Top Banner
SYSTEME NATIONAL DE SANTE Module à l'usage des professionnels de santé. ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIVISION DE LA FORMATION SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE
139

Sns Pas Epidemio

Feb 02, 2016

Download

Documents

Sna et épidémiologie
Welcome message from author
This document is posted to help you gain knowledge. Please leave a comment to let me know what you think about it! Share it to your friends and learn new things together.
Transcript
  • SYSTEME NATIONAL

    DE SANTE

    Module l'usage des professionnels de sant.

    ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE

    DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIVISION DE LA FORMATION

    SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE

  • 2

    Table des matires

    1 INTRODUCTION GENERALE ................................................................................... 4

    2 LE SYSTEME NATIONAL DE SANTE ........................................................................ 5 2.1 LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DE LUNITE : ..................................................................... 7 2.2 INTRODUCTION : ............................................................................................................... 8 2.3 CLARIFICATION DES CONCEPTS : ........................................................................................ 8 2.4 DEFINITION DE LA SANTE : ............................................................................................... 8 2.5 QUEST - CE QUON ENTEND PAR SYSTEME ? ................................................................. 8 2.6 COMMENT DEFINIR UN SYSTEME DE SANTE ?...................................................................... 8 2.7 LES COMPOSANTES DU SYSTEME NATIONAL DE SANTE : ..................................................... 9 2.8 LE DISPOSITIF DE LOFFRE DE SOINS ............................................................................... 24 2.9 LES AUTRES COMPOSANTES DU SYSTEME ...........................................................27

    3 LA STRATEGIE SECTORIELLE DE SANTE ............................................................... 30 3.1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DE L'UNITE ............................................................... 32 3.2 DEFINITIONS ................................................................................................................. 33 3.3 CADRE DANALYSE ET DE CONCEPTUALISATION DE LA STRATEGIE SECTORIELLE ................. 34 3.4 AMELIORATION DE LA SANTE ............................................................................... 36 3.5 LES OBJECTIFS GENERAUX DE SANTE .................................................................. 41 3.6 LES PRINCIPALES REFORMES DU SYSTEME DE SANTE ....................................................... 42

    4 LES PROGRAMMES DE SANTE ............................................................................. 60 4.1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES .................................................................................... 62 4.2 INDRODUCTION ......................................................................................................... 63 4.3 QUELQUES DEFINITIONS ......................................................................................... 64 4.4 LE PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE INTEGREE DE L'ENFANT ..................... 65 4.5 PROGRAMME DE PROMOTION DE LA SANTE ........................................................ 66 4.6 PROGRAMME DE LA MATERNITE SANS RISQUE ................................................... 67 4.7 PROGRAMME DE PLANIFICATION FAMILIALE ...................................................... 69 4.8 PROGRAMME NATIONAL D'IMMUNISATION ........................................................... 70 4.9 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES MALADIES DIARRHEIQUES ...................... 71 4.10 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES MALADIES DE CARENCE .......................... 71 4.11 PROGRAMME DE SANTE SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE ......................................72 4.12 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES IST-SIDA.................................................... 73 4.13 PROGRAMME DE LUTTE ANTITUBERCULEUSE .....................................................74 4.14 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS

    RESPIRATOIRES AIGUS .......................................................................................... 76 4.15 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LEPRE ............................................................... 77 4.16 PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE LES MALADIES PARASITAIRES ................... 78 4.17 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES MALADIES EPIDEMIQUES .......................79 4.18 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES ZOONOSES .................................................80 4.19 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LA CECITE ......................................................... 81 4.20 PROGRAMME DE L'ASSAINISSEMENT DE BASE ................................................... 82 4.21 PROGRAMME DE L'HYGIENE ALIMENTAIRE ..........................................................83 4.22 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES VECTEURS ................................................ 84 4.23 PROGRAMME DE SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE ........................................ 85

  • 3

    4.24 LUTTE CONTRE L'HYPERTENSION ARTERIELLE .................................................. 85 4.25 LUTTE CONTRE LE RHUMATISME CARDIAQUE .....................................................86 4.26 LUTTE CONTRE LES CANCERS ................................................................................. 87 4.27 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES MALADIES MENTALES ............................ 88 4.28 PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES TROUBLES DUS

    A LA CARENCE EN IODE .......................................................................................... 89 4.29 LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE DIABETE ......................................... 89 4.30 PROGRAMME DE SANTE BUCCO-DENTAIRE ............................................................... 90 4.31 PROGRAMME DE REHABILITATION PHYSIQUE ..................................................... 91

    5 PRINCIPES DE BASE DE L'EPIDEMIOLOGIE ........................................................ 92 5.1 LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DE LUNITE : ................................................................... 94 5.2 DEFINITION DE L'EPIDEMIOLOGIE ......................................................................... 95 5.3 LA DEMARCHE EPIDEMIOLOGIQUE ....................................................................... 95 5.4 LA DEMARCHE EPIDEMIOLOGIQUE (SCHEMAS) .......................................................97 5.5 LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE : .............................................................. 98 5.6 CLASSIFICATIONS ................................................................................................... 100 5.7 PLACE DE L'EPIDEMIOLOGIE EN SANTE PUBLIQUE ........................................... 102 5.8 LES MESURES DE FREQUENCES............................................................................ 103 5.9 LES MESURES DE DISTRIBUTION ......................................................................... 108 5.10 APPROCHE A L'INVESTIGATION D'UNE EPIDEMIE .............................................. 110 5.11 DEFINITIONS ............................................................................................................. 117 5.12 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ 119

    6 LA FORMATION .................................................................................................. 120 6.1 OBJECTIFS DE LUNITE .......................................................................................... 122 6.2 LA FORMATION MEDICALE ............................................................................................. 123 6.3 LA FORMATION PARA MEDICALE.................................................................................... 124 6.4 LA FORMATION CONTINUE ............................................................................................. 128 6.5 L'INSTITUT NATIONAL D'ADMINISTRATION SANITAIRE .................................... 135

  • 4

    1 INTRODUCTION GENERALE Les professionnels de sant nouvellement recruts se heurtent un certain nombre de problmes

    lis la mconnaissance de systme de sant de son organisation et de son environnement rendant difficile parfois leur intgration dans lorganisation.

    Portant de cette problmatique et suite aux constats relevs au niveau du terrain ainsi quaux besoins exprims par cette population mdicale, infirmire et gestionnaire, il a t dcid dlaborer un module dintgration de ces nouvelles recrues.

    Lobjectif de ce module est de faciliter lintgration des nouvelles recrues dans notre systme par une meilleure connaissance des structures, du fonctionnement et de lenvironnement de notre organisation.

    Ce document labor grce lappui de lorganisation mondiale de la sant est destin principalement aux professionnels mdicaux, infirmiers et gestionnaires nouvellement recruts, il peut tre consult aussi par dautres personnels pour la prparation des concours et examens.

    Il a t labor par des personnes ressources du domaine suite un effort de synthse et de compilation des principaux documents du dpartement. Il est organis en units et chaque unit est prsente sous forme de chapitres avec les objectifs qui sont assigns pour chaque partie.

    La premire partie prsente le systme national de sant avec une dfinition des concepts, une prsentation des composantes du systme national de sant et du dispositif de loffre de soins.

    La deuxime partie de ce document nous donne un aperu sur la stratgie sectorielle et le plan de dveloppement socio-conomique 2000-2004 avec les principaux objectifs de sant et les rformes du systme projetes.

    Les programmes de sant dvelopps par les diffrentes directions font lobjet de la troisime partie de ce document qui prcise pour chaque programme ses objectifs, les principales activits et points clefs de la stratgie de lutte et les indicateurs de suivi.

    Une partie est rserve au rappel de quelques notions fondamentales en pidmiologie depuis la notion de surveillance pidmiologique jusquaux mesures de frquence.

    Enfin la dernire partie nous prsente le systme de formation de base et continue de notre dpartement.

  • 5

    2 LE SYSTEME NATIONAL DE SANTE

  • 6

    Contenu de l'unit

    2.1 Les Objectifs pdagogiques de lUnit

    2.2 Introduction

    2.3 Clarification des concepts

    2.4 Dfinition de la sant

    2.5 Quest - ce quon entend par systme ?

    2.6 Comment dfinir un systme de sant ?

    2.7 Les Composantes du systme national de sant

    2.8 Le dispositif de loffre de soins

    2.9 Les autres composantes du systme

  • 7

    2.1 LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DE LUNITE :

    Dfinir les concepts :

    Sant Systme sanitaire

    Citer les principales composantes du systme national de sant.

    Prsenter sous forme d'un schma l'organigramme du ministre de la sant.

    Rdiger les principales attributions de chaque direction du ministre de la sant.

    Prsenter schmatiquement l'organigramme :

    D'une dlgation mdicale provinciale / prfectorale,

    D'une direction rgionale de la sant.

    Dfinir les types d'hpitaux selon :

    La capacit litire, Le mode de gestion, La spcificit de l'tablissement, Le niveau d'intervention

    Citer les formations sanitaires et les structures d'appui qui composent le rseau de soins de sant de base.

    Dfinir les 3 types de stratgies de couverture des soins de sant de base.

    Enumrer les lments qui constituent le dispositif de loffre de soins dans le secteur public

  • 8

    2.2 INTRODUCTION :

    Lorganisation et le dveloppement de la sant joue un rle fondamental dans lamlioration de la productivit de la population et de son bien-tre.

    Le Ministre de la sant a dfini lensemble des actions du systme national de sant afin quil produise des prestations de qualit, rduise les disparits rgionales dans le secteur et augmente les ressources permettant de prserver les acquis et dtendre la couverture sanitaire.

    2.3 CLARIFICATION DES CONCEPTS :

    2.4 DEFINITION DE LA SANTE :

    La SANTE est un tat dynamique de complet bien tre physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou dinfirmit .

    La Sant est lquilibre et lharmonie de toutes les possibilits de la personne humaine (biologiques, psychologiques, sociologiques), cet quilibre exige la satisfaction des besoins fondamentaux et ladaptation lenvironnement en perptuelle mutation .

    2.5 QUEST - CE QUON ENTEND PAR SYSTEME ?

    Un systme cest un ensemble structur dlments cohrents (lis les uns aux autres) concourant au mme ensemble dobjectifs.

    2.6 COMMENT DEFINIR UN SYSTEME DE SANTE ?

    Un systme de sant peut se dfinir comme tant :Toutes activits, officielles ou non, qui portent sur les services de sant mis la disposition dune population donne et sur lutilisation de ces services par la population

    Un systme de sant est un agencement complexe des activits des professionnels de la sant et des divers agents qui participent leur financement (soins et autres activits connexes). Les activits finances dpassent le simple cadre des soins (hospitaliers et ambulatoires) et des biens mdicaux pour toucher dautres secteurs lis la sant, savoir lenseignement, lhygine, la prvention collective et la recherche .

    (Zine Eddine El Idrissi My D. 1998 b P.24)

    Le systme National de sant se dfinit comme lensemble des ressources humaines, matrielles, financires ainsi que les institutions et activits destines a assurer la promotion, la protection, la restauration et la rhabilitation de la sant de la population

    (Ministre de la sant, projet de loi relatif au systme national de sant et loffre de soins)

  • 9

    2.7 LES COMPOSANTES DU SYSTEME NATIONAL DE SANTE :

    Le systme national marocain de sant se compose des secteurs suivants : Un secteur Etatique comprenant :

    Le Ministre de la Sant Les services de sant des Forces Armes Royales Les services de sant relevants des collectivits locales

    Un secteur mutualiste, des assurances et des tablissements publics. Un secteur public Un secteur traditionnel.

    En somme, le Systme national de sant peut tre rsum en 3 secteurs principaux :

    Secteur public Secteur priv but non lucratif Secteur priv but lucratif.

    Figure 1 : Schma du systme national de sant

    Les principes fondamentaux du systme national de sant Marocain concourent essentiellement allonger lesprance de vie en bonne sant du citoyen, amliorer la qualit de son existence, pour permettre son implication active dans le dveloppement conomique et social et favoriser un dveloppement sanitaire harmonieux et intgr dans tous le pays. :

    *Rseau hospitalier public *Rseau de soins de sant de

    base *Instituts et laboratoires

    nationaux *Services de sant des FAR. *Bureau municipaux et

    communaux dhygine

    *Hpitaux et tablissements de soins de la CNSS, des mutuelles, de lOCP et lONE.

    *Cabinet dentaires et laboratoires danalyse des mutuelles

    *Hpitaux et centres de soins des ligues et fondations

    *Hpitaux et cliniques prives *Cabinets libraux *Opticiens prothsistes *Officines

    Secteur Priv but lucratif

    Secteur Public

    LE SYSTEME NATIONAL MAROCAIN DE SANTE

    Secteur Priv but non lucratif

  • 10

    2.7.1 LE MINISTERE DE LA SANTE :

    Le dpartement de la sant est charg de llaboration et de la mise en uvre de la politique du gouvernement en matire de sant de la population. Il est le garant de la promotion du bien tre physique, mental et social des citoyens et agit en liaison avec les dpartements concerns.

    2.7.1.1 Organisation : Lorganisation du Ministre de la sant comprend linstar de la structure des autres

    dpartements un cabinet du ministre, une administration centrale et des services priphriques

    2.7.1.2 Organigramme du Ministre de la sant Figure 2 : Organigramme du Ministre de la Sant

    Inspection Gnrale

    Direction de la population

    Dlgations aux Wilayas, Provinces & Prfectures

    LE MINISTRE

    D. de lEpidmiologie et de lutte contre les maladies Division de

    l'approvisionnement

    Division du Parc-Auto et des affaires

    gnrales

    Division de lInformatique et des

    mthodes

    Institut National dAdministration

    Sanitaire

    D. des Hpitaux et des soins ambulatoires

    D. Mdicament et de la Pharmacie

    D. Equipements et de la maintenance

    Direction des Ressources Humaines

    D. Rglementation et du Contentieux

    Secrtariat Gnral

    Cabinet

    D. de la Planification et Ressources Financires

  • 11

    2.7.1.3 Attributions du ministre de la sant Dfinition des priorits sanitaires nationales et laboration de la stratgie sectorielle Rgulation et coordination du dveloppement du secteur Planification de loffre de soins Dveloppement de la lgislation sanitaire Monitoring de la performance des institutions et processus de leur accrditation Elaboration dune politique sur la recherche et le dveloppement. Rgulation du financement et allocation des ressources aux rgions.

    2.7.1.3.1 LAdministration centrale : Elle est conue sur le modle hirarchique combin avec le principe de spcialisation et de la

    division de travail et comprend :

    Le Ministre de la sant :

    Le Secrtariat gnral : Cest une institution qui assure sous lautorit du Ministre des tches techniques et

    administratives importantes et diverses, sa tte un secrtaire gnral, considr comme deuxime responsable aprs le Ministre, il assure la continuit de ladministration sanitaire ainsi que la coordination des structures du dpartement.

    Linspection gnrale : Cette institution procde sous lautorit du Ministre et sur ses instructions au contrle de

    lutilisation des moyens et ressources mis la disposition de tout le dpartement et informe rgulirement le Ministre sur le fonctionnement des services.

    Les Directions centrales : Constituent le centre de conception de laction sanitaire, de direction et dimpulsion des

    structures qui leur sont rattaches (divisions et services) Les directions assurent les grandes tches du dpartement.

    2.7.1.3.1.1 Organisation et attributions des services centraux Formulation des politiques de sant applicables aux activits inter et intra sectorielles et

    fixation des priorits. Elaboration des plans nationaux sanitaires Allocation des ressources Surveillance et valuation de lefficacit et efficience du systme Appui technique aux rgions Contrle des qualit des produits pharmaceutiques Rglementation du dveloppement du personnel y compris la formation Rglementation des organismes prestataires de soins secteur priv Encadrement/coordination des tablissements de soins nationaux et instituts

    denseignement et de recherche. Dveloppement de la coopration bi et multilatrale Coordination des diverses sources de financement Rpartition rationnelle et quitable des fonds et subventions entre rgions/provinces

  • 12

    2.7.1.3.1.2 Direction de la planification et des ressources financires

    Attributions : Contribution la dfinition des orientations en matire de la planification sanitaire dans

    le pays Ralisation des tudes sectorielles ou intersectorielles en vue danalyser la situation

    sanitaire. Harmonisation des programmes daction en liaison avec les organismes publics ou

    privs des mthodes comptables, conformment aux orientations nationales en matire de prvention, de soins et dencadrement sanitaire.

    Recherche et proposition des projets dinfrastructure lis la carte sanitaire. Coordination de laction du ministre dans le domaine budgtaire et mise en place des

    crdits en les dlguant aux sous ordonnateurs et tenue de la comptabilit de tout le dpartement.

    Ralisation dtudes conomiques sur le systme de sant en termes dvaluation et de prvision.

    Jouer le rle dobservatoire dutilisation des moyens budgtaires et extrabudgtaires Contribution la mise en uvre du systme de lassurance maladie dans les limites des

    comptences du ministre. Promotion de la coopration dans le domaine de la sant, recherche, inventaire et

    mobilisation des aides de coopration pouvant tre consenties au Maroc pour le dveloppement de la sant.

    Planification et tudes

    Planification, carte sanitaire, tudes/informations/conomie sanitaire

    Division Financire

    Budget, comptabilit, suivi et valuation des ressources financires

    Coopration

    Bilatrale, rgionale, Organisations internationales, intergouvernementales, ONG, collectivits locales

    PLANIFICATION ET RESSOURCES FINANCIERES

  • 13

    2.7.1.3.1.3 Direction des Ressources Humaines

    Attributions : Formation professionnelle et recyclage du personnel. Affectation, recrutements, administration et gestion des affaires du personnel et

    promotion des actions duvres sociales. Rponse aux besoins exprims par les diffrents services du dpartement sur la base de

    plans dacquisition et de dveloppement des ressources humaines. Elaboration et suivi des plans de formation des cadres administratifs, mdicaux,

    pharmaceutiques, dentaires et des infirmiers en concertation avec le personnel concern.

    Evaluation de ladquation de la formation du personnel aux exigences du mtier et emploi et adaptation des programmes de formation.

    Tenu dun fichier informatique du personnel. Description des postes des fins dvaluation, de planification et de formation. Etablissement des besoins qualitatifs et quantitatifs du ministre en personnel sur la

    base des priorits et des objectifs des plans. Instruction des dossiers soumis au conseil de sant en matire de congs, maladies,

    homologations et contrle de laptitude lemploi.

    RESSOURCES HUMAINES

    Gestion du personnel

    Mdical, paramdical et administratif,

    Affaires disciplinaires

    Formation

    Formation de base Formation continue

    Contrle de la sant des fonctionnaires

    Congs maladies et homologation, Aptitude lemploi

    uvres sociales

    Informatique et actes

    collectifs

    Gestion prvisionnelle et des postes budgtaires

  • 14

    2.7.1.3.1.4 Direction de lEpidmiologie et de la Lutte Contre les Maladies

    Attributions : Surveillance pidmiologique de la population et tenu du fichier pidmiologique

    central. Evaluation des caractristiques pidmiologiques de la population et ralisation des

    enqutes et tudes en matire dpidmiologie. Conception et ralisation des programmes de lutte contre les maladies Programmation et ralisation des actions visant protger le milieu ambiant. Contrle de la qualit des laboratoires de biologie relevant du ministre et dfinition

    des normes techniques de leur fonctionnement. Promotion et participation au contrle de lapplication de la rglementation en matire

    de radioprotection. Contrle sanitaire des denres alimentaires.

    Hygine du milieu

    Assainissement de base Hygine alimentaire Lutte anti- vectorielle Action intersectorielle Salubrit de

    lenvironnement

    Maladies non transmissibles

    Sant mentale et maladies dgnratives

    Mdecine bucco-dentaire

    Sant des travailleurs Maladies mtaboliques Maladies cardiova-

    sculaires et noplasiques

    Maladies transmissibles

    Maladies parasitaires Maladies respiratoires Maladies oculaires et

    otologiques Maladies

    dermatologiques MST/SIDA Maladies

    pidmiques

    Service

    administratif

    Institut National

    dHygine

    Centre National de

    Radioprotection

    Service de surveillance

    pidmiologique

    DIRECTION DE LEPIDEMIOLOGIE ET DE LA LUTTE CONTRE LES MALADIES

  • 15

    2.7.1.3.1.5 Direction Du Mdicament et de la Pharmacie

    +Attributions : Elabora tion des normes de fabrication, de conditionnement, de circulation, de vente et de

    stockage des mdicaments, produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques. Fixation du cadre des prix des mdicaments et des spcialits pharmaceutiques. Contrle technique et contrle de la qualit des mdicaments et des spcialits

    pharmaceutiques. Etablissement et mise jour de la liste des mdicaments essentiels. Dtermination analytique et des essais ncessits par le contrle des mdicaments, des

    spcialits pharmaceutiques et des articles destins lusage de la mdecine. Inspection des officines, grosseries et laboratoires de fabrication. Dlivrance des visas et des autorisations de dbit des produits pharmaceutiques. Gestion de la banque de donnes technique et conomique sur les mdicaments.

    MEDICAMENT ET

    PHARMACIE

    Laboratoire National de Contrle du Mdicament

    Physico-chimie Assurance qualit Essais biologiques

    Pharmacie Visas, Homologations et autorisations Stupfiants Suivi du secteur Service des activits conomiques

  • 16

    2.7.1.3.1.6 La Direction de la Population

    Attributions : Promotion et excution des programmes de planification familiale et des programmes

    relatifs la sant maternelle et infantile. Programmation et ralisation des actions de rhabilitation physique et de griatrie. Coordination des activits dinformation, dducation et de communication des

    diffrents programmes. Appui aux diffrentes directions et excution des travaux pour le compte des diffrents

    programmes sur le plan dInformation / Education / Communication .

    DIRECTION DE LA POPULATION

    Administratif

    Rhabilitation et griatrie

    Planification Familiale (PF) *Programmation et

    planification des activits de PF

    *Coordination et collaboration intersectorielle

    Division de Sant Scolaire et Universitaire

    *Enseignement prscolaire

    et fondamental *Enseignement

    Secondaire/universitaire

    Division de la Sant Maternelle et infantile

    *Protection de la sant

    infantile *Protection de la sant

    de la mre

    Division de lIEC

    *Production *Conception *communication

  • 17

    2.7.1.3.1.7 La Direction des Hpitaux et des Soins Ambulatoires

    Attributions : Coordination des actions du dpartement en matire hospitalire et suivi des activits

    des hpitaux. Etablissement des bilans des activits des hpitaux. Contribution llaboration de la stratgie du dpartement en matire de soins

    ambulatoires. Evaluation de laction du rseau ambulatoire sur le plan de la qualit et de

    laccessibilit des prestations. Gestion de laction du dpartement en matire dassistance sociale et de lassistance

    mdicale gratuite au profit des indigents. Contribution au dveloppement des moyens logistiques pour faire face aux

    catastrophes, y compris le ramassage mdicalis des victimes et la coordination des programmes.

    Dfinition des stratgies de restructuration des services des urgences travers le royaume.

    Dfinition des programmes de formation en urgentologie et contribution leur ralisation.

    Organisation, planification et valuation des tches relatives la collecte, au stockage, au traitement, lutilisation et la distribution du sang et de ses drivs.

    HOPITAUX ET SOINS AMBULATOIRES

    Centre National de Transfusion

    Sanguine

    Urgences et Secours Urgentologie Coordination intersectorielle Logistique

    Hpitaux

    Programmation des

    actions hospitalires Suivi/valuation Budget

    Soins Ambulatoires

    Soins ambulatoires Couverture sanitaire et

    intgration des activits

    Assistance

    Assistance sociale Assistance

    mdicale gratuite

  • 18

    2.7.1.3.1.8 La Direction des Equipements et de la Maintenance

    Attributions Excution du budget dinvestissement du ministre. Etude et suivi de ralisation des projets darchitecture, de btiment et de construction. Etude, programmation et suivi de ralisation des projets dquipement en matriel

    biomdical et biotechnique. Maintenance, amnagement et prparation du patrimoine immobilier et matriel. Recherche et normalisation de linfrastructure des quipements. Gestion administrative, entretien des installations des services centraux et tenue des

    inventaires des patrimoines foncier et bti du dpartement.

    EQUIPEMENT ET MAINTENANCE

    Marchs

    Btiments et Architecture Etudes architecturales Travaux de gnie civil Installations techniques

    Matriel et Equipements Biomdicaux

    Maintenance Etudes et acquisitions

    Patrimoine et Programmation

    Patrimoine Programmation et suivi

    budgtaire

  • 19

    2.7.1.3.1.9 La Direction de la rglementation et du Contentieux

    Attributions : Etudes juridiques et laboration des projets de textes lgislatifs et rglementaires en

    matire de sant. Instruction des dossiers contentieux impliquant le ministre. Suivi administratif des relations du dpartement avec les autres administrations, les

    collectivits locales et les associations nationales. Participation au contrle de lexercice des professions rglementes. Appui aux autres directions du ministre en matire juridique.

    REGLEMENTATION

    ET CONTAENTIEUX

    Rglementation

    Etudes juridiques et Statuts Lgislation et rglementation sanitaire Conventions et relations avec les

    associations vocation sanitaire

    Contentieux et affaires professionnelles

    Contentieux Installation des professions

    rglementaires Etablissements de soins et laboratoires

    danalyse

  • 20

    2.7.1.3.1.10 La Division du Parc Auto et Affaires Gnrales

    Attributions : Gestion et maintenance du Parc auto et des moyens de mobilit du ministre.

    2.7.1.3.1.11 La Division de lApprovisionnement

    Attributions : Excution des dpenses communes des diffrentes directions Acquisition, stockage et distribution des produits pharmaceutiques, des mdicaments et

    des produits dintendance.

    PARC AUTO ET AFFAIRES GENERALES

    Gestion des moyens de mobilit

    Maintenance du Parc-Auto

    Affaires Gnrales

    DIVISION DE LAPPROVISIONNEMENT

    Service

    dApprovisionnement

    Service de Marchs

    Service de Gestion des

    Stocks

  • 21

    2.7.1.3.1.12 La Division de lInformatique et des Mthodes

    Attributions : Animation des activits informatiques du ministre par llaboration et la gestion dun

    schma directeur. Appui technique en matire dinformation aux services centraux et aux services

    extrieurs. Dcret 2-94-285 du 21 novembre 1994 relatif aux attributions et

    lorganisation du ministre de la sant

    2.7.1.3.2 Les services extrieurs : 2.7.1.3.2.1 Organisation :

    Les services extrieurs de la sant sont constitus en dlgations prfectorales et provinciales.

    Chaque dlgation est place sous lautorit dun mdecin dlgu. Chacune de ces dlgations est charge dans la limite de son primtre territorial de lanimation, du contrle et de la coordination des activits des activits des services qui la composent.

    2.7.1.3.2.2 Mission des services extrieurs : Les services extrieurs prennent des mesures destines prserver et promouvoir la sant

    des habitants.

    Ils concourent la protection prventive et curative de la sant de la population Assurent la gestion des ressources humaines financires et matrielles mobilises et les

    activits dtude, de planification, de programmation, dvaluation, de contrle, de suivi et de recherche.

    2.7.1.3.2.3 Organigramme dune dlgation mdicale provinciale/prfectorale Le service administratif et conomique : Il est charg du suivi et de la coordination des toutes les

    affaires administratives, conomiques et gnrales. Le service des soins curatifs : responsable de la coordination du systme de soins, suivi

    valuation et appui technique aux formations hospitalires et aux ESSB.

    DIVISION DE LINFORMATIQUE ET DES

    METHODES

    Service des tudes et de la coordination

    Service dExploitation et dAppui

  • 22

    Le service de la promotion de la sant : assure lanimation, la programmation et le suivi valuation des activits de prvention et de promotion de la sant.

    Figure n 14 : Organigramme dune dlgation mdicale provinciale/prfectorale

    Au niveau des Wilayas, la prfecture mdicale chef-lieu comprend en outre les services suivants :

    Service dhygine du milieu : qui soccupe du contrle et la supervision des actions en matire de surveillance dhygine.

    Service de planification et de lappui : Charg de la coordination et du suivi des activits de planification et de programmation sanitaire.

    Service de maintenance : Assure la gestion et maintenance des quipements et installations biomdicaux et techniques.

    2.7.1.3.2.4 Attributions des services provinciaux et prfectoraux Organisation et direction des services hospitaliers dans la province Gestion de tous les autres tablissements de soins du secteur public Excution des programmes de sant Gestion des budgets Coordination et supervision de tous les services de sant assurs dans la province. Encouragement de participation des collectivits locales la planification sanitaire

    locale. Prparation dun plan annuel de sant. Mobilisation de fonds locaux supplmentaires pour les projets dinvestissement. Formation en cours demploi des agents de sant.

    2.7.1.3.2.5 Organisation rgionale des services de sant Lorganisation territoriale des services rgionaux de sant rpond au souci de

    dconcentration, sur le plan structurel, la direction rgionale cre dans chacune des chefs lieux de rgions constituerait le relais entre les dlgations provinciales et ladministration centrale. Elle sera investi dune mission de reprsentant du pouvoir central au niveau de la rgion.

    Service Administratif et Economique

    Service de soins curatifs

    Service de promotion de la sant

    Etablissements Hospitaliers

    Etablissements de soins de sant de base (ESSB)

    Structures dAppui

    MEDECIN DELEGUE

  • 23

    2.7.1.3.2.6 Organigramme de la direction rgionale de sant

    Figure n15 : Organigramme de la direction rgionale de sant

    Attributions Des services rgionaux de sant Dfinition des besoins en sant de la rgion dans le cadre des politiques de sant

    nationales. Planification sanitaire rgionale, surveillance et valuation des programmes. Coordination de toutes les activits sanitaires dans la rgion. Emploi et encadrement dune partie ou dune totalit du personnel de sant. Formation en cours demploi. Soutien logistique, notamment approvisionnement en achats groups.

    GOUVERNEUR REGIONAL

    Dlgation Rgionale de

    sant

    Conseil rgional

    Commissions permanentes Comm. Environnement C. Sant-Hygine Comit de coordination

    intra - rgional

    Centre hospitalier rgional

    C.Hospitalier Provin

    C.Hospitalier Provin

    C.Hospitalier Provin

    Dlgation de la

    sant

    Dlgation de

    la sant

    Dlgation de

    la sant

    Gouverneur provincial

    Assemble provinciale

    Comit technique

    provincial

    Structures dappui au RSSB Circonscriptions sanitaire Centre Hospitalier provinciale

    Equipe mobile et itinrant

    Hpital local Conseil Communal

    Socit civile Dispensaire

    CSC avec lits Laboratoire dpidmiologie /HM

    CRPF

    CDST

  • 24

    2.8 LE DISPOSITIF DE LOFFRE DE SOINS

    Le ministre de la sant a mis au point un dispositif de prise en charge fond sur le nombre dhabitants et sur lestimation des activits raliser par chaque type de structure ou formation sanitaire.

    Ce dispositif se prsente en deux principaux rseaux : 2.8.1 LE RESEAU DACTIONS HOSPITALIERES :

    2.8.1.1 Classification selon la capacit litire: Cest une ancienne classification elle prsente les formations hospitalires sous quatre types

    hirarchises partant du niveau le plus rapproch de la population jusquau plus sophistiqu tablissement de sant : Cette classification se fait comme suit :

    Lhpital local : Cest une formation sanitaire dune capacit de 120 200 lits et qui dessert une population de

    200.000 250.000 habitants. Lhpital local comporte au minimum quatre disciplines de base : la mdecine, la chirurgie, la pdiatrie et la gynco-obsttrique.

    Lhpital provincial : Dune capacit de 200 500 lits, il est implant au chef lieu de la province do il prend en

    charge la totalit de la population quy habite. Lhpital provincial comprend en plus des quatre disciplines de lhpital local : la dermatologie, la psychiatrie, la radiologie, lophtalmologie, les urgences et la ranimation.

    Le centre hospitalier rgional : Dessert toute la rgion concerne, sa capacit est de 500 1000 lits et comprend outre les

    disciplines de lhpital provincial : le service des brls, la gastro-entrologie, loncologie, la rhabilitation, loto-rhino-laryngologie (ORL) et la cardiologie.

    Le centre hospitalier universitaire (CHU) : Sa capacit est suprieure 1000 lits. Ces centres sont hautement quips et disposent de

    toutes les disciplines et ont une vocation de formation et de recherche mdicale.

    2.8.1.2 Classification selon le mode de gestion : Les hpitaux dits en rgie ou SEGER (services de lEtat grs en rgie) :

    Lorganisation et le fonctionnement de ces tablissements sont assurs par lEtat, ils sont dans une situation de dpendance statutaire et financire du ministre de la sant et ne disposent pas de personnalit morale. Leurs ressources financires sont des crdits dlgus par le dpartement sur le budget gnral.

    Les hpitaux rigs en service de lEtat gr de manire autonome (SEGMA) :

    Il sagit de services dots dune autonomie financire qui facilite leur autonomie de gestion, mais qui ne disposent pas de personnalit morale, ils sont soumis la subordination de ladministration sanitaire.

  • 25

    Les SEGMA sont des services de lEtat dont les oprations de recettes, de dpenses et de trsorerie sont excutes par un chef de service sous ordonnateur plein droit et par un comptable public spcial rattach au comptable suprieur de royaume .

    Art 65du dcret Royal n330 66 du 21 Avril 1967 et son application par le dcret Royal n 186-68 du 31 juillet 1999.

    Les Centres Hospitaliers Erigs en Etablissements Publics Administratifs (CHEEPA) :

    Sont des tablissements dots de personnalit morale et juridique propre, dune autonomie financire plus au moins tendue, dune indpendance aux autorits administratives et dune autonomie de gestion des ressources. En contre partie, de part leur statut dtablissements publics, ils se trouvent soumis certains contrles de lEtat et au respect des principes fondamentaux du service public.

    Les centres hospitaliers concourent la ralisation des objectifs fixs par lEtat en matire de sant.

    2.8.2 ORGANISATION ACTUELLE DES HOPITAUX AU MAROC :

    2.8.2.1 Classification selon la spcificit de ltablissement : Hpital gnral (HG) :

    Cest un tablissement qui assure des services et des soins des clients de tout ge qui serait atteints daffections diverses.

    Hpital spcialis (HS) : Etablissement qui assure des services et des soins des clients qui seraient atteints dune

    affection dun appareil ou dun organe donn.

    2.8.2.2 Classification hirarchise : Comporte trois niveaux :

    Le premier niveau : La Polyclinique de sant publique (PSP) : Hpital gnral Le Centre Hospitalier Provincial ou Prfectoral (CHP) : Un ou plusieurs

    hpitaux gnraux ou spcialiss.

    Le Deuxime niveau : Le Centre Hospitalier Rgional (CHR) : Un ou plusieurs hpitaux gnraux et

    spcialiss.

    Le troisime niveau : Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) : Etablissements offrant un gamme

    complte de services et de soins hautement spcialiss.

    2.8.3 LE RESEAU DACTION AMBULATOIRE :

    Ce rseau comporte un ensemble dtablissements dits de soins de sant de base (ESSB) qui sont destins assurer les soins de sant primaires (SMI-PF, vaccination, prvention et contrle des maladies endmiques, traitement des maladies et lsions courantes, ducation, assainissement, fourniture des mdicaments essentiels)

  • 26

    Le rseau ambulatoire se compose des formations sanitaires suivantes :

    Le dispensaire rural (DR) Plac dans une aire gographique de 15 000 habitants appele secteur sanitaire, chaque

    secteur est divis en sous secteur denviron 5000 habitants visits par un infirmier itinrant ou quipe mobile.

    Le centre de sant communal (CSC) Implant au chef lieu d une commune denviron 45 000 habitants. Cest le premier

    tablissement sanitaire mdicalis en milieu rural

    Le centre de sant urbain (CSU) : Cest la formation de sant qui se situe dans une agglomration urbaine et assure les soins

    curatifs essentiels et les activits de prvention, la protection de la sant de la mre et de lenfant, les consultations mdicales (mdecine gnrale, pdiatrie, gyncologie).

    2.8.4 STRUCTURES DAPPUI

    Le centre de diagnostic polyvalent (CDP) : Prend en charge les patients adresss par les centres de sant pour diagnostic spcifique.

    Le centre de rfrence pour la planification familiale (CRPF) : Cest un centre de consultation, dinformation et de formation en matire de tout ce qui a trait

    la PF.

    Le centre de diagnostic spcialis de la tuberculose (CDST) Soccupe de la prise en charge des cas de tuberculose et appui les ESSB qui interviennent dans

    le programme de lutte antituberculeuse.

    Le laboratoire dpidmiologie et dhygine du milieu (LEHM). Il soutien les programmes de prvention et de lutte cotre les maladies transmissibles et non

    transmissibles (contrle de produits risque, diagnostic des maladies)

    LOffre de soins ou de prestations au niveau des ESSB se fait sur une stratgie qui tend satisfaire les besoins sanitaires travers trois modes refltant la ralit du pays :

    le mode dit fixe constitu par les diffrents tablissements des SSB. La population se rend au niveau de ces formations pour bnficier des prestations.

    le mode mobile : Cest le personnel de sant qui se dplace pour se rendre chez la population soit par le moyen dun vhicule avec un paquet dactions plus important (quipe mobile), ou par un infirmier itinrant qui fait la visite domicile (porte porte).

    le mode participatif : Fait dans le cadre de lapproche communautaire, par des personnes identifies localement appeles agent communautaires ex : Kablas, Fkihs, enseignants des coles (MEN)

    Les tablissements des soins de sant de base assurent lexcution des programmes dactions sanitaires qui seront traits au niveau de lunit v.

  • 27

    2.9 LES AUTRES COMPOSANTES DU SYSTEME

    2.9.1 LES SERVICES DE SANTE DES FORCES ARMEES ROYALE :

    Ces services sont dots dune infrastructure sanitaire importante constitue dhpitaux et de camps avancs, dinfirmeries de garnison et de sous secteurs, de bataillons mdicaux, de magasins dapprovisionnement sanitaire, dcoles de sant militaire.

    Les moyens dintervention mis en uvre travers le pays sont destins assurer la prise en charge de la sant dune population cible plus importante( des militaires et de leurs familles).

    2.9.2 LE SECTEUR MUTUALISTE :

    Il intervient dans le cadre de lAMO (Assistance Maladie Obligatoire) par des activits dont la nature est essentiellement oriente vers le financement des actes de sant et est reprsent par deux principaux organismes de prvoyance sociale.

    La Caisse Nationale des uvres de Prvoyance Sociale : Contribue au financement des prestations sanitaires fournies par les tablissements sanitaires

    publics ou privs, aux adhrents et leurs ayants droit. En plus, il fournit des soins ses adhrents dans certaines structures sanitaires quil possde. Le nombre des adhrents est sens augmenter grce la dcision gouvernementale qui oblige tous les fonctionnaires adhrer obligatoirement au C.N.O.P.S.

    La Caisse National de Scurit Sociale (C.N.S.S) : Cette institution offre dassurance couvrant une gamme de prestations sociales et sanitaires

    ses adhrents, salaris du secteur priv (allocations familiales, indemnits de retraite, indemnits journalires de maladie, indemnits journalires de maternit, etc.

    Lassurance mdicale finanait des soins mdicaux dispenss par le secteur priv et le ministre de la sant. A partir de 1979, laction de la CNSS sest tendue au secteur sanitaire par la construction dun certain nombre de polycliniques, de maternits, de centres de diagnostic et dhmodialyse.

    2.9.3 LA MEDECIN PRIVEE :

    Les cabinets mdicaux, dentaires et les cliniques privs fournissent leurs prestations sanitaires aux personnes couvertes par des assurances ou ayant des ressources financires leur permettant de rgler leurs factures. Etant donn que les mdecins privs sont souvent mal quips et peu contrls, ils noffrent gnralement pas de soins de qualit remarquable lexception de laccueil, de lhbergement et de la restauration qui sont meilleurs que ce quoffre le ministre de la sant.

    Lexpansion rapide de la mdecine prive, ces annes, vue comme le moyen dallger les pressions qui sexercent sur les services publics surchargs.

    2.9.4 LA MEDECINE TRADIONNELLE :

    Les populations rurales mais galement des souches de la population urbaine ont souvent recours dautres prestataires pour obtenir des conseils ou des traitements auprs des herboristes, des gurisseurs traditionnels, des mcaniciens dentaires, des Kablas, les personnes

  • 28

    qui pratiquent des circoncision, etc. Bien que ces derniers ne soient pas lgalement reconnus et que leurs activits ne soient pas values, ils jouent toujours un rle important dans le domaine des soins sanitaires vu leur accessibilit, de mme que le secteur de sant a besoin de les impliqus tant quils jouissent dun rle de personnes ressources influentes sur la population. Leur implication savre indispensable dans le cadre de lapproche de la participation communautaire.

  • 29 Objectifs IMPACT E F F I C I E N C E PRODUCTIVITE RENDEMENT Contrat Entres Moyens Matriels Efforts Effets immdiats Rsultat Final de gestion (In put) (Out comes) (Out put) Humaines Financires

    Rsultats dun processus prcdent E F F I C A C I T E I N T E R N E E F F I C A C I T E E X T E R N E Schma dvaluation dun systme

  • 30

    3 LA STRATEGIE SECTORIELLE DE SANTE

  • 31

    Contenu de l'unit

    3 LA STRATEGIE SECTORIELLE DE SANTE

    3.1 Objectifs pdagogiques de l'unit

    3.2 Dfinitions

    3.3 Cadre danalyse et de conceptualisation de la stratgie sectorielle

    3.4 Amlioration de la sant

    3.5 Les objectifs gnraux de sante

    3.6 Les principales reformes du systme de sant

  • 32

    3.1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DE L'UNITE

    Citer les 7 objectifs gnraux de la stratgie sectorielle de sant 2000 2004.

    Rdiger les 3 objectifs de la rforme du systme de sant

    Expliquer les caractristiques du modle des services de sant actuel.

    Expliquer les caractristiques et apports du modle de service de sant projet.

    Schmatiser les composantes cls de la rforme du financement du systme de sant.

    Rdiger les 6 principes fondamentaux de l'assurance maladie obligatoire.

    Expliquer les 2 scnarios proposs pour la prise en charge mdicale des conomiquement faibles (RAMAF).

    Citer les composantes cls de la rforme hospitalire et la vise de chacune d'entre elle.

    Organisation rgionale; Organisation prfectorale / provinciale; Stratgie

    Citer les attributions projetes de chacune des organisations :

    Provinciale; Rgionale; Centrale

  • 33

    3.2 DEFINITIONS

    Pour faciliter la lecture les membres du groupe de rdaction ont jug utile de produire quelques dfinitions pour aider le lecteur dans sa lecture du document.

    Stratgie :

    Le petit Larousse dfinit la stratgie comme tant "un art de cordonner des actions, de manuvrer habilement pour atteindre un but.

    Stratgie nationale :

    La stratgie nonce les grandes lignes de laction requise dans tous les secteurs en cause afin de donner effet la politique nationale de sant, en indiquant les problmes et les moyens de les rsoudre. La stratgie comporte gnralement des programmes. 1

    Dcentralisation :

    La dcentralisation peut tre dfinie comme une technique d'organisation administrative se traduisant par la rpartition des pouvoirs entre diffrents centres de dcisions autonomes dans un Etat unitaire.

    Deux formes de dcentralisation coexistent :

    La dcentralisation territoriale La dcentralisation technique ou par service

    Dconcentration

    La dconcentration c'est le transfert d'une partie des pouvoirs de dcisions des agents locaux de l'administration central qui demeurent relis cette dernire par le principe de subordination hirarchique. Elle vise :

    La rponse aux besoins des citoyens en rapprochant ladministration des administrs Assurer une articulation entre les fonctions tatiques et les nouvelles comptences

    des collectivits locales

    1Glossaire de la srie Sant pour tous ; Volume N1 8 , 2dit par lOMS ; Genve, 1984.

  • 34

    3.3 CADRE DANALYSE ET DE CONCEPTUALISATION DE LA STRATEGIE SECTORIELLE

    Lapproche adopte est une analyse de ltat de sant, de lorganisation du systme, son fonctionnement ainsi que sa gestion et son financement laide dun cadre conceptuel qui sarticule autour de deux axes principaux :

    le premier concerne lamlioration de la sant : cadre danalyse de ltat de sant de la population, des dterminants qui nuisent la sant ainsi que des problmes sanitaires et les besoins de services qui en dcoulent ;

    le second concerne lamlioration de la gestion du systme et la mise en uvre des mesures daccompagnement : cadre qui dtermine les diffrents aspects organisationnels du systme de sant ainsi que les outils de mise en uvre de la stratgie.

    Il est vident que les deux axes concourent ensemble la ralisation dobjectifs sant qui restent en dfinitive la proccupation majeure du systme de sant. Afin de respecter la logique de ce cadre conceptuel et de mettre en exergue les objectifs de sant, le corps du document se scinde en trois parties. La premire sintresse laxe relatif lamlioration de la sant ; la deuxime aux objectifs de sant et la troisime lamlioration de la gestion et la mise en uvre (figure 1).

  • 35

    Figure 16 : Modle du cadre conceptuel de la stratgie de sant

    AMLIORATION DE LA SANT

    CADRE SANTE

    O B J E C T I F S

    S A N T

    MODELE

    DORGANISATION RGIONALE

    MODELE DE SOINS DE SANTE PRIMAIRES

    MODELE DE SERVICES DE SANTE

    AMELIORATION DE LA GESTION ET MISE EN OEUVRE

    MECANISMES DE GESTION ET DE MISE EN OEUVRE

    MODELE PHARMACEUTIQUE

    1. Les actions de rgulation et de coordination nationale.:

    - La fonction de financement - La fonction de rgulation et de

    coordination du systme - La fonction de planification - Le systme d'information sanitaire - La politique du mdicament - La politique des ressources humaines - La coordination de la sant publique - Le dveloppement et lactualisation de le

    lgislation sanitaire 2. Modernisation de la Gestion : - La sparation des fonctions de

    financement et de prestation de services - L'autonomie de Gestion - Le systme d'accrditation des hpitaux - La formation en Management - L'valuation des technologies - La stratgie de qualit - La valorisation des ressources humaines 3. Renforcement de laudit judiciaire

    P R I O R I T E S

    Facteurs biologiques

    Facteurs dmographiques

    Facteurs lis lenvironnement

    (physique, conomique et

    culturels

    PROBLEMES DE SANTE

    ORGANISATION

    Facteurs lis aux habitudes de vie

    Facteurs lis au systme de soins

    P R I N C I P E S F O N D A M E N T A U X R E G I S S A N T L E S Y S T E M E N A T I O N A L D E S A N T E

    MODELE INTERSECTORIEL

    MODELE DE LA RECHERCHE ET DE LEXPERTISE

    Source : DPRF, MS, Rabat, Maroc, 1999

  • 36

    3.4 AMELIORATION DE LA SANTE

    La SANTE est un tat dynamique de complet bien tre physique, mental, spirituel et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou dinfirmit2.

    La politique de sant mise en uvre depuis le dbut des annes quatre-vingt sest inscrite dans le cadre de la stratgie universelle Sant pour Tous auquel le Maroc a souscrit. De ce fait, elle a accord plus dattention au dveloppement des soins de sant primaires3 (ou de base) comme stratgie fondamentale de laction sanitaire. Cette priode a t galement marque par la mise en uvre du Programme dAjustement Structurel de lconomie ainsi que par la consolidation du processus de dmocratisation du pays et par une volont de plus en plus forte des reprsentants de la population, de vouloir jouer un rle actif dans la planification et la gestion des services de sant.

    Les plans de dveloppement sanitaire qui se sont succds durant cette priode avaient focalis leurs interventions sur les objectifs suivants:

    la rduction de la mortalit infantile, le dveloppement dune politique sanitaire fond sur les soins de sant primaires, lamlioration et la rationalisation de la gestion du systme, la recherche dalternatives pour le financement du secteur de la sant et laccroissement de

    ses ressources. Ces objectifs se sont concrtiss par le dveloppement et lexcution de programmes de sant

    prioritaires qui ont contribu une amlioration notable des principaux indicateurs sanitaires. Le renforcement des programmes en relation avec la sant maternelle et infantile (planification

    familiale, vaccinations, surveillance de la grossesse et de laccouchement etc.) et ceux de lutte et de prvention contre certaines maladies transmissibles ainsi que la ralisation de projets de construction dtablissements de soins (hpitaux et centres de sant) pour tendre la couverture sanitaire lensemble du pays ont t dterminants dans ce processus.

    Ces actions dterminantes dans lamlioration de ltat sanitaire du pays ont t possibles grce aux efforts dploys par les professionnels de sant ainsi qu la volont du Dpartement damliorer le fonctionnement et la gestion de ses services et tablissements. Tous ces acquis sont consolider. Cependant, dans ce document, lanalyse se focalisera davantage sur les faiblesses afin de mettre en exergue les problmes auxquels il faut sattaquer et de proposer des solutions, des recommandations ou des voies suivre au travers dune stratgie labore dans un souci dharmonie et de complmentarit de ses composantes.

    Ltat de sant qui prvalait en 1997, sera apprci dans les paragraphes qui suivent en partant des principaux lments danalyse tels quils ressortent du cadre conceptuel de la figure n 1.

    3.4.1 CADRE SANTE

    Trois types dactions doivent tre menes par le systme de sant au profit de la population pour amliorer la sant :

    la promotion de la sant et la prvention des maladies ;

    2 Dfinition de la Sant telle quelle figure dans la constitution de lOrganisation Mondiale de la Sant. 3 En 1977, la XXXime assemble mondiale de la sant a dcid que le principal objectif social des gouvernements et de lOMS pour les

    prochaines dcennies devait tre de faire accder dici lan 2000 tous les habitants du monde un niveau de sant qui leur permet de mener une vie socialement et conomiquement productive. Cet objectif est gnralement dsign par la formule la sant pour tous dici lan 2000 (SPT 2000).

  • 37

    le diagnostic et le traitement des maladies ; la rduction des incapacits et de la souffrance.

    Ces actions ciblent trois groupes de personnes : la population en gnral au sein de laquelle les amliorations de sant les plus spectaculaires sobtiennent partir des actions de sant publique4, les groupes vulnrables qui sexposent des facteurs de risque particuliers et les patients admis dans les tablissements de sant.

    3.4.2 . PRIORITES DE LA SANTE

    Les grandes priorits retenues par les dcideurs sont les suivants : le renforcement de la prvention par la voie des interventions de la Sant publique ; lextension de la couverture sanitaire avec un rquilibrage spatiale de loffre de soins ; lutilisation efficiente et efficace des ressources disponibles et leur ciblage sur des

    priorits ; la mobilisation des ressources additionnelles pour le secteur.

    3.4.3 LA STRATEGIE DE SANTE

    Les principaux lments constituant la trame de fond de la stratgie du secteur de sant marocain sont :

    3.4.3.1 Intensification des activits de promotion de la sant, de prvention et de lutte contre les maladies

    Cet lment fondamental de la stratgie sectorielle sarticule autour des mesures suivantes :

    Le dveloppement et le renforcement des activits, de promotion sanitaire, qui influent positivement sur la qualit des modes de vie et prviennent les comportements nocifs pour lindividu, la famille et la collectivit. Ces activits se raliseront autour du thme TOUS POUR LA SANTE et sappuieront sur :

    la mise au point de programmes globaux et intgrs dinformation, dducation et de communication comme instrument efficace de la promotion sanitaire, avec une participation plus accrue des mdias,

    le renforcement de laction dinformation et dducation en direction des femmes, des jeunes scolariss ou non par une intervention de proximit dvelopper avec les Organisations Non Gouvernementales et autres partenaires. Linformation, lducation et la communication visent essentiellement dvelopper chez les citoyens une conscience sanitaire qui devra les rendre responsables de leur propre sant.

    L'accroissement des niveaux de couverture par les prestations prventives des programmes de Sant. Les activits dployer viseront en priorit des actions beaucoup plus cibles et plus intenses, particulirement en direction des zones rurales et des populations dfavorises, pour rduire lacuit des problmes sanitaires les plus importants parmi lesquels ceux lis la grossesse et laccouchement. Ces actions sont :

    4 Pour la fonction sant publique, il sagit dune srie dactivits fondamentales et indispensables destines protger la sant de la population et

    traiter les maladies, et visant lenvironnement et la communaut. Elles sont vitales pour le maintien et lamlioration de la sant. Les pays, tous les niveaux, doivent veiller ce que ses services respectent des normes minimales. Leur application doit tre surveille par des services de lEtat (document la sant pour tous au XXIme sicle Organisation Mondiale de la sant- document du conseil excutif EB101/8).

  • 38

    le renforcement des activits de planification familiale pour en accrotre la couverture, le degr de continuit de lutilisation, notamment les mthodes contraceptives de longue dure,

    le soutien, le renforcement et lintgration des activits de sant de la reproduction et des enfants ainsi que la prise en charge intgre de lenfant malade (surveillance de la grossesse et de laccouchement, planification familiale, vaccinations, maladies diarrhiques, nutrition, infections respiratoires aigus...) pour tendre et accrotre leur couverture lensemble des populations cibles concernes,

    le renforcement des activits en matire de lutte contre la malnutrition et les carences en matire diode, de fer et de vitamine A ;

    le renforcement des activits des programmes de prvention et de lutte contre les maladies par un rajustement de leur stratgie, une amlioration de leur gestion, une extension de leur couverture et une implication beaucoup plus accrue des autres secteurs concerns ;

    le dveloppement dactions intgres en matire de sant et denvironnement en partenariat avec les autres secteurs ;

    lextension du rseau de laboratoires dpidmiologie et dhygine du milieu et le renforcement de ses capacits dintervention ;

    la conception et la mise en uvre de programmes de lutte et de prvention vis vis des maladies qui mergent comme problme de sant publique et pour lesquelles il ny a pas encore dactions de lutte structures.

    Le dveloppement du rle du secteur priv dans les programmes de sant et la surveillance pidmiologique par la formation, la sensibilisation et le soutien la mise en uvre de projets de formation focaliss en particulier sur le mdecin gnraliste.

    3.4.3.2 La mise en place dune offre de soins quilibre et Intgre ainsi que sa rpartition quitable sur lensemble du territoire

    La caractristique essentielle dun service efficace sera la capacit dintgrer lensemble des soins de sant primaires et des soins de sant hospitaliers. Ces soins intgrs devraient tre dcentraliss afin de les rapprocher le plus prs possible du patient. La vision globale du dveloppement dune offre de soins est ncessaire pour assurer une complmentarit entre les diffrents secteurs constituant le systme national de sant.

    Dans ce cadre, il faudra encourager le secteur priv :

    Investir dans les zones mdicalement sous quipes. Instaurer un partenariat avec le secteur public dans le cadre de conventions pour assurer au

    mieux la couverture par des mdecins spcialistes de lensemble des provinces. Investir dans les quipements lourds et les soins spcialiss en dehors de laxe

    Casablanca-Knitra

    3.4.3.3 Lamlioration du management des services de sant avec un accent particulier sur la rforme hospitalire

    Le souci de la rentabilit et de lefficacit doit dominer dans la gestion pour avoir une administration plus efficiente, dvelopper un exercice plus rigoureux des responsabilits envers la population et offrir des prestations sanitaires plus performantes et de meilleure qualit. Les mesures suivantes devront tre mises en uvre :

  • 39

    Rajustement de lorganisation de ladministration centrale et des services extrieurs dans le cadre des nouvelles attributions dvolues la rgion et du renforcement de la dconcentration / dcentralisation.

    Introduction des rformes ncessaires pour amliorer la planification, lorganisation et la gestion des soins de sant en gnral et hospitaliers en particulier.

    Renforcement tous les niveaux de la supervision, du contrle et de lvaluation (ressources humaines, gestion par objectif et rsultat, contrat programme, audit des soins...).

    Amlioration de la qualit des donnes par le dveloppement de nouvelles actions visant leur intgration pour quelles soient utilises des fins de gestion et de prise de dcisions tous les niveaux de lorganisation.

    Dveloppement dapplications informatiques dans tous les domaines de gestion et leur gnralisation lensemble du secteur.

    Encouragement du partenariat entre le secteur public et le secteur priv dans le cadre de conventions pour accrotre la couverture par des mdecins spcialistes lensemble des provinces.

    3.4.3.4 Lamlioration de la qualit des services de sant y compris les soins curatifs

    A ce niveau, plusieurs domaines sont concerns :

    Amlioration des conditions de prise en charge des accouchements et des soins aux nouveau-ns aussi bien dans les centres de sant disposant de structures daccouchement que dans les maternits hospitalires et le renforcement de leurs moyens dintervention y compris les moyens de transport des cas daccouchements dystociques vers les niveaux de rfrence appropris.

    Amlioration des conditions de travail en relation avec les consultations mdicales et les soins fournis au niveau du rseau de soins de sant de base.

    Amlioration de la disponibilit et de laccs aux mdicaments dans les tablissements de soins de sant de base, particulirement en milieu rural.

    Soutien et renforcement des actions entames dans le cadre de la restructuration des tablissements hospitaliers, de la remise niveau des plateaux techniques, de la rnovation des btiments et des installations techniques ainsi que de lamlioration de la prise en charge des patients tous les niveaux.

    Mise en place dun systme efficace dapprovisionnement du secteur public, en mdicaments ainsi que des procdures qui permettent de tenir jour la nomenclature des mdicaments essentiels.

    Dveloppement de normes techniques et des procdures pour apprcier la qualit des soins curatifs.

    3.4.3.5 Le renforcement des mcanismes dun financement de la sant suffisant et stable

    La recherche de nouveaux moyens pour financer les soins et en amliorer le rapport cot/efficacit continuera bnficier dune grande priorit. Un certain nombre de mesures devront tre mises en uvre :

    Evaluation du cot/efficacit des interventions de sant, particulirement le paquet minimum dactivits.

    Mise en uvre des mesures concernant le financement des soins de sant travers lobligation de lAssurance Maladie et linstitutionnalisation dun mcanisme de prise en charge des soins prodigus aux couches sociales faible revenu.

  • 40

    Renforcement des capacits de gestion financire des diffrents acteurs du systme en vue doptimiser au mieux lutilisation des ressources alloues.

    Instauration de comptes nationaux de la sant. Rvision de la tarification hospitalire, pour lensemble des hpitaux publics. Mise en place de mesures visant amliorer la facturation, renforcer et dvelopper les

    capacits de recouvrement des cots au niveau des diffrents tablissements sanitaires. Etude des mcanismes de financement des programmes et activits de soins dlivrs par le

    rseau de soins de sant de base. Renforcement du partenariat national avec les associations de la socit civile et

    international travers des projets dvelopper dans le cadre de la coopration bilatrale et multilatrale.

    Recherche de nouvelles sources de financement comme alternative au dsengagement projet par certains organismes et agences de coopration.

    Recherche dun meilleur quilibre entre les interventions de lEtat et les lois du march en vitant la polarisation actuelle de la dichotomie public/priv afin dassurer un accs quitable des soins de sant efficaces.

    3.4.3.6 La dfinition et la mise en uvre dune stratgie globale sur les ressources humaines

    La matrise de lutilisation des ressources humaines ainsi que lamlioration et ladaptation de leur capacit dans la rsolution des problmes de sant sont des enjeux majeurs pour le fonctionnement du systme. Les mesures envisages portent essentiellement sur :

    L'laboration dune stratgie de motivation des ressources humaines. La dfinition des profils de professionnels ncessaires au fonctionnement du systme de

    sant. La rvision des critres ou normes destimation et de planification des besoins en

    personnel. L'laboration de la mise en uvre dun plan de redploiement bas sur des critres et des

    normes qui seront pralablement dfinis. Le renforcement de la mdicalisation du monde rural et la stabilisation du mdecin au

    niveau de chaque commune rurale. Le renforcement de la formation continue en tant quinstrument de lamlioration de la

    qualit des services et son extension toutes les catgories de professionnels de sant. Un effort particulier devra tre fait au profit des mdecins du rural.

    La mise en place de mcanismes de rgulation des ressources mdicales de lensemble des secteurs notamment au niveau de lencadrement par des mdecins spcialistes.

    L'amlioration de la qualit de la formation des diffrentes catgories de professionnels.

    3.4.3.7 Le renforcement de la dconcentration / dcentralisation avec la mise en place des structures sanitaires rgionales

    Cet lment de la stratgie sectorielle implique la mise en uvre des mesures suivantes : Identification de lensemble des aspects lis la dconcentration et la dcentralisation. Conception et adoption de lorganisation de la Direction Rgionale des services de sant. Dfinition dun processus de mise en place des structures rgionales et de la

    dconcentration. Rorganisation de ladministration centrale et des dlgations provinciales sur la base des

    nouvelles attributions dvolues aux rgions ainsi que sur la base des attributions qui seront dconcentres ou dcentralises.

  • 41

    En rsum, les lments principaux de la stratgie sont bien mis en vidence par la figure n17 qui suit.

    Figure 17 : Principaux lments de la stratgie sectorielle sant

    3.5 LES OBJECTIFS GENERAUX DE SANTE

    Les principaux objectifs ci-aprs sont dfinis sur la base des besoins minimaux dfinis partir de lanalyse des problmes de sant ainsi que des ressources potentiellement mobilisables au cours des cinq prochaines annes. Leur atteinte lhorizon 2004, reste lie une bonne organisation du systme, aux performances de sa gestion et une optimisation de lutilisation de toutes les ressources disponibles :

    1. Renforcer les programmes de promotion de la sant, de prvention et de lutte contre les maladies. Ce renforcement devrait permettre une rduction de la mortalit infantile de 37 27 pour 1.000 naissances vivantes et le taux de mortalit maternelle en milieu rural de 307 274 pour 100.000 naissances vivantes.

    2. Amliorer la couverture sanitaire par loffre de soins et corriger les iniquits rgionales et provinciales, en ramenant la desserte de loffre publique de soins de sant de base particulirement en milieu rural, de 9.100 habitants par tablissement de sant 6.500.

    3. Mettre en place un systme de financement travers lextension de lassurance maladie et dun mcanisme institutionnel pour la prise en charge des conomiquement faibles.

    4. Mettre en uvre la rforme de la gestion hospitalire comme vecteur de la politique de matrise des cots, de mobilisation et de rationalisation des ressources.

    5. Appliquer une politique du mdicament socialement efficiente.

    S T R A T E G I E S A N T E

    Intensification des activits de promotion de la

    sant, de prvention et de lutte contre les

    maladies

    Mise en place dune offre de soins

    quilibre et intgre ainsi que sa

    rpartition quitable sur lensemble du

    territoire

    Renforcement de la dconcentration et de la dcentralisation avec la

    mise en place des structures rgionales de

    sant

    Amlioration de la qualit des soins

    Amlioration du management des services de sant avec un accent

    particulier sur la rforme hospitalire

    Renforcement des mcanismes de

    financement de la sant suffisant et stable

    OBJECTIFS SANTE

    Valorisation des ressources humaines

    Source : D.P.R.F, MS, Rabat, Maroc, 1999

  • 42

    6. Mettre en place les directions rgionales des services de sant et procder au redploiement des ressources.

    7. Revaloriser et remobiliser les ressources humaines.

    3.6 LES PRINCIPALES REFORMES DU SYSTEME DE SANTE

    Lamlioration de la gestion et des outils de mise en uvre sinscrivent dans le cadre dun vaste chantier de rformes que le Ministre de la Sant a entrepris. Ces rformes, qui sont dj amorces depuis quelques mois et dont il va falloir acclrer lexcution, visent rsoudre terme des difficults lies la sant et des problmes dordre structurel relatifs la gestion et au financement du systme. Les principaux objectifs viss sont les suivants :

    amliorer lefficacit et la qualit des soins au niveau des deux rseaux de sant primaire et hospitalier ;

    mobiliser des ressources additionnelles pour le secteur ; doter le Ministre de la Sant des outils ncessaires afin damliorer la gestion du secteur.

    Une amlioration de lorganisation non seulement du Ministre de la Sant mais du systme de sant en gnral reste lie une dfinition approprie des modles relatifs aux mdicaments, aux soins de sant primaires, lorganisation rgionale des services de sant et lintersectorialit, etc.

    3.6.1 MODELE DES SERVICES DE SANTE

    Lanalyse portera dabord sur le modle actuel du systme de sant. Ce modle admet un certain nombre de faiblesses qui exige une dfinition dun modle alternatif. Ce second modle (projet) essaie dintgrer des lments des rformes et des orientations nouvelles du MS.

    3.6.1.1 Le modle des services de sant actuel Le modle est structur autour de quatre composantes fondamentales : Loffre de soins publique et prive (mdecins, pharmaciens, dentistes, hpitaux, centres

    de sant, cabinets de soins, cliniques) Le financement (Etat, assurances, mutuelles, ONG, Collectivits locales) La demande de soins (population en gnral, groupes vulnrables et risque en

    particulier) Les lments de liaisons des trois premires composantes par rapport aux flux

    financiers (subvention, cotisation prive, impt, remboursement, paiement direct)

    La figure numro 18 reprsente le modle actuel du systme de sant avec ses principaux flux financiers.

    Dune manire gnrale, ce modle se caractrise par les lments suivants : Une pluralit de sources de financement ingales dans leurs importances respectives. En

    dpit de cette pluralit, le secteur de la sant souffre de linsuffisance quantitative du financement cause dune assurance-maladie facultative ne couvrant que 15 % de la population, de linexistence dun systme efficace et quitable de prise en charge des indigents et dun faible budget consacr la sant et la prvention sanitaire collective. Cette situation engendre une participation informelle trop forte des mnages aux frais des soins.

  • 43

    Une participation multiple (diffrents dpartements ministriels, Offices, Collectivits Locales, prestataires de soins privs, Organisations Non Gouvernementales, entreprises prives) la sant. Cependant, mme si le MS est en principe responsable de la sant de tous, son autorit ne sexerce directement, en gnral, que sur ses propres services et programmes et sur les fonds qui lui sont allous travers le budget de lEtat ou dans le cadre de la coopration. Il nest pas associ la prise de dcision sur lusage de fonds dautres ministres ou organismes publics, mme si ces derniers financent parfois dimportantes activits lies la sant comme la nutrition, lapprovisionnement en eau ou lassainissement (linfluence du MS sur lutilisation des fonds dans le secteur priv est encore plus limite). De ce fait, le MS nexerce pas assez le rle de coordination qui doit tre le sien.

    Une trs large configuration de loffre de soins de par ses diffrents statuts et modes de fonctionnement (publique ; prive but non lucratif ; prive but lucratif ; mdecine traditionnelle). Toutefois, loffre demeure insuffisante par sa qualit et par sa disponibilit, en particulier dans le monde rural. Cette offre est trs concentre dans les grands centres urbains o le pouvoir dachat est suprieur la moyenne nationale et o le nombre dassurs est lev. La logique dimplantation du secteur priv qui cherche maximiser ses recettes et lincapacit du secteur public combler entirement labsence de loffre prive est lorigine des dsquilibres entre les rgions et entre le milieu rural et urbain.

    Figure 18 : Flux financiers du systme national de sant existant

    Les faiblesses du modle actuel rendent ncessaires les rformes quenvisage dentreprendre le MS afin dinstaurer un modle alternatif mme de renforcer les diffrentes sources de financement et de mieux canaliser les flux financiers.

    3.6.1.2 Le modle des services de sant projet Le modle futur des services de sant, reprsent par la figure 19 essaie de pallier les

    insuffisances du modle actuel tout en essayant dincorporer la dynamique de la rgionalisation.

    Particuliers

    Entreprises

    Etat (Sant, Education Nationale, Enseignement Suprieur, FAR,

    Justice, etc.)

    Mdecine traditionnelle

    Collectivits locales

    ONEP

    Assurance-maladie facultative

    Soins hospitaliers et ambulatoires (publics, privs but non lucratif et

    privs but lucratif)

    CNSS

    Impts

    Biens mdicaux (lunetterie, prothses, mdicaments, etc.)

    Enseignement, formation et recherche

    Prvention sanitaire collective

    Coopration bilatrale et multilatrale, ONG

    Source : DPRF, MS, Rabat,

  • 44

    Tout dabord, le modle projet intgre la rforme du financement qui tente de remdier aux faiblesses actuelles de mobilisation des ressources financires en largissant la couverture de lAssurance-maladie prs de 30% de la population et en mettant en place un mcanisme adapt et plus juste dassistance mdicale aux conomiquement faibles.

    Ensuite, le souci du partenariat, mme sil napparat pas clairement dans le modle projet, est trs prsent car si le MS doit tre stratge et rgulateur, il doit ncessairement tre coordonnateur de toutes les activits et mesures qui touchent la sant. Une des grandes missions du Ministre consiste promouvoir et protger la sant. Le rle de coordination va indubitablement lui permettre de renforcer cette mission tout en instaurant une logique de partenariat qui serait utile (pour tous les partenaires) dans lamlioration de lefficacit des actions.

    De plus, ce partenariat (qui sera ici trs renforc) sera largi la Rgion qui insufflera au secteur de la sant publique un dynamisme certain si larrimage cet lan (de la rgionalisation) est bien effectu. La Rgion peut constituer une source additionnelle et importante de mobilisation des ressources financires. Cest lune des raisons qui poussent le MS entreprendre une politique de dcentralisation/dconcentration, aussi progressive que forte, qui se manifeste dans la cration des directions rgionales, dans lallocation de ressources humaines et financires la hauteur des nouvelles responsabilits trs largies des rgions et dans lautonomie progressive des hpitaux publics.

    En corollaire, il parat indispensable de sparer la fonction de financement de celle de prestations des services afin de permettre aux hpitaux publics de jouir dune pleine autonomie ncessaire lamlioration de leur gestion, de leurs performances et de la qualit des soins quils offrent. Cette autonomie permettra, par ailleurs, de rallouer au moins une partie des subventions destines traditionnellement aux hpitaux rigs en SEGMA et aux CHU vers les soins de sant de base.

    En rsum, ce modle cherchera assurer :

    Le renforcement institutionnel du Ministre de la Sant : le dveloppement du rle de garant de lquit de la distribution de loffre, de rglementation et de rgulation du secteur jou par les services centraux du Ministre de la Sant.

    Lefficience gestionnaire : la mise en place des directions rgionales de la sant avec dvolution des fonctions de planification et de gestion des services de sant.

    Lefficience conomique : lamlioration de la gestion financire dans les hpitaux. Lquit inter-rgionale : la correction de disparits inter-rgionales en termes de

    disponibilit des ressources publiques de sant. Lquit intra-rgionale : laugmentation du taux de mdicalisation (habitants par mdecin)

    des services de sant de base.

    Le modle admet une vision selon laquelle la sant et le bien-tre de la population reprsentent priori un investissement pour la socit. Pour lindividu, sant et bien-tre constituent une ressource importante, qui lui permet de tirer une satisfaction de la vie et dexercer pleinement ses rles. Pour la socit, des citoyens et des citoyennes en bonne sant reprsentent un gage de dynamisme et de progrs. Les sommes et les nergies de la collectivit consacres lamlioration de la sant et du bien-tre doivent donc tre considres priori comme un investissement, non comme une dpense de consommation. Mais, comme tout investissement, il doit tre dirig vers les solutions les plus efficaces5.

    5 La politique de la sant et du bien-tre. Ministre de la sant et des services sociaux du Qubec. 1992

  • 45

    Figure 19 : Flux financiers du systme national de sant projet

    Particuliers

    Entreprises

    Etat (structures rgionales actives) :

    * Sant : dpartement de tutelle coordonnateur et rgulateur

    * Autres dpartements

    Mdecine traditionnelle

    Collectivits locales : rle croissant de la rgion

    ONEP

    Assurance-maladie complmentaire et facultative

    Soins hospitaliers et ambulatoires (publics, privs but non lucratif et

    privs but lucratif)

    Assurance-maladie obligatoire

    (couverture de base)

    Impts

    Biens mdicaux (lunetterie, prothses, mdicaments, etc.)

    Enseignement, formation et recherche

    Prvention sanitaire collective

    Coopration bilatrale et multilatrale, ONG

    Rgime dassistance mdicale aux conomiquement

    faibles

    Source : DPRF, MS, Rabat, Maroc, 1999

  • 46

    3.6.2 LA REFORME DU FINANCEMENT DES SOINS DE SANTE

    Au Maroc, la rflexion sur le financement des soins de sant entame au cours des dix dernires annes a t impose par un effet de ciseaux : dun ct les restrictions budgtaires induites par les mesures du Programme dAjustement Structurel ainsi que la stagnation du pouvoir dachat, de lautre la hausse des cots due essentiellement une transition dmographique et pidmiologique, lavnement de technologies et de traitements nouveaux et coteux ainsi quaux attentes accrues de la population.

    De surcrot, il est devenu trs manifeste que la rduction de lacuit de nombreux problmes du systme national de sant (inaccessibilit aux soins et aux mdicaments, iniquits, modestie des performances), passe obligatoirement et pour une partie par une rforme du financement. Le dfi relever consiste choisir une configuration raliste de cette rforme qui soit cohrente avec nos valeurs socioculturelles et sanitaires et viable long terme compte tenu des capacits de financement actuelles et futures de notre conomie.

    Cette rforme sarticule autour de deux axes principaux, savoir lassurance maladie obligatoire (AMO) et le rgime dassistance mdicale aux conomiquement faible lhpital public (RAMEF). Au travers de la solvabilisation de la demande, la solidarit et la mutualisation du risque ainsi qu un meilleur recouvrement des cots des hpitaux publics, ces deux composantes de la rforme visent pallier des dysfonctionnements tels que la forte participation des mnages aux dpenses de sant, le cot lev de la consommation mdicale, lindigence de la solidarit institutionnalise au niveau de la prise en charge des cots des soins, le problme du financement des hpitaux publics

    La figure 20 ci-dessous schmatise les composantes cls de la rforme du financement du secteur de la sant.

  • 47

    Figure 20 : Composante cls de la rforme du financement

    Plus dEquit et meilleure justice sociale

    Meilleure accessibilit

    Amlioration du niveau de Sant de la population

    Dveloppement du systme de sant pourvoyeur demploi et

    crateur de richesse

    Solvabilisation de la demande et affirmation des effets sur le

    pouvoir dachat

    Amlioration du financement du secteur priv

    Rforme du financement de la Sant

    AMO Rforme Hospitalire

    Planification et rgulation de

    loffre de soins RAMEF

    Amlioration du financement des hpitaux publics

    Qualit de soins publics

    Amlioration du management des hpitaux publics

    Renforcement de la gestion financire

    (facturation, recouvrement)

    Renforcement des capacits propres de financement

    Renforcement des soins de base

    Rallocation budgtaire

    Source : DPRF, MS, Rabat, Maroc, 1999

  • 48

    Les scnarios pour le dveloppement de lassurance-maladie et la prise en charge des conomiquement faibles qui sont avancs ci-dessous reprsentent les options envisageables par le MS.

    3.6.2.1 LAssurance-maladie Obligatoire (AMO) Le financement des soins de sant par les assurances sociales (galement appeles assurance

    maladie cotisations) a t promu comme voie moyenne entre le financement par les assureurs privs et les systmes type service national de sant aliment par la fiscalit6.

    Les principes fondamentaux qui sous-tendent le projet dinstauration dune couverture mdicale de base par l'AMO, dont lobjectif est purement social, sont :

    Solidarit et quit. Prservation de lexistant, cest--dire les avantages dont bnficie actuellement la

    population couverte. Obligation dadhsion pour la population concerne par le projet :

    Les fonctionnaires, les agents temporaires, journaliers, occasionnels et contractuels de lEtat ainsi que le personnel des Collectivits Locales et des tablissements publics.

    Les personnes immatricules au rgime de scurit sociale de la CNSS (salaris du secteurs priv).

    Les personnes titulaires de pensions. Les tudiants non ligibles ni au rgime AMO, ni lassistance mdicale aux

    conomiquement faibles. Les ayants droit des personnes cites ci-dessus.

    Gestion du rgime par les organismes de prvoyance existant et par dautres organismes qui seront habilits par lAdministration sur la base d'un cahier de charge.

    Responsabilisation financire des organismes assureurs, le rle de lEtat se limitant assumer ses contributions patronales pour ses employs et rglementer le rgime.

    Extension progressive. Le projet dassurance maladie propos instaure lobligation, dans un premier temps, de tous les

    salaris des secteurs public et priv dit structur au nouveau rgime de base. La couverture de la population passerait de 15 30 %7.

    Cet accroissement de la couverture du rgime dAssurance Maladie tous les mnages solvables devrait gnrer des recettes globales annuelles supplmentaires denviron 1,5 milliards de DH.

    3.6.2.2 La prise en charge mdicale des conomiquement faibles (RAMEF)

    Il est impratif compte tenu du taux de pauvret lev et des disparits sociales trs fortes de dfinir avec rigueur le statut dconomiquement faible (non seulement pour la sant mais pour tous les secteurs concerns). Cette dfinition va permettre de bien identifier la population conomiquement faible et rduire les abus. Ensuite, lEtat doit la prendre en charge notamment pour les soins prodigus et facturs dans les hpitaux publics. Ceci permet dune part, de contribuer lamlioration du recouvrement des cots de ces tablissements et viter les abus, dautre part, mieux responsabiliser le personnel de lhpital public. Deux scnarios sont envisageables.

    6 Pr Jurgen Wasen (1991), Les systmes dassurance sociale , Runion du Groupe Spcial de lOMS sur le dveloppement sanitaire dans les

    pays dEurope Centrale et Orientale, 22-26 avril, OMS, Genve. 7 Le succs du rgime pourrait attiser lespoir dtendre la couverture 50 % de la population en incluant les personnes appartenant aux autres

    catgories socio-professionnelles non concernes par la premire phase de lAMO.

  • 49

    Scnario 1 : Gestion directe par lEtat de lassistance mdicale aux conomiquement faibles

    Cette assistance consiste payer les prestations factures par les hpitaux publics aux conomiquement faibles par un mcanisme de prise en charge de cette partie de la population. Les fonds ncessaires cette assistance peuvent avoir plusieurs sources :

    une partie des subventions destines actuellement aux hpitaux publics autonomes ; participation des conomiquement faibles proportionnellement leur capacit

    contributive ; une partie des subventions alimentaires dans le cas o la Caisse de Compensation serait

    dmantele ; Collectivits Locales ; vignettes de solidarit sur les mdicaments ; taxes sur les produits de consommation nuisibles pour la sant ; une partie de la Zakat ; dons et legs, etc.

    Cette prise en charge donnera aux hpitaux publics la possibilit damliorer le taux de recouvrement ainsi que leurs recettes afin datteindre une vritable autonomie.

    Scnario 2 : Gestion dlgue de lassistance mdicale aux conomiquement faibles

    Au lieu de se charger de payer les montants facturs aux conomiquement faibles par les hpitaux publics, lEtat se chargera des paiements des cotisations des personnes ligibles au RAMEF aux organismes gestionnaires ( dterminer).

    Les sources de financement seront quasiment identiques celles du premier scnario. Toutefois, il est ncessaire que lEtat sassure que le gestionnaire de cette assistance garantit dune part un accs au rgime tout postulant reconnu par les autorits comptentes comme ligible quels quen soient lge, le sexe ou le dossier mdical et dautre part, un remboursement de toutes les prestations admises dans le rgime.

    3.6.2.3 Consquen