer vos expriences dans les cybercafs et les lieux publics dInternet. Ne donnez jamais vos renseignements personnels. Ne rpondez jamais un message lectronique choquant. Quittez rapidement tout site pouvant vous vexer. Ne fixez jamais des rendez-vous avec des personnes dont vous avez fait la connaissance travers le Chat . Donnez lexemple en tant que navigateurs responsables sur Internet. Il existe plusieurs possibilits techniques pour vos jeunes enfants, comme le logiciel de filtrage ou les portails accompagnant les enfants utiliser sainement Internet. Suivez le niveau scolaire des enfants de manire continue. Notez si leur niveau a enregistr des indices positifs ou ngatifs aprs lusage de lInternet. Notez les changements de comportement sur les enfants, comme lutilisation dmesure de lInternet, le renfermement et lisolement. Faites attention aux cadeaux que peuvent ramener les enfants offerts par des personnes trangres au milieu familial et aux communications tlphoniques de la part des dites personnes. Encourager vos enfants vous parler de ce qui pourrait les dranger. Discutez avec eux cet effet. Montrez les en revanche votre confiance en eux en respectant leurs secrets.

Pacte Familial Vous pouvez mettre au point un pacte familial, qui vous permettra de faire face ce qui pourrait advenir, quil soit permis, tolr ou interdit, lors de lutilisation de lInternet au domicile. Ce pacte est mme de vous viter la msentente ou la confrontation. Ce pacte peut galement contenir certains conseils cits ci-dessus, en plus dautres mesures comme lemplacement de lordinateur, lhoraire de connexion lInternet, lutilisation en labsence des parents, lorganisation de lutilisation avec dautres activits, comme la prparation des devoirs scolaires, le sport et

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

les repasetc. Laissez vos enfants participer dans la rdaction des clauses du pacte et discutez leurs propositions. Conseils pour les enfants et les jeunes Ne donnez jamais des renseignements vous concernant ou concernant votre famille, sans parler et consulter vos parents, comme par exemple votre noms, numro de tlphone du domicile, numro de tlphone personnel, ladresse de la famille ou de lcole. Si vous recevez ou regardez quelque chose qui vous cause une gne, nessayer pas den savoir plus par vous-mmes. Dconnectezvous rapidement et informez vos parents. Ils en sauront quoi faire. Essayez de savoir plus sur lidentit et la lgalit de vos forums prfrs. Si vous prenez la dcision de rencontrer une personne que vous avez connue sur Internet, faites-vous accompagner par un ami ou lun de vos parents et organisez la rencontre dans un lieu public. Conseillez celui que vous souhaitez rencontrer de prendre les mmes prcautions. En gnral, il faut aviser les parents de cette rencontre. Dbarrassez-vous des courriels, sans les ouvrir, si vous navez pas demand la rception ou sils ont t envoys par des personnes dans lesquelles vous navez pas confiance. Informer votre famille de toute menace que vous recevez via Internet. Vos parents ont les moyens y faire face avant que les choses ne deviennent graves et passe la phase du chantage. Nenvoyez jamais vos photos ou votre mot de passe, si une personne trangre vous le demande. Nacceptez jamais une offre de cadeaux en provenance de personnes trangres. Participez avec les membres de votre famille dans llaboration dune charte familiale sur lutilisation de lInternet et veuillez sur son respect.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Les signes du danger Si lenfant passe un long moment connect lInternet notamment pendant la nuit. Cest les enfants qui passent de longs moments devant lcran de lordinateur, particulirement lors de la consultation des salons de chat, qui reprsentent une proie facile. Lenfant peut terminer manger rapidement pour se caquer lInternet. Il peut galement passer la fin de semaine devant son ordinateur. La tentation commence lorsquil fait connaissance de nouveaux amis et change avec eux des fichiers de nouvelles chansons et des utilitaires. Les enfants les plus exposs aux dangers sont ceux qui utilisent Internet pendant la nuit. Les cybercriminels passent nuit et jour sur Internet et savent trs bien comment faire tomber les enfants travers lexposition de photos pornographiques gratuites. Vous pouvez trouver des photos pornographiques dans les postes de vos enfants, car les pdophiles sarrangent pour faciliter laccs des enfants ces photos pour leur montrer que le rapport sexuel entre mineurs et adultes est un acte normal. Il ne faut pas oublier quil se peut que les enfants cachent ces photos. Si vous constatez que les enfants reoivent des appels tlphoniques venant de la part dadultes trangers la famille, ou quils effectuent des appels lointains avec des personnes trangres, sachez que les pdophiles cherchent entretenir une communication sexuelles pouvant mme aboutir une rencontre directe. Les enfants sont souvent pris au pige lorsquon leur donne un numro de tlphone pour identifier celui partir duquel ils appellent. Il sagit l dune mthode utilise dans de nombreux cas pour faire tomber les mineurs. Si les enfants reoivent des messages par e-mail ou par courrier, cest un signe quils sont pris au pige. Si vous remarquez que les enfants changent subitement les sites de navigation, ou quils teignent leur poste ds que vous vous approchez deux, il se pourrait quils aient t en tarin de regarder des photos pornographiques ou dentretenir une discussion indcente. Si vous remarquez que lenfant sest renferm sur lui-mme ou quil se met lcart des membres de sa famille, sachez que les pdophiles mettent tout en uvre pour faire en sorte que lenfant sisole de son milieu familial et exploiter par l mme laltercation de sa relation avec les membres de sa famille pour quil devienne une proie facile. De mme, les enfants victimes de lexploitation deviennent de plus en plus renferms sur eux mme. Si vous remarquez que lenfant utilise un mot de passe ou un code secret pour accder des sites ncessitant une cotisation financire ou un abonnement spcial ou encore permettant un lien direct.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Pour chater en toute tranquillit Le Chat permet dentretenir un dialogue entre deux individus se trouvant une certaine distance lun de lautre, sans que personne ne puisse connatre lobjet de leur discussion. Toutefois, il existe deux cas o lobjet du chat devient accessible tous les internautes : le premier cas est celui o le salon du chat public est ouvert toute personne dsireuse dy participer ; et le second est celui o lon invite dautres internautes prendre part de la discussion dans le mme salon. Il faut cependant se mfier lorsquon chat avec des personnes trangres et surtout ne pas donner son nom, son adresse ou son numro de tlphone et refuser les invitation aux rencontres. Lors du chat, il est dusage de se servir dun pseudonyme. Ainsi, vous tres sr que personne ne puisse connatre votre identit ou celle de la personne qui chat ace vous. Ceci dit, il faut se mfier et prendre en considration que la personne qui discute avec vous peut usurper lidentit dune autre et mentir sur son vrai ge. Ne rpondez pas aux invitations vous demandant de dcliner votre vraie identit, mme si votre interlocuteur vous donne son vrai nom, car il nexiste aucun moyen de vrifier lexactitude de cette identit. Lors du chat, nessayez pas duser du pseudonyme pour commettre des actes illgaux, comme insulter ou donner de fausses informations sur des amis ou dautres gens. Les lgislations, le recours aux fournisseurs dInternet et les systmes informatiques ont la possibilit de remonter jusqu vous. Lors du chat nacceptez pas de cadeaux offerts par des personnes trangres. Lorsquon est connect Internet, on ne peut pas toujours savoir qui on sadresse. La police a toutefois la possibilit daccder la vraie identit de linternaute qui commet des actes prohibs. Lors du chat, les organisateurs ne peuvent pas connatre lidentit, lge exact et ladresse des participants.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Pour naviguer sans problmes Vous navez pas le droit de publier des photos de vos amis sans demander leur avis ou celui de leurs parents, aussi bien sur votre site personnel que sur votre blog ou votre forum. Il en est de mme pour les renseignements personnels concernant autrui. La loi prserve la vie prive des personnes et sanctionne quiconque ose la violer. Dans tous les cas, vous ne pouvez copier et tlcharger que les chansons, les films et les jeux rservs strictement un usage personnel. Vous ne pouvez pas non plus les envoyer par e-mail es amis ou les diffuser grande chelle via Internet sans lautorisation de leurs auteurs. En revanche, vous pouvez distribuer et envoyer les CD qui ne font pas lobjet de droits dauteurs ou qui sont de votre propre cration. Vous avez le droit de tlcharger des photos et des textes dInternet sur votre propre ordinateur. Vous pouvez galement les copier et les afficher sur votre site ou encore les proposer vos amis. Mais, vous ne pouvez pas publier ces photos dans votre blog ou tout autre site sans une autorisation spciale de leur auteurs ou diteurs. Lorsque vous tes connect Internet ou que vous consultez votre courrier lectronique, et surtout si vous utiliser le logiciel p2p, vous pouvez tomber sur des photos choquantes ou des textes invitant la violence, la haine ou au racisme. Dans ce cas, veuillez informer vos parents ou votre professeur afin quil puissent aviser les autorits comptentes. Il y a des sites qui proposent des images ou des thmes rservs aux plus de 18 ans. Il existe galement es sites qui proposent des jeux de hasard qui sont videmment interdits aux mineurs. Contrairement la tlvision, personne ne peut vous empcher daccder ces sites. Avant dy accder, vous devez spcifier dans une case prcise que vous tes g de plus de 18 ans. Si vous avez menti sur vote ge, vous ntes pas en infraction, mais noubli surtout pas que ces prcautions sont prises pour votre propre protection. Les sujets de ces sites risquent daffecter psychologiquement les mineurs. Puisque lInternet pilule de sites du genre, vous risquez dy accder sans le vouloir. Dans ce cas, si vous vous sentez indispos, parlez vos parents ou vos professeurs. Si vous disposez dun blog, vous navez pas le droit de publier des photos ou des textes concernant vos amis, sans demander leur autorisation ou celle de leurs parents. Vous navez galement pas le droit de mettre des fichiers musicaux mp3, des photos, des films ou des textes obtenus via Internet, sans lautorisation pralable de leurs auteurs, sauf si ceux-ci sont de votre propre cration, au risque de vous exposer es poursuites judiciaires. Vous navez pas le droit de republier des courriels que vous avez reu via Internet. Il sagit l de messages privs qui vous sont destins exclusivement et que vous ne pouvez rendre public. Il existe es sites qui peuvent vous demander de leur fournir des

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

renseignements sur vos parents. Il faut consulter vos proches avant de divulguer de telles informations. Si vous transmettez un message par e-mail dautres personnes contenant des propos ou des images choquantes, des insultes ou une incitation au racisme ou au meurtre, vous vous exposez des poursuites judiciaires, si la personne ayant subi le prjudice dcide de recourir la justice. Vous navez pas le droit, mme sil sagit dune simple plaisanterie, denvoyer un virus lun de vos amis ou autrui.

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Note dinformation concernant le Centre pour la Libert des Mdias Le Centre pour la Libert des Mdias au Moyen Orient et en Afrique du Nord est un organisme indpendant but non lucratif, sis Londres depuis 1998 et Casablanca depuis octobre 2005. Le Centre se consacre aux tudes, aux recherches et au soutien de la libert de presse et du droit linformation au monde arabe. Il dpend dans son financement des subventions des organisations internationales. Le Centre a publi depuis sa cration plusieurs travaux de recherche et de rapports ayant trait la presse en relation avec les socits arabes. Le centre a men depuis octobre 2005 une tude sur le droit daccs linformation au Maroc, une tude sur la gouvernance de lInternet et la presse arabe et une tude sur laccs de la femme aux postes de responsabilit au Maroc. Il travaille en collaboration avec lUnesco pour aider larrondissement Bernoussi (Casablanca) crer un site Web et un manuel de services destin aux citoyens. Le Centre pour la Libert des Mdias a organis de nombreuses confrences et activits au Maroc, pour ne citer que La Confrence Internationale sur la mise en ouvre de la dfense de la libert dexpression dans le monde arabe en 2004, une journe dtudes sur la gestion des affaires de la presse crite au Maroc, deux journes dtudes sur les nouvelles mthodes pour le dveloppement de la lisibilit de la presse crite au Maroc. Le centre joue un rle vital dans le dbat engag sur la rforme mdiatique dans le monde arabe. Eu gard son exprience dans le domaine, le centre est consult par des institutions internationales publiques et prives, sur les priorits en matire de rforme du champ mdiatique dans le monde arabe. Cest dans ce sens que le centre travaille avec lUnesco et le programme europen MedMedia. Dans le cadre dun partenariat avec linstitution amricaine non gouvernementale IREX, le centre uvre pour assister les organisations arabes non gouvernementales (Maroc, Algrie, Ymen, Bahren, Kowet) en matire de formation sur les moyens et le techniques de la dfense de la libert dexpression, ainsi quen matire de rforme des lois rgissant les mdias. Pour de plus amples informations sur dautres programmes sur lesquels travaille le centre, veuillez contacter : 95, rue Azilal, Casablanca Tl. +212 (0) 22.44.04.33 Fax. +212 (0) 22.45.20.37 GSM +212 (0) 72.30.88.90 E-mail : info@cmfmena.org

CMF MENA Septembre 2006

Les mineurs et la cybercriminalit au Maroc

Liste des interviews Abdelkader Elaine : Rdacteur en chef de casanet Tarik Sadi : Directeur du portail emarrakech Abdelmaksoud Rachidi : Prsidente de lassociation Achoula Najat Anouar : Prsidente de lassociation touches pas nom fils . Moulay Driss Rahmani : Conseiller du Secrtaire dEtat charg de la Jeunesse Mohamed Bahaj : Conseiller du Ministre de lEducation Nationale

CMF MENA Septembre 2006

Welcome message from author
This document is posted to help you gain knowledge. Please leave a comment to let me know what you think about it! Share it to your friends and learn new things together.