Top Banner
1
250

Les Deux Babylones - Alexander Hislop

Jun 10, 2015

ReportDownload

Documents

jean-leduc

L'Église Catholique Romaine dévoilée comme étant l'ancien culte solaire du dieu Mithra sous déguisement chrétien.

12LES DEUX BABYLONES3ALEXANDER HISLOPLES DEUX BABYLONESouIDENTIT DE L'GLISE ROMAINEET DU CULTE DE NEMROD ET DE SMIRAMISILLUSTR DE 61 GRAVURES

Traduit de l'anglaisPARJ. - E. CERISIER,pasteur.Les ditions FischbacherLIBRAIRIE FISCHBACHER33, Rue de SeinePARIS - 6e4Sur son front tait crit un nom, unmystre: Babylone la Grande, la mre desimpudicits et des abominations de la terre.(Apoc. XVII, 5.) Librairie Editions Fischbacher 1972.5Rev. Alexander Hislop1807-1862Pasteur de "East Free Church of Arbroath"cosseD' abord dit en brochure en 1853,considrablement dvelopp en 1858, en rsultat la publication:LES DEUX BABYLONESIdentit de l'glise romaine et du culte de Nemrod e t de Smir amis(ou Le Culte d'Adora tion Papa l dvoil tre l'adoration deNemro d et sa femme.)"Le Catholicismefinalement rvl tre la religion solaire du Culte de Mythra sous un dguisement chrtien"6LesDeuxBabylonesparA. HISLOP Les DEUX BABYLONESsansaucundoute, l'un des plus importants ouvrages de la littraturechrtienne, expose de faon dtaille la continuit de la tradition religieuse, immuable en ses grandes lignesdes origines nos jours. D'un style ais, Alexandre HISLOP analyse avec une grande clart les croyances religieuses. Il abordeceproblmeenruditetjustifiesesargumentspardesnotesmarginalesprcisesetrigoureuses.Sacomptence s'impose indiscutablement. L'auteur dmontre d'une faon irrlutable que presque toutes les pratiques du culte romain proviennentdu paganisme. Le voile est enfin lev sur bien des rites de l'glise catholique. De chapitre en chapitre, notre surprise va croissant en dcouvrant l'origine paenne des coutumes dela chrtient, telles que le culte de la Vierge le sapin et la bche de Nol, les oeufs de Pques, etc. NousconstatonsquelavnrationdelaViergen'estenralitquel'adorationdelaVnusantiqueoud'Astart et qu'elle provient directement de Babylone. Certes, cette ville n'est aujourd'hui qu'un monceau de ruines, mais les ides, les conceptions laboresen son sein, existent toujours et sont partages en toute bonne foi par la majorit de nos contemporains.AlexandreHISLOPnousmontrel'influenceincroyabledestraditionsd'originebabyloniennesurlespratiques religieuses. Qui, en effet, ne dsire connatre la signification relle de ses croyances. Sans selaisser dtourner de ce but, il nous convaint magistralement de la colosale influence encore exerce surnotre monde moderne par la Babylone antique. Notre espoir est que ce livre remarquable soit lu et mdit par tous ceux qui cherchent vraiment approfondir leur foi.7TABLE DES MATIRESLes deux BabylonesPrsentation ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 5Prface ------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 10Introduction ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 11Chapitre 1 - Caractre d istinctif des deux systmes ------------------------------------------------------- 13Chapitre 2 - Objets duCulte ----------------------------------------------------------------------------------- 19Article 1 - La T rinit dans l'Unit ------------------------------------------------------------------------19Article 2 - La Mre et l'Enfant, et l'Origin al de l'Enfant --------------------------------------------- 24Section 1- L'Enfan t en Assyrie---------------------------------------------------------------------- 26Section 2- L'Enfan t en gyp te ----------------------------------------------------------------------- 38Section 3- L'Enfant en Grce ------------------------------------------------------------------------ 42Section 4- Mort de l'Enfant -------------------------------------------------------------------------- 48Section 5- Dification de l'Enfant ------------------------------------------------------------------ 50Article 3- La Mre de l'Enfant ---------------------------------------------------------------------------- 60Chapitre 3 - Festivits ------------------------------------------------------------------------------------------ 71Article 1 - Nol et le jour d e l'Annonciatio n ----------------------------------------------------------- 71Article 2 - P ques ------------------------------------------------------------------------------------------- 80Article 3 - La Nativit de saint Je an --------------------------------------------------------------------- 87Article 4 - L'Asso mption ---------------------------------------------------------------------------------- 95Chapitre 4 - Doctrine e t discipline --------------------------------------------------------------------------- 97Article 1 - La Rgnration par le bap tme ------------------------------------------------------------ 98Article 2 - La ju stification par les o euvres ------------------------------------------------------------- 108Article 3 - Le Sacrifice de la Messe --------------------------------------------------------------------- 117Article 4 - L'extrme-Onction ---------------------------------------------------------------------------- 123Article 5 - Le P urgatoire et les p rires pourles morts ------------------------------------------------ 125Chapitre 5 - Rites et crmonies ------------------------------------------------------------------------------ 128Article 1 - Les processions des idoles ------------------------------------------------------------------- 128Article 2 - Le culte des reliques -------------------------------------------------------------------------- 132Article 3 - Habillement et couronnement des statues ------------------------------------------------- 136Article 4 - Le Rosaire et le culte du Sacr-Coeur ----------------------------------------------------- 141Article 5 - Les lampes et les cierges --------------------------------------------------------------------- 144Article 6 - Lesigne de lacroix --------------------------------------------------------------------------- 148Chapitre 6 - Les Ordr es religieux ---------------------------------------------------------------------------- 154Article 1 - Le Souverain P ontife ------------------------------------------------------------------------- 154Article 2 - Les p rtres, les moines et les nonne s ------------------------------------------------------ 163Chapitre 7 - Les deux d velopp ements au p oint de vue h istorique et pr ophtique ------------------ 168Article 1 - Le grand drag on de feu ----------------------------------------------------------------------- 169Article 2 - La Bte qui sort de la mer ------------------------------------------------------------------- 181Article 3 - La Bte qui monte de la terre --------------------------------------------------------------- 191Article 4 - L'image de la B te ---------------------------------------------------------------------------- 196Article 5 - Le nom de la Bte, le nomb re de son nom, la tte invisible de la pap aut ---------- 200Conclusion ------------------------------------------------------------------------------------------------------- 2098Appendice -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 216Note A - La femme q ui tient une coupe d'or ---------------------------------------------------------------- 217Note B - Chronolo gie Hbr aque ----------------------------------------------------------------------------- 218Note C - Shing-Mo o et Ma -Tsoop o -------------------------------------------------------------------------- 220Note D - Ala Mah ozim ----------------------------------------------------------------------------------------- 222Note E - Signification du nom du Centaure ----------------------------------------------------------------- 223Note F - Olenos, ce lui qui porte lepch ------------------------------------------------------------------- 225Note G - Identit de Rha ou Cyble et de Vnus --------------------------------------------------------- 228Note H - La Viergemre du p aganisme --------------------------------------------------------------------- 230Note I - La Dessemre compare un e habitation ------------------------------------------------------- 231Note J - Signification du nom d'Astar t --------------------------------------------------------------------- 233Note K - Oannes et Souro -------------------------------------------------------------------------------------- 236Note L - Identit du sca ndinave Odin et du ba bylonien Adon ------------------------------------------- 237Note M - Les vteme nts ts par les initis dans les Mystres ------------------------------------------ 238Note N - Zoroastre, c hef des ado rateurs du feu ------------------------------------------------------------ 239Note O - Histoire de P haton ---------------------------------------------------------------------------------- 242Note P - L'tendard d u Drago n dans la Ro me impr iale est le symbo le du culte dufeu ------------ 244Note Q - L'immolation d es tmoins -------------------------------------------------------------------------- 245Note R - Atts, le pcheur ------------------------------------------------------------------------------------- 247Apprciatio ns de la Presse -----------------------------------------------------------------------------------249Figure 1- La Femme avec la co upe de Babylone Chapitre 1 ------------------------------------------- 14Figure 2 - La Femme avec la co upe de Rome. Cha pitre 1 ----------------------------------------------- 14Figure 3 - La triple divinit d es anciens Assyriens. Chap itre 2, Article 1 ----------------------------- 22Figure 4 - La triple divinit d es paens Sib riens. Chap itre 2, Article 1 ------------------------------- 22Figure 5 - Une mredesse et son fils, de Bab ylone. Chap itre 2, Article 2 --------------------------- 24Figure 6 - Une mredesse et son fils, de l'Inde. Cha pitre 2, Article 2-------------------------------- 24Figure 7 - Janus et son c lub. Chap itre 2, Article 2, Section 1 ------------------------------------------- 30Figure 8 - Diane d'p hse Chap itre 2, Article 2, Section 1 ---------------------------------------------- 31Figure 9 - La tte trois co rnes de Togrul Be gh. Chapitre2, Article 2, Se ction 1 ------------------- 33Figure 10 - Hercule l'Assyrie n, ou Zerne bogus. Ch apitre 2, Ar ticle 2, Section 1 -------------------- 33Figure 11 - Les coiffures c ornes Cha pitre 2, Article2, Section 1------------------------------------ 34Figure 12 - La couronne trois co rnes de Vichnou. Ch apitre 2, Artic le 2, Section 1 --------------- 35Figure 13 - Les Satyres, co mpagno ns de Ba cchus. Cha pitre 2, Article 2 , Section 1 ----------------- 35Figure 14 - Le Taure au ailes de Nemrod. Chapitre 2, Article 2, Section1 -------------------------- 36Figure 15 - Le Taure au ailes de P erspolis. Chapitre 2, Article 2, Section1 ----------------------- 36Figure 16 - Le Centaur e de Ba bylone Ch apitre 2, Ar ticle 2, Section 2 -------------------------------- 39Figure 17 - Le Centaur e de l'Inde Chapitre 2, Article 2, Section 2 ------------------------------------- 39Figure 18 - Osiris d'gypteChapitre 2 , Article 2, Sec tion 2 --------------------------------------------- 40Figure 19 - Le grand-prtre gyptien. Chapitre2, Article 2, Section 2 -------------------------------- 41Figure 20 - Le veau, idole gyptien. Chapitre 2, Article 2, Section2 ---------------------------------- 41Figure 21 - La divinit Assyrienne portant dans ses bras un faon42ou un daim fauve tachet . Chapitre 2 , Article 2, Sec tion 3 ----------------------------------------------- 42Figure 22 - Bacchustenant une co upe dansla main droiteet rameau d ans la main ga uche. Cha pitre 2, Article2, Section 3---------------------------------------- 43Figure 23 - Une de sse gyptienneperant la ttedu serpent,et le Crishna Indien crasa nt la tte du serp ent Chapitre2, Article 2, Se ction 5 ---------------------- 50Figure 24 - Baal-Be rith, le Seigneur d e l'alliance Chap itre 2, Article 2, Section 5 ------------------ 57Figure 25 - La colombe et la branche d'olivier*de Junon l'Assyrienneou la Vierg e Vnus. Chapitre 2, Article 3 ------------------------------------------------------------------- 639Figure 26 - Circ, la fille du Soleil, la tte entoured'un cercle (au role). Cha pitre 2, Article3 ------------------------------------------------------------------ 69Figure 27 - La bche d e Yule la veille de No l. Chapitre 3 , Article 1 ------------------------------- 76Figure 28 - L'empereur Trajan brlant de l'encen la desse Diane avec un e tte de sang lier. Chapitre 3 , Article 1 --------------------------------------- 77Figure 29 - Le dieu gyptien Seb et son symbole,l'oie. Le sacrifice d e l'oie sacre. Chapitre 3, Article 1 ---------------------------------------------------- 78Figure 30 - L'oie du Cup idon. Cha pitre 3, Article1 ------------------------------------------------------- 78Figure 31 - L'oeuf sacr de Heliop olis et l'oeuf de Typhon. Ch apitre 3, Artic le 2 ------------------ 83Figure 32 - L'oeuf mystique d 'Astarte. Chap itre 3, Article 2 -------------------------------------------- 84Figure 33 - Junon, la Co lombe et Rhoia avec lagrenade. Chapitre 3, Ar ticle 2 --------------------- 85Figure 34 - Janus, le dieu deux ttes. Chapitre 4, Article 1 ------------------------------------------- 101Figure 35 - Cupidon avec la coupe de vin et la guirlandede lierre deBacchu s. Chapitre 4 , Article 1 ----------------------------------------------------------------- 104Figure 36 - Le symbole s de Nimr od et de Baal-Berith. Chapitre 4, Ar ticle 1 ------------------------ 106Figure 37 - Crs, mrede Bar, " le Fils", et de Bar, "le Bl" . Chapitre 4, Article 3 ---------------- 119Figure 38 - Le culte du soleil en gypte . Chapitre 4 , Article 3 ------------------------------------------ 120Figure 39 - L'image papale de "Dieu" avec lafeuille de trfle. Chapitre 5, Ar ticle 3 --------------- 139Figure 40 - Cupidon avec le "co eur" symb olique. Chapitre 5, Artic le 4 ------------------------------- 142Figure 41 - Vichnou a vec le "co eur" symb olique. Chapitre 5, Artic le 4 ------------------------------- 143Figure 42 - Le lion de Mithra avec l'abeille d ans sa bouche. Chap itre 5, Article 5 ------------------ 145Figure 43 - Le T ou Tau cruciforme des nations antiques. Ch apitre 5, Artic le 6 --------------------- 148Figure 44 - Les paens an tiques ornsde croix. Chapitre 5, Article 6 ---------------------------------- 149Figure 45 - Bacchus , avec un ba ndeau co uvert de cro ix. Chapitre 5 , Article 6 ----------------------- 149Figure 46 - Divers exemples des cro ix paennes. Chapitre 5, Article 6 -------------------------------- 149Figure 47 - Une procession g yptienne. Chapitre 6, Ar ticle 1 ------------------------------------------ 159Figure 48 - La mitre de Dagon, dieu-poisson des Philistinset des Ba byloniens. Chapitre 6, Article 1 -------------------------------------------------------------------- 160Figure 49 - Le dieu Maltais avec unemitre semblable. Chap itre 6, Article 1 ------------------------- 160Figure 50 - La mitre pisc opale dupape.Ch apitre 6, Ar ticle 1 ----------------------------------------- 160Figure 51 - La crosse Babylonien. Chapitre 6, Article 1 -------------------------------------------------- 161Figure 52 - Le culte du se rpent. Cha pitre 7, Article1 ----------------------------------------------------- 170Figure 53 - Le culte Romain du feu e t le culte du serp ent runi. Cha pitre 7, Article1 -------------- 177Figure 54 - L'enfant Crishna p ort dans lesbras de la d esse Dev aki. Chapitre7, Article 1 ------- 177Figure 55 - Le dieu Tages en gypte reprsent avecla tte et les corne s d'un blier. Ch apitre 7, Ar ticle 3 ------------------------------------------------------ 191Figure 56 - L'Enfant divin et merveilleux portant des cornesde blier entrurie. Cha pitre 7, Article3 ------------------------------------------------------------------- 191Figure 57 - La Mad one Ba bylonienne . Chapitre 7 , Article 4 -------------------------------------------- 198Figure 58 - La Vierge et l'Enfant assis dans une tulipe en forme de coupe. Chapitre 7, Article 4 - 198Figure 59 - Le serpent d 'Esculape et l'hirondelle dtru isant les mouc hes. Chapitre 7, Article 5 --- 207Figure 60 - L'image pap ale de "Dieu" avec leglobe ba nd du paganisme. Appendic e, Note F --- 227Figure 61 - L'emblme Triun de la divin it suprmedes Assyriens. Appendic e, Note G ----------- 22910ALEXANDER HISLOPLES DEUXBABYLONESIdentit de l'glise romaine et du culte de Nemrod e t de Smir amisIllustr de 61 gravuresTraduit de l'anglais par J.E. Cerisier, pasteur.Les ditions FischbacherSur son front tait crit un nom, un mystre: Babylone la Grande,la mre des impudicits et des abominations de la terre.Apoca lypse XVII, 5.Merci Jean leDuc et Sbastien Brouillard pour leurs travail sur louvrage.Source textes, mise en page, correction et cration du fichier :www.godieu.com/doc/babylones / www.ecritures-saintes.com111Scilicet et rerum facta est pulcherrima RomasSeptemque una sibi muro circumdedit arces. (Georg., liv. II531-335).2Septem urbs alta jugis toto quae presidet orbi. (Liv. III. Eleg. 9, p. 721).3Diis quibus septem placuere montes. (Carmen Seculare, v. 7, p. 497).4Septem dominos montes. (Liv. V. Ep. 64, p. 254).5SYMMACHUS, liv II Epist B, note, p. 63.INTRODUCTIONIlyaunegrandediffrenceentrelesoeuvresdeshommes etlesoeuvresdeDieu:lemmeexamenminutieux et approfondi qui dvoile les dfauts et les imperfections des unes, dvoile aussi les beauts desautres. Examinez au microscope l'aiguille la mieux polie par l'industrie de l'homme, vous y verrez bien desingalits,biendesrugosits,biendesasprits.Mais,examinezdelammemanirelesfleursdenoschamps; le rsultat est bien diffrent. Au lieu de voir diminuer leurs beauts vous en dcouvrirez de nouvelleset de plus dlicates encore qui avaient chapp au simple regard; elles nous font apprcier, un point de vueque nous n'aurions pas souponn, le sens profond de ces paroles du Seigneur: "Apprenez comment croissentles lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent, et cependant je vous dis que Salomon mme dans toute sagloire n'a point t vtu comme l'un d'eux." (Matthieu VI, 29). La mme loi se manifeste aussi quand oncompare la Parole de Dieu aux oeuvres les plus parfaites de l'homme. Il y a des taches et des imperfectionsdans les productions les plus admires du gnie humain. Mais, plus on sonde les critures, plus on les tudieavec attention, plus on voit leur perfection; on y aperoit chaque jour de nouvelles beauts, et les dcouvertesdelascience,lesrecherchesdessavants,lestravauxdesincrdules,toutconspirelafoispourfaireresplendir la merveilleuse harmonie de toutes leurs parties et la divine beaut qui en revt l'ensemble.S'il en est ainsi pour l'criture en gnral, on peut surtout le dire de l'criture prophtique. mesure que sedroulentlesplansdelaProvidence,lessymbolesprophtiquesprennentdesaspectsplus beauxetplusaudacieux. C'est surtout le cas pour le langage des prophtes qui forme la base et la pierre angulaire de notretravail. Aucun protestant clair n'a eu de peine identifier la femme assise sur les 7 montagnes et portantau front cette inscription: "Le Mystre, la Grande Babylone" avec l'apostasie Romaine. Rome, seule entretoutes les villes du monde, a t fameuse cause de sa situation sur 7 collines. Les potes et les orateurspaensquinesongeaientpointexpliquerlaprophtie,l'ontaussiappelelacitaux7collines.Voicicomment Virgile en fait mention: "Seule Rome est devenue la merveille du monde et seule dans son enceinteelle renferme 7 collines1." Properce en parle aussi de la mme manire et ajoute un nouveau trait qui compltela description de l'Apocalypse: "la haute cit btie sur 7 collines qui gouverne le monde entier2." Ces mots:"gouvernant le monde entier" sont exactement la contrepartie de la dclaration divine: "Elle rgne sur les roisdelaterre"(ApocalypseXVII,18).AppelerRome,"lacitaux7collines",taitpoursescitoyensaussicaractristique que de la dsigner par son propre nom. C'est ainsi qu'Horace, parlant de Rome, la dsigneuniquement par ses 7 collines, lorsqu'il invoque "les dieux qui ont mis leur affection dans ses 7 collines3".Martial nous parle dans le mme sens des "7 montagnes qui gouvernent4". une poque bien postrieure onseservaitdummelangage.Symmaque,prfetdelavilleetderniergrand-prtrepaen,enqualitdereprsentant imprial, recommandant par lettre un de ses amis un autre ami, l'appelle:"De septem montibus virum5", un habitant des 7 montagnes, voulant dire par l (c'est l'opinion de tous lescommentateurs),"uncitoyenromain".PuisquecetraitcaractristiquedeRomeatdetouttempsbienmarqu et bien dfini, il a toujours t facile de prouver que l'glise, qui a son sige et sa capitale sur les 7collines, peut juste titre tre appele "Babylone" et considre comme le sige principal de l'idoltrie sousla Nouvelle Alliance, comme la Babylone antique tait le principal sige de l'idoltrie sous l'Ancienne. Maissi l'on rapproche les dcouvertes rcentes faites en Assyrie, de l'histoire de la mythologie du monde ancien,12que l'on connat assez, mais que l'on comprend mal, on verra un sens encore plus profond dans le nom de laGrande Babylone. Il a toujours t reconnu que la Papaut n'est que du paganisme baptis. Mais Dieu nousrvle maintenant ce fait: que le paganisme baptis par Rome est, dans ses lments essentiels, le mmepaganisme qui florissait dans l'antique Babylone lorsque Jhovah ouvrit devant Cyrus les doubles portesd'airain et brisa les barreaux de fer.Le langage mme et les symboles de l'Apocalypse auraient pu nous prparer affirmer d'avance que quelquelumire nouvelle et inattendue serait jete d'une manire ou de l'autre sur cette priode de l'glise de la grandeApostasie. - Dans les visions de l'Apocalypse, c'est prcisment avant le jugement prononc sur elle que pourla premire fois Jean voit l'glise apostate portant sur le front le nom de la "Grande Babylone" (ApocalypseXVII, 5), Que signifie ce nom inscrit sur le front? Cela ne prouve-t-il pas tout naturellement qu'avant la venuedu jugement, son caractre vritable devait se dvelopper si compltement, que toute personne ayant des yeuxpourvoir,etpossdantlemoindrediscernementspirituel,seraitforce,commeparunedmonstrationoculaire, de reconnatre la merveilleuse appropriation de ce titre que l'Esprit de Dieu lui a appliqu? Sonjugement approche, cela est vident; et mesure qu'il approche, la Providence divine, d'accord avec la ParoledeDieu,dmontredeplusenplusclairementqu'eneffetRomeestlaBabylonedel'Apocalypse;quelecaractre essentiel de son systme, ses grands objets de culte, ses ftes, sa doctrine, sa discipline, ses rites etses crmonies, sa prtrise et ses ordres sont tous drivs de l'antique Babylone, et qu'enfin le Pape lui-mmeest vraiment le descendant de Belshazzar. Dans la lutte qui a t soutenue contre les despotiques prtentionsde Rome, on s'est trop souvent content de combattre et de repousser la prsomption avec laquelle elle sevante d'tre la mre et la matresse de toutes les glises, la seule glise Catholique hors de laquelle il n'y apoint de salut. Si jamais on a t excusable de la traiter ainsi, cette excuse n'existera plus. Si l'on peut justifierle principe que je viens d'tablir, il faut lui arracher tout fait son nom d'glise Chrtienne, car si c'est uneglise du Christ, celle qui tait assemble cette nuit o le roi pontife de Babylone, au milieu de ses milleseigneurs, "louait les dieux d'or et d'argent, de bois et de pierre" (Daniel V, 4), alors l'glise de Rome a ledroit de porter le nom d'glise Chrtienne; dans le cas contraire, elle ne l'a pas! Quelques personnes penserontque ma thse est bien audacieuse; mais ce livre a prcisment pour but de la dmontrer. Que le lecteur jugepar lui-mme si je n'apporte pas une vidence plus que suffisante pour justifier mon assertion.136Eusbe SALVERT, Des Sciences occultes, p. 2597GEBELIN, Monde primitif, vol. IV, p. 319.8Voir SALVERT, p. 258-259.9AMMIANUS MARCELLINUS, liv. XIV, ch. 6 et liv. XXIII, ch. 6. p. 371, 374, comp. avec Justin,Histoires, liv. 1, ch. 1, p. 615. Et Chronique d'Eusbe, tome I, p. 40, 70 etc. Eusbe dit que Ninus etSmiramis rgnaient l'poque d'Abraham. Voir tome I, p. 41 et tome II, p. 65. Pour l'ge de Smiramis,voir note page 15.10Chronique Paschale, vol. 1. p. 65.CHAPITRE 1CARACTRE DISTINCTIF DES DEUX SYSTMESLe premier point sur lequel j'appelle l'attention du lecteur pour dmontrer l'origine Babylonienne de l'gliseRomaine, c'est le caractre de Mystre qui est particulier aux systmes de la Rome moderne et de l'ancienneBabylone. Le prodigieux systme de corruption morale et d'idoltrie, dpeint sous l'emblme d'une femmequitientlamainunecouped'or(ApocalypseXVII,4)etquienivretouteslesnationsduvindesonimpudicit (Apocalypse XVII, 2) est divinement appel "Mystre, la Grande Babylone" (Apocalypse XVII,5). Tout homme sincre qui examine soigneusement ce sujet, ne peut douter que le Mystre d'iniquit dcritpar Paul, dansII Thessaloniciens II, 1-7, n'ait sa contrepartie dans l'glise de Rome. Telle tait l'impressionproduite par ce tableau sur l'esprit du clbre Sir Mathieu Haie, homme d'un discernement peu commun, qu'iltenait ce langage: "Si cette description de l'aptre tait insre dans le Cri d'alarme, le premier constable venuduroyaumeauraitledroitd'arrtern'importeol'vquedeRomecommetantlapersonnificationdumystre d'iniquit". Or, comme le systme dont nous parlons est aussi caractris par le nom de "Mystre",onpeutprsumerquelesdeuxpassagess'appliquentaummesystme.Maislelangagequi dsignelaBabylone du Nouveau Testament, comme le lecteur ne peut manquer de le voir, nous ramne la Babyloneantique. De mme que la femme dont parle l'Apocalypse, l'ancienne Babylone tient la main une coupe pourenivrer les nations. Voici comment le Seigneur parlait de cette Babylone alors qu'elle tait dans toute sa gloire,prophtisant ainsi son avenir par la bouche de Jrmie: "Babylone a t dans la main de l'ternel une couped'or enivrant toute la terre; les nations ont bu de son vin, c'est pourquoi les nations ont t comme en dlire."(JrmieLI,7).Pourquoicetteanalogiedelangageconcernantlesdeuxsystmes?Ilfautvidemmentconclure que l'un est la figure et l'autre la ralit. Or, comme la Babylone de l'Apocalypse est caractrise parle nom de Mystre, de mme ce qui distingue l'ancien systme Babylonien, ce sont les mystres chaldensqui en formaient une partie essentielle. C'est ces Mystres que le langage symbolique du prophte hbreufait distinctement allusion lorsqu'il parle de Babylone comme d'une "coupe d'or". On ne pouvait, dit Salvert6,treiniticesMystressansavoirbupralablementdesbreuvagesmystrieux.Cesbreuvagestaientcomposs de vin, de miel et de farine7. Quelques substances taient ouvertement employes; d'autres, tenuesdans le secret, mais connues nanmoins8, nous font voir que ces boissons taient enivrantes, et les aspirantsn'taient prpars voir et entendre ce qu'on leur rservait, que lorsqu'ils avaient ressenti leur influence, queleur intelligence s'tait obscurcie et que leurs passions avaient t excites par la boisson prpare. Si l'oncherche quel tait le but de ces Mystres, on verra qu'ils avaient une analogie extraordinaire avec le "Mystred'iniquit" personnifi dans l'glise Romaine. Leur premier objet tait de faire connatre peu peu, sous lesceaudusecretetlasanctiond'unserment,cequ'iln'auraitpastprudentdedvoilertoutcoupetouvertement.L'poqueoilsfurenttablisprouvequeleschosessesontainsipasses.LesMystresChaldens peuvent tre assigns l'poque de Smiramis,qui vivait seulement quelques sicles aprs ledluge, et qui est clbre pour leur avoir imprim le caractre de son esprit licencieux et corrompu9. CettebellemaismisrablereinedeBabylonen'taitpasseulementdanssapersonneelle-mmeunmodledeconvoitise effrne et de drglement, mais encore dans les mystres qu'elle avait le plus contribu former10,1411 HSIODE, Thogonie, v. 453, p. 36.12HRODOTE, Hist., liv. I, ch. 199, p. 92. QUINTUS CUKTIUS, v. 1.13Pour confirmer ce poi nt, voir Appendice,note A.14ELLIOTT, Horoe, vol. IV, p. 3015Pour l'ge de Sem, voir Gense XI, 10, 11. D'aprs ce passage Sem vcut 502 annes aprs le dluge,c'est--dire selon la chronologie thorique jusqu' l'an 1846 av. J.-C. L'ge de Ninus, poux deSmiramis, comme nous avons dj tabli dans une note prcdente, correspondait, d'aprs Eusbe, l'ge d'Abraham qui naquit en 1996 av. J.-C. Toutefois, c'est seulement neuf ans avant la fin du rgne deNinus, dit-on, qu'Abraham naquit (SYNCELLUS, p. 170. Paris 1652). Donc le rgne de Ninus a dfinir, selon la chronologie usuelle, vers 1787 av. J.-C. Clinton qui est fort comptent en chronologie,place le rgne de Ninus un peu plus haut. Dans ses Fastes Grecques, tome I, p. 253, il lui assigne l'an2182 av. J.-C. Layard dans Ninive et ses ruines, tome II, p. 217, souscrit cette opinion. Smiramis, dit-on, survcut quarante-deux ans son mari. (Syncellus, p. 96). Quel que soit le point de vue qu'on adoptepour l'ge de Ninus, il est vident que Sem a longtemps survcu Ninus. Cet argument repose, on lecomprend, sur l'hypothse de l'exactitude de la chronologie hbraque. Pour plus de lumire l-dessus,voir Appendice, note B.Fig. 2elle tait adore comme Rhaz, la grande Mre des dieux11, avec desritestellement odieux qu'elle a tidentifie Vnus, la Mre de toutes les impurets, et qu'ellealev la cit mme o elle rgnait unehonteusesuprioritparmilesnations.C'estcepointqu'elleatlegrandsigedel'idoltrieetdelaprostitution sanctionne12. C'est ainsi que cette reine de Chalde tait le prototype exact et remarquable delafemmedel'Apocalypse,ayantunecouped'orlamain,etsurlefrontlenom:"Mystre,lagrandeBabylone, mre des impudicits et des abominations de la terre" (fig. 1).Fig. 1 La forme de la coupe que tient cette femme est la mme qu e celle de la c oupe d es roisAssyriens et elle est aussi tenue de la mme manire. Un correspondant nous cite un passage dePline,relatiflacoupedeSmiramisquitombaentrelesmainsdeCyrusvictorieux.Sesproportions gigantesques doivent l'av oir rendue clbre chez les Babyloniens et les nations aveclesquelles ils avaient des rap ports. Elle pesait 15 talents ou1200 livres.L'emblme apocalyptique de la femme impudique avec la coupe d'or la main tait mme compris dans lessymboles de l'idoltrie drive de l'ancienne Babylone, tels qu'ils taient reprsents en Grce, c'est ainsi, eneffet, qu'on reprsentait Vnus l'origine13; et ce qui est curieux, c'est que mmedenosjours,etpourlapremirefois,parat-il,l'gliseromainevientdes'approprier ce symbole pour en faire l'emblme de son choix. En 1825, en effet, l'occasion du Jubil, le pape Lon XII fit frapper une mdaille portant d'un ctsa propre image et de l'autre l'glise de Rome symbolise par une femme qui tient la main gauche une croix et de l'autre une coupe avec cette lgende: "Sedet superuniversum14", elle a pour sige le monde entier (fig. 2).Smiramis vivant une poque o la foi patriarcale tait encore assez puissante dans l'esprit des hommes,(puisque Sem tait encore en vie15), pour rallier les mes fidles autour de la bannire de la vrit et de lacause divine, il aurait t tmraire de proclamer tout coup et publiquement, un systme comme celui quifutinaugurparlareinedeBabylone.Noussavons,d'aprsladclarationdeJob,queparmilestribuspatriarcales qui n'avaient rien faire avec les institutions mosaques, mais qui adhraient la foi pure despatriarches, l'idoltrie, n'importe quel degr, tait considre comme un crime qui devait attirer sur la ttedu coupable un chtiment terrible et sommaire: "Si j'ai regard le soleil quand il brillait et la lune quand elles'avanait majestueuse, si mon coeur s'est laiss sduire en secret, si ma main s'est porte sur ma bouche, c'estun crime que doivent punir les juges, et j'aurais reni le Dieu d'en haut" (Job XXXI, 26-28). S'il en tait ainsidutempsdeJob,plusforteraisonentait-ildemmel'poqueplusreculeolesmystresfurentinstitus. Si donc l'idoltrie s'introduisait, et en particulier une idoltrie grossire comme celle que le systme1516On verra plus loin (ch. 2) quelle raison puissante il y avait en ralit pour agir dans le plus grand secret.17Eusbe SALVERT, Des Sciences occultes, dassim. 13. Dr. MAITLAND, L'glise dans lesCatacombes, p. 191-192.Babylonien contenait en principe, il fallait ncessairement que ce ft en secret et la drobe16. Quand mmele souverain l'aurait introduite, elle aurait pu produire une raction, et la partie de l'humanit demeure fidleaurait fait de violents efforts pour la dtruire; dans tous les cas, si elle s'tait manifeste tout coup, dans toutesonhorreur,laconsciencehumaineseseraitalarmeetl'onauraitmanqulebutqu'onseproposaitd'atteindre. Ce but tait de soumettre tout le genre humain d'une manire aveugle et absolue, une hirarchiequi dpendait entirement des souverains de Babylone. cet effet, toute la science sacre et profane futmonopolise par le clerg17 qui la distribuait ceux qu'il initiait aux Mystres, selon que le demandaient lesintrtsdesongrandsystmededespotismespirituel.C'estainsiquepartoutosepropagealesystmeBabylonien, les hommes furent livrs la domination des prtres. Ceux-ci taient les seuls dpositaires desconnaissances religieuses, seuls ils avaient la vraie tradition par laquelle on devait interprter les rites et lessymboles de la religion du peuple, et sans une soumission aveugle et entire, les prtres refusaient de faireconnatre ce qui tait ncessaire au salut. Comparez cela avec les origines de la Papaut, avec son esprit etson "modus operandi" travers tout son dveloppement, et vous verrez combien la ressemblance est exacte.tait-ce une poque de lumire patriarcale que naquit le systme corrompu des Mystres Babyloniens? Non.Or ce fut une poque de lumires encore plus grandes que commena le systme impie et antiscripturaire,qui a trouv un dveloppement si marqu dans l'glise romaine. Il fut introduit du temps mme des aptres,alors que l'glise primitive tait encore dans sa fleur, que l'on pouvait voir partout les fruits glorieux de laPentecte, et que les martyrs scellaient, de leur sang, leur tmoignage la vrit. Mme cette poque ol'vangile brillait d'une lumire si vive, l'esprit de Dieu fit entendre, par la bouche de Paul, cette dclarationsi distincte et si claire: "Le Mystre d'iniquit agit dj." (II Thessaloniciens II, 7). Le systme d'iniquit quicommenait alors devait aboutir, selon les prophties bibliques, une apostasie clatante qui serait rvleen son temps d'une manire terrible et continuerait jusqu' ce que "le Seigneur Jsus viendrait le dtruire, parle souffle de sa bouche, et l'abolir par l'clat de son avnement". Mais il s'introduisit tout d'abord dans l'gliseen secret et la drobe "avec toutes les sductions de l'iniquit". Il travailla "mystrieusement" sous de beauxmais faux prtextes, "loignant les hommes de la simplicit et de la vrit telles qu'on les trouve en Jsus".Et il agit ainsi par les mmes raisons qui introduisirent secrtement l'idoltrie dans les anciens mystres deBabylone; il n'tait ni sage ni prudent d'agir autrement. Le zle de la vritable glise, quoi qu'elle ne dispostpas du pouvoir civil, se serait soulev pour mettre ce faux systme et ses partisans au ban de la Chrtient,s'il s'tait tout coup montr ouvertement et dans toute son tendue, il n'aurait pu ds lors se dvelopper.Aussi fut-il introduit secrtement et peu peu, une corruption succdant une autre; mesure que l'apostasiese dveloppait et que l'glise infidle s'accoutumait la tolrer, jusqu' ce qu'elle ait atteint les proportionsexcessives que nous voyons aujourd'hui, o, dans presque tous les dtails, le systme papal est l'antipode dusystme de la primitive glise. Les inscriptions copies dans les catacombes romaines nous prouvent, d'unemanirefrappante(etcettepreuvenousatconserveparRomemme)quetoutcequ'elleadepluscaractristiques'estintroduitgraduellementdanssonsein,grce"l'actiondumystred'iniquit".Cescatacombes sont de vastes excavations sous-terraines aux environs de Rome, o, pendant les perscutions destrois premiers sicles, les chrtiens clbraient leur culte et ensevelissaient leurs morts. On trouve encore, surquelques-unes de ces tombes, des inscriptions directement opposes aux principes et aux rites actuels deRome. Prenons-en un seul exemple. Quelestaujourd'hui le trait distinctif de la papaut? N'est-ce pas leclibat obligatoire pour le clerg? Or, d'aprs ces inscriptions, nous avons la preuve la plus vidente, quemme Rome, il y avait un temps o on ne connaissait pas ce systme du clibat des prtres.1618Dr. MAITLAND, L'glise dans les Catacombes, p. 191-192.19Pour l'origine Babylonienne de ces Mystres, voir chapitre suivant, article l et 2.20Eusbe SALVERT, Des Sciences occultes, ch. XXXVI, p. 428.21POTTER, vol. I. Eleusinia, p. 336.Tmoin les inscriptions trouves sur plusieurs tombeaux:1/ " Basilius, prtre, et Flicit, son pouse. Ils se sont prpar ce tombeau."2/ Petronia, femme d'un prtre, type de la modestie. "Ici reposent mes os. Cessez de pleurer, mon cherpoux, toi aussi, chre fille, et rappelez-vous qu'on ne doit pas pleurer sur celle qui vit en Dieu18."C et l une prire pour les morts comme celle-ci: "Dieu veuille faire revivre ton esprit", montre bien que lemystre d'iniquit avait dj commenc son oeuvre, mais de pareilles inscriptions montrent aussi qu'il avaittravailllentementetaveccirconspection,etquejusqu'l'poquelaquelleellesappartiennent,l'gliseRomaine ne s'tait pas encore dveloppe comme aujourd'hui o elle dfend absolument ses prtres de semarier. Lentement et sournoisement, Rome a pos les bases de son systme de prtrise sur lequel elle allaitensuite lever un si vaste difice. ses dbuts, elle avait le nom de "Mystre" scell sur son systme.Le confessionnalMais ce trait de "Mystre" lui a t conserv travers tout son dveloppement. Lorsqu'elle eut russi voilerl'clat de l'vangile, obscurcissant laplnitude et la libert de la grce divine, dtournant les mes de lacommunion directe et immdiate avec le seul grand Prophte et souverain Sacrificateur, on attribua au clergunpouvoirmystrieuxquiluidonnaitladominationsurlafoidupeuple,dominationquerefusaientformellementlesaptres(IICorinthiens1,24)maisqui,deconcertavecleconfessionnal,estdevenueaujourd'hui au moins aussi absolue et aussi complte que le ft jamais celle du prtre Babylonien sur lesinitis des anciens Mystres. Le pouvoir clrical de la prtrise romaine a atteint son apoge dans l'institutiondu confessionnal. Cette institution a t emprunte Babylone. La confession demande aux sectateurs deRome est entirement diffrente de celle que nous recommande la Parole de Dieu. L'criture nous dit cesujet:"Confessezvosfauteslesunsauxautres."(JacquesV,16).Cequiimpliquequeleprtredoitseconfesseraupeuplecommelepeupleauprtre,s'ilarrivequel'unaitpchcontrel'autre.Cesparolesn'auraient jamais pu servir aucun prtexte de despotisme spirituel, aussi Rome, abandonnant la parole deDieu, a eu recours au systme Babylonien. Dans ce systme la confession secrte au prtre, selon une formuleusite, tait exige de tous ceux qui taient admis aux Mystres; et l'initiation ne pouvait se faire qu'aprs cetteconfession. Voici comment Salvert parle de cette confession telle qu'on la pratiquait en Grce, dans des ritesqui ont videmment Babylone pour origine19: "Ibus les Grecs depuis Delphes jusqu'aux Thermopyles taientinitis aux Mystres du temple de Delphes. On s'assurait de leur silence sur tout ce qu'ils devaient tenir secret,par la crainte des chtiments dont on menaait une rvlation qui aurait t un parjure, et par la confessiongnrale qu'on exigeait des aspirants l'initiation. Cette confession leur faisait bien plus redouter l'indiscrtionduprtre,qu'ellenedonnederaisoncedernierdecraindrelaleur20."Potternousparleaussidecetteconfessiondansses"Antiquits Grecques",bienqu'onnel'aitpasassezremarque.DanssonrcitdesMystresd'Eleusis,aprsavoirdcritlescrmoniesetlesinstructionsquiprcdentl'admissiondescandidats l'initiation dans la prsence immdiate des divinits, il ajoute: "Alors le prtre qui les initiait,appel(l'Hirophante), leur posait certaines questions, par exemple: Jenez-vous? etc., quoi ils rpondaient par des formulaires21." Le mot "et castera" peut ne pas frapper un lecteur superficiel, maisil veut dire bien des choses. Il veut dire: "tes-vous pur de toute infraction la loi de chastet?" Et cela nonseulement dans le sens d'impuret morale, mais dans ce sens factice de chastet que le paganisme a toujours1722Pour les dfenses arbitraires l'gard desquelles on peut devenir coupable, voir POTTER, tome I, p.336, quelques phrases avant la dernire citation.23DUPUIS, Origine de tous les cultes, vol. IV. P. L, p. 302. Paris, l'an III de la Rpublique.24Voir particulirement JUVNAL, Satire VI, 535.25WILKINSON, Les gyptiens, tome V, p. 335-336.26Le Chrtien sincre, par l'vque HAY, tome II. p. 68. Dans cet ouvrage on trouve la question et larponse suivantes: "D. Cette confession des pchs est-elle ncessaire pour obtenir la salut? R. Elleest ordonne par Jsus-Christ comme absolument ncessaire." Voir aussi le Manuel du pauvre homme,ouvrage rpandu en Irlande, p. 109-110.27La lumire de la prophtie. Voir Appendice, note C.28Il y avait une diffrence mme parmi les initis. Quelques-uns n'taient admis qu'aux petits Mystres; lesgrands Mystres taient rservs un petit nombre de privilgis. (WILKINSON, Les Anciensgyptiens, tome I, p. 265-267).aim22. "tes-vous pur de tout meurtre?" car celui qui mme par accident s'tait rendu coupable de meurtren'tait pas admis avant d'avoir t lav de son crime, et il y avait des prtres, appels Kos qui taient danscecaschargsderecevoirlesconfessionsetd'absoudrelescoupables23.LasvritdecesquestionsduconfessionnalpaenestvidemmentimpliquedanscertainspomeslicencieuxdeProperce,Tibulle,Juvnal24. Wilkinson dans son chapitre sur les "jenes privs et la pnitence", qui dit-il taient strictementobligatoires, d'aprs des rgles fixes, pour des poques dtermines25, cite des passages de plusieurs auteursqui montrent clairement o la papaut a pris ces questions qui ont imprim son confessional un caractred'obscnit,commeonlevoitparexempledanslespremirespagesdePaterDeus.Pourjustifiercetteconfession auriculaire, on disait que les solennits auxquelles les initis allaient tre admis taient si grandes,si clestes, si saintes, que celui qui avait la conscience charge d'une faute, d'un pch qu'il n'avait point expi,ne pouvait absolument pas y tre admis. Aussi tait-il indispensable, dans l'intrt mme de ceux qui voulaientse faire initier, que le prtre officiant sondt leur conscience de peur que s'ils venaient sans s'tre auparavantpurifis de leurs fautes, la colre des dieux ne ft excite contre les profanes intrus. Tel tait le prtexte; maisaujourd'hui que nous connaissons le caractre essentiellement impur de leurs dieux et de leur culte, qui ne voitque ce n'tait l qu'un prtexte; que leur but principal, en demandant aux candidats de confesser leurs fautessecrtes,leursfaiblessesetleurspchs,taitdelesmettreentirementlamercideceux auxquelsilsconfiaient les plus intimes penses de leur me, et leurs secrets les plus importants?Or, c'est exactement de la mme manire et pour les mmes raisons que Rome a institu le confessionnal. Aulieu de demander aux prtres et aux fidles selon l'criture de "confesser leurs fautes l es uns aux autres",lorsque l'un a fait du tort l'autre, elle oblige tous les hommes, sous peine de perdition, se confesser auxprtres26, qu'ils les aient ou non offenss, tandis que le prtre n'est nullement oblig de se confesser sontroupeau. Sans cette confession, dans l'glise Romaine, on n'est point admis aux sacrements, pas plus qu'auxjours du paganisme on ne pouvait tre admis aux Mystres sans s'tre confess. Or, cette confession est faitepar chaque fidle, dans le secret et la solitude, au prtre revtu de l'autorit divine27, sigeant au nom de Dieu,investi du pouvoir d'examiner la conscience, de juger la vie, de condamner et d'absoudre son gr et selonson plaisir. Tel est le grand pivot sur lequel tourne tout le systme d'iniquit tel qu'il s'est incorpor dans lapapaut; et partout o on lui obit, il sert admirablement son dessein et plie les hommes une sujtion abjectevis--vis de la prtrise. Fidle au principe qui donna naissance au confessionnal, l'glise, c'est--dire le clerg,prtendit tre le seul dpositaire de la vritable foi de la chrtient. De mme que les prtres chaldens taientcenss possder la clef de l'explication de la mythologie Babylonienne, clef qui leur avait t transmise depuisla plus haute antiquit, de mme les prtres de Rome prtendirent tre les seuls interprtes de l'criture: euxseuls avaient la vraie tradition transmise d'ge en ge, sans laquelleiltait impossible de comprendre levritable sens de la Bible. Aussi demandaient-ils une foi complte leurs dogmes; tous les hommes taienttenus de croire comme l'glise, tandis que l'glise pouvait dterminer sa foi selon son bon plaisir. Possdantl'autoritsuprmesurlafoi,ellepouvaitencommuniquerunpeuoubeaucoupselonqu'ellelejugeaitconvenable; et rserver dans l'enseignement les grandes vrits de la religion tait un principe aussi essentieldans le systme de Babylone qu'il l'est aujourd'hui dans le Romanisme ou le Iractarianisme28. Ce fut cette1829Romains I, 18. Les meilleurs interprtes traduisent ce passage comme ci dessus. On remarquera que Paulparle expressment des paens.prtention du clerg dominer sur la foi, qui "tint injustement la vrit captive29" dans l'antiquit si bien que"lestnbrescouvrirentlaterre,etqueleshommestaientplongsdansd'paissestnbres".LammeprtentionapparutchezleclergRomain,lorsquedansdesgesd'ignorance,traversplusieurssicleslugubres, l'vangile demeura inconnu et que la Bible fut un livre ferm pour des millions d'hommes quiportaient le nom du Christ. tous les gards donc, nous voyons que Rome porte avec raison sur le front lenom "Mystre, la Grande Babylone."191Voir HRODOTE, liv. II, ch. 109, et DIOGNE LAERCE, proem, p. 2.2Liv. I, 6, p. 34.3BUNSEN, L'gypte, vol. I, p. 444.4LAYARD, Ninive et ses ruines, vol. II, p. 440.5ibid. p. 439-440.6OUVAROFF, Mystres d'Eleusis, sect. II, p. 20.CHAPITRE 2Objets du culteArticle 1 - La Trinit dans l'UnitSi l'on trouve cette concidence gnrale entre les systmes de Babylone et de Rome, on se demande est-cetout? Nous rpondons: bien loin de l. Comparons seulement les anciens Mystres Babyloniens au systmede Rome et nous verrons combien l'un a emprunt l'autre. Ces mystres furent longtemps envelopps detnbres; mais aujourd'hui ces tnbres paisses commencent se dissiper. Tous ceux qui ont prt la moindreattention la littrature de la Grce, de l'gypte, de la Phnicie ou de Rome, savent quelle place les Mystresoccupaient dans ces pays; ils savent aussi que malgr des diversits secondaires, ces mystres taient lesmmes sur tous les points essentiels dans ces diverses contres. Or, de mme que les paroles de Jrmie djcitessemblentmontrerqueBabylonefutlasourcepremiredetouscessystmesd'idoltrie,ainsilesdductions des historiens les plus comptents, bases uniquement sur des faits historiques, ont abouti lammeconclusion1.Zonaras2nousapprendquelestmoignagesdesanciensauteursqu'ilavaitconsultsamnent au rsultat dont nous parlons, il nous dit en effet, propos de l'arithmtique et de l'astronomie: "Cesdeux sciences, dit-on, sont venues des Chaldens aux gyptiens, et de ceux-ci aux Grecs." Si les gyptienset les Grecs ont pris aux Chaldens l'arithmtique et l'astronomie, du moment que ces sciences taient dessciences sacres dont les prtres avaient le monopole, cela prouve suffisamment qu'ils ont puis leur religion la mme source. Bunsen et Layard, dans leurs recherches sont arrivs au mme rsultat. Le premier dclareen effet que le systme religieux de l'gypte venait d'Asie, "et du premier empire de Babel3". Layard sontour, quoique envisageant le systme des mages Chaldens un point de vue plus favorable, parle ainsi decesystme:"Ilestvidentquececulteprimitifremonteunehauteantiquit,etnousavonsledoubletmoignage de l'histoire sacre et de l'histoire profane pour tablir qu'il prit naissance chez les peupladesAssyriennes. On lui donna l'pithte de parfait, et on crut que c'tait le plus ancien des systmes religieux,antrieur mme celui des gyptiens. (Egyptiis vero antiquiores esse Magos Aristoteles auctor est in primode Philosophia libro-Theopompi Frag)4. L'identit", ajoute-t-il, "de beaucoup de doctrines Assyriennes aveccelles de l'gypte est indique par Porphyre et Clment", et toujours sur le mme sujet il cite les passagessuivants de Birch sur les cylindres et les monuments de Babylone: "Les signes du Zodiaque montrent d'unemanireindubitablequelesGrecsavaientempruntauxChaldensleursnotionsetleurdispositionduZodiaque (et par consquent leur mythologie qui lui tait associe). L'identit de Nemrod et de la constellationd'Orion ne peut tre conteste5." Ouvaroff, lui aussi, dans son savant ouvrage sur les Mystres d'Eleusis estarriv la mme conclusion. Aprs avoir cit ce fait que les prtres gyptiens rclamaient l'honneur d'avoirtransmis aux Grecs les premiers lments du polythisme, il conclut ainsi: "Ces faits certains prouveraientassez, mme sans la conformit d'ides, que les Mystres transports en Grce qui s'y sont allis un certainnombre de notions locales, n'ont jamais perdu le caractre de leur origine, qui remonte au berceau des idesmorales et religieuses de l'univers. Tous ces faits spars, tous ces tmoignages pars confirment ce principefcond en consquences qui fait de l'Orient le centre de la science et de la civilisation6." Si nous avons ainsila preuve que l'gypte et la Grce ont emprunt leur religion Babylone, nous avons aussi la preuve que le207Saturnalia, liv. I, ch. 21, p. 79.8JAMBLICHUS, sect. VIII, ch. 2. MACROBIUS, Saturnalia, p. 65.9WILKINSON, vol. IV, p. 176.10MALLET, Antiquits du Nord, vol. 1, p. 78-79.11MOOR, Le Panthon, p. 4.12Col. KENNEDY, La Mythologie Hindoue, p. 290.systme religieux des Phniciens sort de la mme origine. Macrobe dmontre que le caractre distinctif del'idoltrie Phnicienne doit avoir t import d'Assyrie, qui pour les crivains classiques comprenait Babylone."LecultedeVnusArchits,dit-il,florissaitautrefoischezlesAssyrienscommeaujourd'huichezlesPhniciens7."Or pour tablir l'identit entre les systmes de l'ancienne Babylone et de la Rome papale, il n'y a qu' chercher quel degr le systme de la papaut s'accorde avec le systme tabli dans ces Mystres de Babylone. Dansune pareille recherche, nous avons surmonter des difficults considrables; car de mme qu'en gologie, ilest tout fait impossible d'atteindre les couches profondes qui s'tendent sous la surface de la terre, ainsi ilne faut pas croire que dans aucun pays nous puissions trouver un expos complet et harmonique du systmequiyesttabli.Maiscependantcommelegologue,enexaminanticil'intrieurd'unefissure,luneminence, ailleurs les diffrents aspects de la surface elle-mme, peut dterminer, avec une merveilleusecertitude, l'ordre et les contenus gnraux des diffrentes couches de toute la terre, il en est ainsi pour laquestion des mystres Chaldens. Ce qui manque dans un pays est fourni par un autre, et ce qui apparat dansplusieursdirections,dterminencessairementlecaractredebiendesfaitsquinesemontrentpasdirectementaugrandjour.tantdoncadmisl'unitetlecaractreBabyloniendesanciensMystresdel'gypte, de la Grce, de la Phnicie, et de Rome, prenons ces deux traits pour la clef qui doit nous guiderdans nos recherches, et comparons point par point la doctrine et la pratique des deux Babylones, celle del'Ancien et celle du Nouveau Testament.Nousremarquerons,enpremierlieu,l'identitdesobjetsdecultedeBabyloneetdeRome.LesanciensBabyloniens, exactement comme les Romains modernes, croyaient formellement l'unit de la Divinit; ettout en adorant une infinit de divinits secondaires, qui, disait-on, possdaient une certaine influence sur lesdestines humaines, ils reconnaissaient distinctement l'existence d'un seul Crateur infini, et tout-puissant,lev au dessus de tout8. La plupart des nations faisaient de mme. "Dans les ges reculs de l'humanit, ditWilkinson dans les Anciens gyptiens , on semble avoir cru gnralement une divinit unique et toute-puissante qui a cr toutes choses; la tradition apprit aux hommes les mmes notions sur ce sujet, notions quiplus tard ont t adoptes par toutes les nations civilises9." "La religion Gothique, dit Mallet, enseignaitl'existence d'un Dieu suprme, matre de l'univers auquel, disait-on, tout obissait, tout tait soumis" (Tacitede Morib. Germ.). L'ancienne mythologie de l'Islande l'appelle "l'auteur de tout ce qui existe, l'tre ternel,vivant et terrible, celui qui scrute les choses caches, l'tre qui ne change jamais". Elle attribue cette divinit"un pouvoir infini, une connaissance illimite, une justice incorruptible10". C'tait l aussi, nous en avons despreuves, la foi des anciens Hindous. Bien que le moderne Brahmanisme reconnaisse des millions de dieux,les livres sacrs des Hindous montrent qu'autrefois il n'en tait nullement ainsi. Le major Moor dit, en parlantde Brahma, le Dieu suprme des Hindous: "Aucune image ne peut le reprsenter, lui dont la gloire est sigrande. Il claire tout, rjouit tout, de lui viennent toutes choses! C'est lui qui fait vivre les tres vivants, c'est lui que toutes choses reviennent." (Veda)11. Dans les dcrets de Manou il est ainsi caractris: "Celui quel'esprit seul peut percevoir: dont l'essence chappe aux organes sensibles, qui est invisible, qui exista de touteternit: l'me de tous les tres, qu'aucune crature ne peut concevoir12." Dans ces passages, il y a quelquestraces de panthisme, mais le langage mme tmoigne qu'il y a eu parmi les Hindous une priode o la foitait beaucoup plus pure.2113Voir PARKHURST, Lexique Hbreu, sub voce n/ V.14ibid. n/ II.15PARKHURST, Lexique Hbreu, sub voce n / IV.16MOOR, Le Panthon, Crishna, p. 24.17GITA, p. 68, apud Moor.18Pour plus de clart sur la croyance des Hindous ce sujet, voir la fin de l'article suivant.19Recherches Asiatiques, vol. VII, p. 294. Londres, 1807.20Le mot de l'original dans l'Exode est exactement le mme que Rahm niais sous la forme du participe.21Si tel est le sens du mot Brahma, le sens de Deva, nom gnrique de Dieu chez les Hindous lui estpresque identique. Ce nom vient du sanscrit Div, briller. C'est seulement une forme diffrente de ShivNon seulement les Hindous clbraient hautement les perfections naturelles de Dieu, mais il est certain qu'ilsconnaissaient parfaitement son caractre misricordieux, tel qu'il se manifeste dans ses relations avec unmonde coupable et perdu. C'est ce qui apparat clairement dans le nom mme de Brahm qu'ils ont donn auDieu unique, ternel et infini. On s'est livr bien des spculations peu satisfaisantes sur le sens de ce nom;mais si l'on considre avec soin les diffrentes citations relatives Brahm, il devient vident que ce nom n'estautre chose que l'Hbreu Rahm avec le digamma prfixe, trs usit dans les mots sanscrits drivs de l'Hbreuou du Chalden. Rahm en hbreu signifie "le misricordieux ou le compatissant13". Mais Rahm signifie aussile ventre14 ou les entrailles, comme sige de la compassion.OronparledeBrahm, leseulDieusouverain,dansunlangagetelqu'onnepeutl'expliquermoinsdesupposer que Brahm avait la mme signification que le mot Hbreu Rahm. Ainsi, nous voyons que le dieuCrishna, dans l'un des livres sacrs des Hindous, affirmant sa dignit souveraine, sa divinit et son identitavec le Dieu suprme, se sert des expressions suivantes: "Le grand Brahm est mon sein, dans lequel je placemon foetus; c'est de lui que procdent toutes choses. Le grand Brahm est le sein de toutes les formes diversesqui sont conues dans chaque sein naturel15." Comment aurait-on jamais pu appliquer un pareil langage au"suprme Brahma, le Dieu Trs-Haut, l'tre divin, au-dessus de tous les autres dieux; sans gnalogie, leSeigneur tout-puissant, Dieu des dieux, le Seigneur universel16" sinon cause de cette analogie entre Rahm"les entrailles", et Rahm "le misricordieux"? Nous voyons donc que Brahm est exactement le mme que "Er-Rhaman17" le Tout misricordieux, titre appliqu par les Turcs au Trs-Haut, et que les Hindous, malgr leurprofonde dgradation religieuse, avaient autrefois reconnu que le Trs-Saint, le Trs-Haut est aussi le Dieude misricorde, en d'autres termes, qu'il est un Dieu juste et Sauveur18. En dveloppant cette interprtationdu nom de Brahm, nous voyons que leur croyance religieuse concernant la cration concidait exactementavec le rcit de l'origine de toutes choses tel qu'il se trouve dans la Gense. On sait que les Brahmanes, afinde se faire valoir comme une caste sacerdotale moiti divine, devant laquelle toutes les autres devaient seprosterner, ont longtemps prtendu que, tandis que les autres castes venaient des bras, du corps, des pieds deBrahma (le reprsentant visible et la manifestation de l'invisible Brahm avec lequel il s'identifiait) eux seulstaient issus de la bouche du Dieu Crateur. Or, nous trouvons dans leurs livres sacrs des dclarations quiprouventquejadisonenseignaitunedoctrinetoutediffrente.Ainsi,dansl'undesVdas,ilestditexpressment, propos de Brahma: "toutes choses sont cres par sa bouche19". Dans ce passage on a essayd'obscurcir le sujet: mais si on le rapproche du sens du nom de Brahm que nous avons dj donn, qui peutdouter du sens prcis de cette citation, bien qu'elle soit oppose aux orgueilleuses et exclusives prtentionsdes Brahmanes? Elle veut dire videmment que celui qui depuis la chute s'tait rvl l'homme comme tantle Misricordieux20 et le Dieu qui fait grce (Exode XXXIV, 6) tait en mme temps connu comme le Tout-puissant qui au commencement "parla, et la chose fut faite, commanda, et toutes choses comparurent, et quifit toutes choses par sa parole puissante". Aprs ce que nous venons de dire, tout lecteur qui consulte les"Recherches Asiatiques", vol. VII, p. 293, peut voir que c'est en grande partie par suite d'une falsificationcriminelle du titre divin de Seul Dieu vivant et vrai, titre qui aurait d tre si cher aux pcheurs, que surgirenttoutes les abominations morales qui rendent si odieux au regard de la puret les symboles paens des templesHindous21.22qui a le mme sens et qui vient aussi du Chalden Ziv, clat ou splendeur (Daniel II, 31) et certainementlorsque le culte du soleil vient se greffer sur la foi des patriarches, la splendeur visible du luminairedivinis pouvait tre suggre par ce nom. Mais on a des raisons de croire que Deva a une origine plusnoble et que ce mot venait rellement l'origine du Chalden Thad bon, que l'on peut aussi prononcerThev, ou dans sa forme emphatique Theva, ou Theva le Bon. La premire lettre reprsente par le Th,comme le montre Donaldson dans son "Nouveau Cratylus", se prononce souvent Dh. De Dheva ouTheva le Bon vient naturellement le sanscrit Deva, ou sans le digamma, comme cela arrive souvent Deo,Dieu, en latin Deus, en Grec, Theos, le digamma disparaissant de l'original Thevo-s, comme novus enlatin devient neos en Grec. Cet aspect du sujet donne de l'autorit la parole du Seigneur (MatthieuXIX, 17). Il n'y a qu'un seul bon, c'est (Theos) Dieu. (le Bon).22Quelques-uns traduisent: (derrire un arbre); mais il n'y a dans le texte aucun mot signifiant arbre; etLowth admet, avec les meilleurs orientalistes, qu'il faut traduire "d'aprs les rites d'Achad", c.--d. "decelui qui est unique". On objectera qu'il n'y a pas d'article; mais l'objection a peu de porte; ce mme mot"Achad" est usit sans article dans le Deutronome, quand l'unit de la Divinit est affirme de lamanire la plus solennelle: "coute, Isral , l'ternel notre Di eu est le seul ternel" ( Deutronome VI, 4).Pour affirmer avec le plus de force possible l'unit de la divinit les Babyloniens employaient le motAchad (Macrobii Saturnalia, liv. I, ch. 23, p. 73).23LAYARD, Ninive et Babylone, p. 605. Les gyptiens se servaient aussi du triangle comme d'un symbolede leur divinit trois formes (voir MAURICE, Antiquits indiennes, vol. IV, p. 445, Londres 1794).24PARKURST, Lexique Hbreu, sub voce Cherubim. D'aprs l'extrait suivant du Catholique Laque, deDublin, journal protestant comptent, dcrivant un tableau romain de la Trinit, rcemment paru danscette ville, on verra qu'il s'est manifest, aux portes mmes de l'Angleterre, une tendance analogue cettemanire de reprsenter la Divinit. Au sommet du tableau est une reprsentation de la Trinit. Nous enparlerons avec le respect ncessaire. Dieu le Pre et Dieu le Fils sont reprsents par un homme ayantdeux ttes, un corps et deux bras. L'une de ces ttes est comme les portraits ordinaires du Sauveur.L'autre est la tte d'un vieillard surmonte d'un triangle. Au milieu du tableau, on voit l'Esprit-Saintsortir sous la forme d'une colombe. Nous pensons que tout chrtien verra ce tableau avec tristesse, etrpugnance. Le Laque Catholique, 17 juillet 185.25Ninive et Babylone, p. 160. On a dit que la forme du pluriel du nom de Dieu, dans l'hbreu de laGense, ne fournit pas d'argument pour la doctrine de la pluralit des personnes dans la Divinit, parceque le mme mot au pluriel est appliqu aux divinits paennes. Mais si la Divinit suprme chezpresque tous les peuples paens tait triple-une, la futilit de l'objection est vidente.26Japhet. p. 184.Fig. 3Fig. 4L'ide Babylonienne de l'unit divine tait tellement idoltre, que Jhovah le Dieu vivant blmait svrementson peuple de la partager quelque degr que ce ft: "Ceux qui se sanctifient et qui se purifient au milieu desjardins, d'aprs les rites d'Achad22, mangeant de la chair de porc, des choses abominables et des souris, serontconsums tous ensemble" (sae LXVI, 17). Dans l'unit de ce Dieu unique desBabyloniens il y avait trois personnes, et pour symboliser cette doctrine de laTrinit,ilsemployaient,commeleprouventlesdcouvertesdeLayard,letriangle quilatral, absolument comme l'glise Romaine le fait de nos jours23.Dans les deux cas une telle comparaison est injurieuse pour le Roi ternel, et nesert qu' pervertir les esprits de ceux qui se la permettent comme s'il y avait ous'il ne pouvait y avoir aucune ressemblance entre une pareille figure et celui quia dit: " qui comparerez-vous Dieu, et quoi le ferez-vous ressembler?" (saeXLVI, 5).La papaut a dans quelques-unes de ses glises, comme par exemple dans le monastredes Trinitaires de Madrid, une image du Dieu en trois personnes, avec trois ttes sur unseul corps24.Les Babyloniens avaient quelque chose de similaire. Dans son dernier livre, M. Layarddonne un spcimen de cette triple divinit qu'adoraient les anciens Assyriens25 (fig. 3).La gravure ci-dessous (fig. 4) d'une autre divinit qu'adoraient les paens de la Sibrie,est emprunte une mdaille du Cabinet imprial de St-Ptersbourg et donne dans le"Japhet" de Parson26.2327Col. KENNEDY, La Mythologie Hindoue, p. 211. Le Colonel Kennedy s'oppose ce qu'on applique lenom de Eko Deva la triple statue qui a t dcouverte dans le temple souterrain d'Elephanta, parce que,dit-il, ce nom n'appartient qu'au suprme Brahma. Mais il faut avouer qu'on peut remarquer l uneinconsquence: si Kennedy admet que Brahma, la premire personne de cette statue la forme triple, estidentifie au Brahma suprme; plus loin, il indique cependant qu'une maldiction est prononce contretous ceux qui font la distinction entre Brahma, Vichnou et Siva, les trois divinits qui sont toutesreprsentes par cette mme statue.28GILLESPIE, Pays de Sinim, p. 60.29La triple invocation du nom sacr alors que Jacob bnit les enfants de Joseph est remarquer car elle estextrmement frappante: Et il bnit Joseph, et dit: "Dieu devant qui ont march mes pres Abraham etIsaac, le Dieu qui m'a nourri toute ma vie jusqu' ce jour, l'ange qui m'a dlivr de tout mal, bnisse cesenfants!" (Gense XLVIII, 15-16). Si l'ange mentionn ici n'et pas t Dieu, Jacob ne l'aurait pasinvoqu comme l'gal de Dieu. Dans Ose XII, 3-5, l'ange qui a rachet Jacob est expressment nommDieu: "Dans sa vigueur il lutta avec Dieu, il lutta avec l'ange, et fut vainqueur; il pleura et lui adressa dessupplications; Jacob l'avait trouv Bthel, et c'est l que Dieu nous a parl. L'ternel est le Dieu desarmes; l'ternel est son nom."30Notre propre langue nous fournit la preuve que zro tait un cercle chez les Chaldens. Qu'est-ce en effetque zro, le nom d'un chiffre, sinon un cercle? Et d'o avons-nous cette expression sinon des Arabes,comme eux-mmes l'avaient prise aux Chaldens, le premier peuple au sein duquel aient fleuril'arithmtique, la gomtrie et aussi l'idoltrie? Zro, dans ce sens vient videmment du Chalden zer,"entourer", qui, son tour, a donn naissance au nom Babylonien appliqu une grande priode detemps, "saros", (BUNSEN, tome I, p. 711-712). Celui que les Chaldens regardaient comme le GrandGerme tant tenu pour le soleil incarn (voir ch. 3, art. 1) et l'emblme du soleil tant une circonfrence(BUNSEN, tome I, p. 335, n/4), la relation hiroglyphique entre zro la circonfrence et zro la semences'tablit aisment.31D'aprs Gense I, 2, l'Esprit de Dieu flottait sur les eaux (c'est l'expression dans l'original); il est videntque la colombe avait t de bonne heure l'emblme du Saint-Esprit.Les trois ttes sont arranges autrement dans le spcimen de Layard, mais toutes les deux sont videmmentdestines symboliser la mme grande vrit, bien que toutes ces reprsentations de la Trinit avilissent lesides de ceux parmi lesquels on trouve ces images, au sujet de ce mystre sublime de notre foi. Dans l'Inde,la divinit suprme est aussi reprsente de la mme manire dans l'un des temples les plus anciens de cepays; elle a trois ttes sur un seul corps et porte le nom de "Eko Deva Trimurti27", "un Dieu trois formes".Au Japon, les Bouddhistes adorent leur grand dieu Bouddha avec trois ttes, sous la mme forme et sous lenom de "San Pao Fuh28". Toutes ces images existaient depuis l'Antiquit. Tout en tant empreinte d'idoltrie,la notion d'une Trinit tait universelle chez toutes les nations anciennes du monde: cela montre combien taitprofondment enracine dans l'humanit la doctrine originelle qui vient si manifestement de la Gense29. Lessymboles de la figure de Layard dont nous avons parl, sont trs instructifs si on les examine attentivement.Pour lui, le cercle de cette figure signifie "le temps illimit". Mais il est vident que le sens hiroglyphiquede ce cercle est bien diffrent. En Chalden un cercle se dit Zro30; et Zro signifie aussi la semence. Aussi,d'aprs le gnie du systme mystique des Chaldens, qui tait dans une large mesure fond sur des mots double sens, ce qui pour le vulgaire tait simplement un Zro, "une circonfrence", tait pour les initis Zro"lasemence".Maintenantsionconsidrecepointdevuel'emblmetripledelaDivinitsuprmedesAssyriensonvoitclairementquelleavaittl'originelafoipatriarcale.Toutd'abord,ilyalatteduvieillard, puis il y a le Zro, ou le cercle, c'est--dire la semence; enfin, les ailes et la queue d'une colombe31,tout cela montre, d'une manire blasphmatoire, l'unit du Pre, de la semence ou du Fils, et du Saint-Esprit.Telle tait la manire dont l'idoltrie paenne avait tout d'abord reprsent le Dieu en trois personnes, cettereprsentation avait dur mme aprs Sennachrib; mais il n'en est pas moins certain qu' une poque plusrecule, les notions Babyloniennes de la Divinit s'taient profondment modifies; et les trois personnestaient devenues le Pre ternel, l'Esprit de Dieu incarn dans une mre humaine et le divin Fils, fruit de cetteincarnation.241JAMBLICHUS, Les Mystres, sect. VII, ch. III.2KITTO, Commentaire illustr, vol. IV, p. 81.3Indrani, femme du dieu Hindou Indra; voir Recherches Asiatiques, vol. VI, p. 393.4WARD, tudes des Hindous, d'aprs les Recherches de Kennedy sur la Mythologie ancienne etmoderne, p. 196.5Osiris, comme l'enfant appel d'ordinaire Horus. BUNSEN, vol. I, p. 438 compar avec p. 433-434.6KENNEDY, Mythologie Hindoue, p. 49. Quoique tant l'poux d'Isi, Iswara est aussireprsent commeun enfant son sein. Id. p. 338. Note.7DYMOCK, Dictionnaire classique, Cyble et Deoius.8Oeuvres de CICRON, De divinatione, liv. II, ch. 41. Vol. III, p. 77.9SOPHOCLE, Antigone, vers 1133.10PAUSANIAS, liv. I. Attica, ch. 8.11En Italien, le nom de la Vierge est la traduction d'un titre de la desse babylonienne. Baal ou Belus taitle nom de la grande divinit mle des Babyloniens, et la divinit femelle tait Beltis (HESYCHIUS,Lexique, p. 188). Ce nom se trouve aussi Ninive, pour la mre des dieux (VAUX, Ninive et Perspolis,p. 459); et dans un discours attribu Nebuchadnezzar (EUSBE, Praepar. Evang. liv. IX, ch. 4), lesnoms Belus et Beltis sont joints comme ceux des grands dieu et desse de Babylone. Le Grec Belus, plushaut titre du dieu babylonien, tait incontestablement "Baal le Seigneur". Beltis, nom de la divinitfemelle, quivalent Baalti, soit en latin Mea domina et en italien, par altration, madonna. ce sujet,Junon la reine des ci eux, en Grec Hra, signifi ait aussi "l a Dame" et le tit re de Cyble ou Rha Rometait domina ou la dame, comme Athn, nom de Minerve Athnes. Le nom hbreu Adon, le Seigneur,Athon avec l es points voyelles, t ait connu des Grecs d'Asi e (qui apportrentl'idolt rie en Grce)commeun nom de Dieu, sous la forme Athan. Eustate, dans une note sur la Periergesis de Dionysius (v. 915,apud BRYANT, vol. III, p. 140), dit que Athan est dieu. Athan au fminin est Athana, la Dame, d'oAthena en attique. Minerve est reprsente comme une vierge, mais Strabon (liv. X, ch. 3, p. 405) ditFig. 5Fig. 6Article 2 - La Mre et l'Enfant, et l'original de l'EnfantAvec une pareille thorie, la premire personne de la Divinit tait mise de ct dans lapratique.tantlegrandDieuInvisiblequin'intervenaitenriendansleschosesdel'humanit, il devait tre ador dans le silence1, c'est--dire qu'en ralit il n'tait pas ador2dutoutparlamultitude.Lemmetraitestaujourd'huimisenreliefdansl'Inded'unemanire frappante. Quoique Brahma, d'aprs les livres sacrs, soit la premire personne dela triade Hindoue, et que la religion de l'Hindoustani soit dsigne par son nom, cependanton ne l'adore jamais3, et dans l'Inde entire, c'est peine s'il existeaujourd'huiunseultempledeceuxqu'onlevait autrefoisensonhonneur4. Il en est de mme en Europe, dans les pays o le systmepapal s'est le plus compltement dvelopp. Dans l'Italie papale, del'avisdetouslesvoyageurs(sauflol'vangilearcemmentpntr) il n'y a presque plus aucune trace d'adoration du Roi ternelet Invisible, tandis que la mre et l'enfant sont les deux grands objetsdu culte. Il en tait absolument de mme dans l'ancienne Babylone.Les Babyloniens dans leur religion populaire adoraient par-dessus tout une mre desseet son fils, qui tait reprsent dans les tableaux et par des statues comme un petit enfantdans les bras de sa mre (fig. 5 et 6). De Babylone le culte de la Mre et de l'Enfant serpandit jusqu'au bout du monde. En gypte, la Mre et l'Enfant taient adors sous lesnoms d'Isis et d'Osiris5.Dans l'Inde, mme aujourd'hui, sous les noms d'Isi et d'Iswara6. En Asie, c'est Cyble et Deoius7. Dans laRomepaenne,laFortuneetJupiterPuer,ouJupiterl'enfant8.EnGrce,GrslagrandeMreavecunnourrisson au sein9, ou Irne, la desse de la paix, avec l'enfant Plutus dans les bras10, et mme au Thibet, auJapon, en Chine, les missionnaires Jsuites ont t bien surpris de trouver la contrepartie de la Madone11 et25qu' Hierapytna en Crte (MULLER, Les Doriens, vol. I, p. 413, leurs pices de monnaie portent eneffigie les symboles athniens de Minerve) elle passait pour tre mre des Corybantes par Hlius, leSoleil. La Minerve gyptienne, prototype de la divinit athnienne tait mre, et s'appelait Mre ouMre des dieux (WILKINSON, vol. IV, p. 285.)12CRABB, Mythologie, p. 150. Gutzlaff croyait l'origine papale de Shing Moo. Ici, les histoires paenneset chrtiennes se mlangent. Sir J. F. Davis montre que les chinois de Canton trouvent une telle analogieentre la divinit Kuanyin et la madone papale, qu'ils les dsignent par le mme nom (DAVIS, La Chine,vol. II, p. 56). Les missionnaires jsuites disent que leurs livres sacrs mentionnent une mre et unenfant similaires la Madone et Jsus (PRE LAFITAN, Moeurs des Sauvages Amricains, tome I, p.235). Un de ses noms est Ma-Tsoopo. Voir Appendice, note C.son enfant adors aussi dvotement que dans la Rome papale elle-mme; Shing-Moo, la Sainte Mre desChinois tait reprsente avec un enfant dans les bras, et entoure d'une gloire, absolument comme si unartiste catholique Romain avait pris soin de la peindre12.2613Sir H. Rawlinson ayant dcouvert Ninive les preuves de l'existence d'une Smiramis, six ou sept siclesavant J.-C., parat la considrer comme la seule Smiramis qui ait jamais exist. Mais c'est renversertoute l'histoire. Il est hors de doute qu'il y a eu une Smiramis aux premiers ges du monde. (JUSTIN,Hist., p. 615). Voir l'historien CASTOR, dans les Fragments de Cory, p. 65, quoique des exploits decelle-ci aient pu tre videmment attribus celle-l. M. Layard n'est pas du mme avis que Sir H.Rawlinson.14DIODORE DE SICILE, liv. II. p. 76.15ATHNAGORE, Legatio, p. 178, 179.16Chronique Paschale, vol. I, p. 65.17De Bakhah, pleurer ou se lamenter. Chez les Phniciens, dit Hesychius, Bacchos veut dire pleurant, p.179. Comme les femmes pleuraient Tammuz, elles pleurrent aussi Bacchus.18SERVIUS, dans Gorg. liv. I, vol. II, p. 197 et Enide, liv. VI, tome I, p. 400.19De Nin, en hbreu, un fils.20Sous ce caractre, Rha tait appele par les Grecs, Animas, voir Hesychius au mot: Ammas. Ammas estvidemment la forme Grecque du Chalden Ama, mre.21LAYARD, Ninive et ses ruines, tome II, p. 480.22BUNSEN, tome I, p. 438-439. Mari, nom de la mre, donn Osiris, semble tre mme usit parminous, quoiqu'on ne puisse douter de son sens ou de son origine. Hrodote raconte qu'en gypte il futsurpris d'entendre le mme chant triste mais dlicieux de Linus chant par les gyptiens (sous un autrenom), qu'il entendait d'ordinaire en Grce, sa patrie (HROD. liv. II, ch. 79). Linus tait le mme dieuque Bacchus en Grce ou Osiris en gypte: Homre dcrit un enfant chantant le chant de Linus pendantles vendanges (Iliade, liv. XVII, v. 569-571), et le scholiaste dit que c'tait en mmoire de Linus qui futdchir par des chiens. L'pithte de chien est prise dans un sens mystique et plus loin on verra quelpoint son autre nom, Narcisse, l'identifie au Grec Bacchus et l'gyptien Osiris. Dans certaines villesd'gypte, pour le chant de Linus ou Osiris, on avait une mlodie particulire. Savary dit que dans letemple d'Abydos. le prtre rptait les sept voyelles en forme d'hymnes et que les musiciens ne pouvaienty entrer (Lettres, p. 566). Strabon que cite Savary, appelle le dieu de ce temple, Memnon, mais Osiristait le grand dieu d'Abydos ce qui prouve qu'il s'agissait du mme dieu (WILKINSON, tome IV, p. 344-345). Le nom de Linus ou Osiris, en tant que mari de sa mre, en gypte tait Kamut (BUNSEN, tome I,p. 373-374). Quand Grgoire le Grand introduisit dans l'glise Romaine les chants Grgoriens, il lesemprunta aux mystres Chaldens longtemps tablis Rome. Eustache, prtre Romain, prtend que ceschants avaient t composs surtout d'airs Lydiens et Phrygiens (Tour classique, tome I, p. 377). LaSection 1 - L'Enfant en AssyrieL'original de cette mre si gnralement adore tait, nous avons des raisons de le croire, cette mmeSmiramis13 dont nous avons dj parl. Elle tait adore par les Babyloniens14 et d'autres peuples de l'Orient15sous le nom de Rha16 la grande desse Mre. C'tait du fils, cependant, qu'elle tenait toute sa gloire et tousses titres la dification. Ce fils, quoique reprsent comme un enfant dans les bras de sa mre, tait unepersonne d'une grande stature, d'une immense force corporelle, et de manires sduisantes. Dans l'critureil est dsign sous le nom de Tammuz (zchiel VIII, 14) mais les crivains classiques l'appellent d'ordinairedu nom de Bacchus. C'est--dire "le Regrett"17. Le nom de Bacchus ne rappelle au lecteur ordinaire qu'uneidededbauchesetd'ivrognerie,maisonsaitaujourd'huiquedanstouteslesabominationsquiaccompagnaient ses orgies, on poursuivait ouvertement ce grand but: la purification des mes18, c'est--direleur dlivrance du pch et de ses souillures. Le dieu Regrett qu'on exposait et qu'on adorait sous la formed'un petit enfant dans les bras de sa mre parat avoir t le mari de Smiramis, dont le nom, Ninus, par lequelil est ordinairement connu dans l'histoire classique, signifie littralement le Fils19. Comme Smiramis, lafemme, tait adore sous le nom de Rha, dont le caractre distinctif tait celui de la grande Mre Desse20,la runion de l'pouse avec l'poux sous le nom de Ninus ou le Fils, suffisait expliquer l'origine du cultetrange de la Mre et du Fils, si rpandu parmi les nations de l'antiquit; et c'est l sans doute l'explicationde ce fait qui a tant embarrass ceux qui se sont occups de l'histoire ancienne, que Ninus est quelquefoisappell'poux,etquelquefoisleFilsdeSmiramis21.C'estaussicequiexpliquel'originedelammeconfusion des rapports qu'il y avait entre Isis et Osiris, la Mre et l'enfant des gyptiens; car, ainsi que lemontre Bunsen, Osiris tait reprsent en gypte la fois comme le fils et le mari de sa mre, et portaitcomme titre de dignit et d'honneur le nom de mari de la mre22.27Lydie et la Phrygie taient les principaux siges des mystres, dont les gyptiens n'taient qu'unebranche. Ces airs sacrs taient la musique du grand dieu: Grgoire introduisit ainsi la musique deKamut. Selon toute apparence, le nom d'Osiris ou Kamut, le mari de la mre, est devenu chez nous lenom de l'chelle musicale. Cy'est-ce la mlodie d'Osiris, sept voyelles formes en hymne, sinon lagamme?23Le nom d'Assyriens, comme on l'a dj vu, a un sens trs tendu chez les auteurs classiques: il dsigneles Babyloniens aussi bien que les Assyriens proprement dits.24 24. JUSTIN, Trogus Pompeius, Hist. Rom. Script., vol. II, p. 651.25DIODORE, Bibliotheca, liv. II, p. 63.Ces dtails jettent encore de la lumire sur ce fait dj remarqu, que le Dieu Hindou Iswara est reprsentcomme un nourrisson au sein de sa propre femme Isi, ou Parvati.Or ce Ninus, ou le Fils, port dans les bras de la Madone Babylonienne, est dcrit de telle manire que nouspouvons l'identifier avec Nemrod. Ninus, roi des Assyriens23, nous dit Trogue Pompe, rsum par Justin, "futlepremierqui,animd'unepassionnouvelle,ledsirdesconqutes,changealesmoeurspaisiblesdel'antiquit. Il fit le premier la guerre ses voisins et conquit toutes les nations depuis l'Assyrie jusqu' laLybie, car elles ignoraient encore l'art de la guerre24." Diodore de Sicile nous donne un rcit qui s'accordeentirement avec celui de Trogne Pompe; il ajoute mme un trait qui dmontre plus compltement cetteidentit:"Ninus,dit-il,leplusancienroid'Assyriementionnparl'histoire,fitdegrandesactions.Naturellement belliqueux, et ambitieux de la gloire qui vient de la valeur, il arma un nombre considrable dejeunes gens braves et vigoureux comme lui, leur fit faire pendant longtemps des exercices laborieux et depnibles travaux, et les accoutuma ainsi endurer la fatigue de la guerre et affronter courageusement lesdangers25." Puisque Diodore fait de Ninus le plus ancien roi d'Assyrie et qu'il le reprsente comme ayantinaugur ces guerres qui ont lev sa puissance un degr extraordinaire en lui soumettant les habitants dela Babylonie, cela montre qu'il occupait exactement la mme position que Nemrod dont l'criture dit: "Ce futle premier qui commena tre puissant sur la terre (I Chroniques I, 10), et il rgna d'abord sur Babylone."(Gense X, 8). Comme les constructeurs de Babel, lors de la confusion de leur langage, furent disperss aveclui sur la surface de la terre et quittrent la ville et la tour qu'ils avaient commenc de btir, Babylone, commecit, n'existait pas avant que Nemrod, en y tablissant son pouvoir, en ft le fondement, et le point de dpartde sa grandeur. ce point de vue donc, l'histoire de Ninus et celle de Nemrod s'accordent exactement. Lamanire dont Ninus obtint son pouvoir est aussi la mme dont Nemrod leva le sien. Il est hors de doute quece fut en endurcissant ses partisans aux fatigues et aux dangers de la guerre, qu'il les forma peu peu aumtier des armes et qu'il les prpara l'aider dans l'tablissement de sa souverainet absolument commeNinus, en accoutumant ses compagnons pendant longtemps des exercices pnibles et de durs travaux, lesrendit propres faire de lui le premier roi des Assyriens.Les conclusions que nous tirons de ces tmoignages de l'histoire se trouvent puissamment confirmes pard'autres considrations. Nous avons dans Gense X, 11, un passage qui, bien compris, jette une vive lumiresur le sujet. Voici ce passage tel que le donne la version ordinaire: "De ce pays-l sortit Asshur, et il btitNinive." Il y est dit comme si c'tait une chose extraordinaire, qu'Asshur sortit du pays de Schinar, tandis quela race humaine en gnral venait du mme pays. Cette version se fonde sur cette hypothse qu'Asshur avaitune sorte de droit divin sur ce pays, et qu'il en avait t en quelque sorte chass par Nemrod: mais aucun autrepassage du contexte ne fait la moindre allusion ce droit divin et je ne crois pas qu'on puisse le prouver. Deplus,cettetraductionreprsenteAsshurcommetablissantdanslevoisinageimmdiatdeNemrodunroyaume aussi puissant que celui de Nemrod lui-mme: Asshur btit quatre cits, dont l'une est appele paremphase "la grande" (Gense X, 12). Nemrod d'aprs cette interprtation, btit exactement le mme nombrede villes, dont aucune n'est caractrise comme "grande". Or, il est tout fait invraisemblable que Nemrodait support patiemment prs de lui un rival si puissant!2826Voir le Lexique Chalden, dans Clavis Stockii, o le verbe asher est traduit par: il affermit, il fortifia.Ashur, le participe pass, est donc: "affermi, fortifi". Mme en hbreu ce sens parat inhrent ce verbe,comme on peut le conclure du mot te-ashur: nom du buis (sae LX, 13); le bois de cet arbre est, eneffet, remarquable par sa duret et sa cohsion. Mais dans le sens hbreu ordinaire, le sens estmatriellement le mme; car Asher signifie prosprer ou rendre prospre. Ashur au participe pass, doitsignifier ayant prospr ou rendu prospre.27JUSTIN, Hist. Rom. Script, vol. II, p. 615. Voici l'original: Ninus magnitudinem quaesitae dominationiscontinua possessione firmavit. Cum, accessione virium fortior, ad alios transiret, et proxima quaequevictoria instrumentum sequentis esset, totius Orientis populos subegit.28Nin-neveh, la demeure de Ninus.29LAYARD, Ninive et ses ruines, tome I, p.7, et passi m.30Voir GRGOIRE DE TOURS, De rerum Franc, liv. I,apud BRYANT, tome II p. 403, note.Grgoire attribue Cush ce qu'on croyait gnralement convenir son fils; mais son tmoignage montreque de son temps, on croyait, ce qui est amplement confirm par d'autres preuves, que Cush avaitpuissamment contribu dtourner l'humanit du culte du vrai Dieu. 31Herms se dcompose ainsi:1/Her, qui en Chalden est synonyme de Hem ou Khem, le brl. Comme Her, ou le brlant, ce nom aservi de point de dpart pour identifier d'une manire voile Ham avec le soleil et pour difier ainsi legrand patriarche dont le nom a servi dsigner l'gypte par rapport au soleil. Khem ou Hem sous sonpropre nom tait ouvertement ador jadis dans le pays de Hem (BUNSEN, tome I, p. 373), mais celaaurait t d'abord trop tmraire. Cependant, grce Her, son synonyme, la voie tait trace. Her est lenom de Horus, identique au soleil (BUNSEN, vol. I, p. 607) ce qui montre que l'tymologie relle dunom vient du verbe auquel je la rattache.2/ Mes de Mesbeh (ou sans le radical qu'on peut omettre, voir PARKHURST, sub voce, p. 416)produire. En gyptien, nous avons Ms dans le sens de mettre au jour, (BUNSEN vol. I, SignesHiroglyphiques, Append.b: 43, p.510) ce qui est videmment une forme diffrente du mme mot. Aupassif, nous trouvons Ms. (BUNSEN, Vocab, Append. I, p. 470, en bas, etc. Ms... n). Le radical deMesheh, dans le Lexique de Stockius, est en latin "extraxit" et notre mot extraction, appliqu lanaissance ou l'origine montra qu'il y a rapport entre le sens gnrique de ce mot et la naissance. Cedriv explique le sens des noms des rois gyptiens, Ramesses et Thothmes; le premier est videmmentPour rsoudre ces difficults, on a propos de traduire aussi: "Il (Nemrod) sortit de ce pays et vint Asshur",ou en Assyrie. Mais alors, selon la grammaire, il faudrait qu'il y et dans le texte "Assurah", avec le signedemouvementversunlieu,tandisqu'ilyasimplementAsshur,sanssuffixe.Jesuispersuadquelaperplexit des commentateurs, propos de ce passage, vient de la supposition qu'il y a l un nom propre,tandis qu'en ralit il n'y en a pas du tout. Asshur est le participe passif d'un verbe qui en Chalden signifie rendre fort26, et veut par consquent dire: rendu fort, ou fortifi. Si on lit ainsi ce passage il devient clair etnaturel: (Gense X, 10) "Et il commena rgner sur Babel, Erech, Accad et Calneh." Un "commencement"implique videmment une suite, et cette suite la voici: (Gense X, 11) "Il vint hors de ce pays, lorsqu'il futdevenu fort, (Asshur) et il btit Ninive etc." Or, ceci s'accorde parfaitement avec la dclaration de l'histoireancienne de Justin: "Ninus augmenta par des conqutes incessantes l'tendue de ses possessions. Il soumitses voisins, recruta encore des troupes pour aller combattre d'autres peuplades, et chaque victoire nouvelleluiprparantainsilecheminpourd'autresencore,ilvainquittouslespeuplesdel'Orient27."AinsidoncNemrod ou Ninus btit Ninive; et l'origine du nom de cette ville en tant qu'habitation de Ninus, s'expliqueaisment28. Nous voyons aussi par l pourquoi le nom de la principale partie des ruines de Ninive s'appelleaujourdhui Nimroud29.Ninusdoncn'estautrequeNemrod;etl'explicationquecetteaffirmationnousdonnedecertainsfaitsinexpliqus de l'histoire ancienne confirme puissamment la justesse de cette conclusion. Ninus dit-on, fut lefils de Belus ou Bel, et Bel, dit-on, fut le fondateur de Babylone. Si Ninus fut en ralit le premier roi deBabylone, comment Belus ou Bel son pre peut-il en avoir t le fondateur? Les deux pourraient bien l'avoirt, comme on le verra quand nous aurons examin qui tait Bel et ce que nous pouvons connatre de sesactions. Si Ninus etNemrod n'taient qu'un, qui tait le Bel de l'histoire? Ce doit avoir t Cush; car Cushengendra Nemrod (Gense X, 8) et on fait ordinairement de Cush le chef de la grande apostasie30. Mais Cushcomme fils de Ham tait Herms ou Mercure; car Herms est un synonyme gyptien du fils de Ham31. Or,29le fils de Ra, ou le Soleil, car Ramesses est Hliou paiz (AMMIEN MARCELLIN, liv. 17, ch. 4, p. 162)le dernier de mme veut dire le fils de Thoth. Pour la mme raison, Her-mes veut dire le Fils de Her ouHam le brl, c'est--dire Cush.32HYGINUS, Fab. 142, p. 114. Phorone, parat-il, tait roi cette poque. 33Janus tait ainsi appel dans les hymnes les plus anciens des Saliens, MACROBE Saturn. liv. I, ch. 9, p.54, c. 2. H.34Terentianus Maurus l'appelle "Principium Deorum". BRYANT, vol. III, p. 82.35Me Chaos antiqui, man, res sum prisca, vocabant. Fastes, liv. I, v. 104, vol. III, p. 19.36Le nom de Cush est aussi Khs, sh en Chalden devenant souvent s; et Khus dans la prononciation,devient naturellement Khawos ou Khaos sans digamma. Herms tait le grand prophte qui donna naissance l'idoltrie: car il tait reconnu par les paens commel'auteur de leurs crmonies religieuses et comme l'interprte des dieux.Le clbre Gsnius l'identifie avec le Babylonien Nebo, dieu de la prophtie; et Hyginus montre qu'il taitconnu comme principal acteur dans ce mouvement qui produisit la confusion des langues. Voici ses paroles:"pendant longtemps les hommes vivaient sous le gouvernement de Jove (videmment ce n'est pas l le Jupiterdes Romains, mais le Jhovah des Hbreux) sans villes et sans lois, parlant tous le mme langage. MaisMercure ayant interprt les discours des hommes, (de l le nom de Hermeneutes donn un interprte)spara aussi les nations. Ds lors la discorde commena32." Ici il y a videmment une nigme. CommentMercure ou Herms avait-il besoin d'interprter le langage des hommes puisqu'ils parlaient tous le mmelangage? Il faut pour le comprendre s'en rapporter au langage des mystres. Peresh, en Chalden, signifieinterprter, mais ce mot tait autrefois prononc par les gyptiens et les Grecs, et souvent par les Chaldenseux-mmes de la mme manire que "Pres", diviser. Mercure, donc, ou Herms, ou Cush, le fils de Ham,tait "celui qui spare les langages". C'est lui, semble-t-il, qui aurait t le promoteur du projet de construirela grande cit et la tour de Babel; et comme le titre bien connu de Mercure (l'interprte des dieux) paratl'indiquer, il les aurait encourags au nom de Dieu continuer leur tmraire entreprise, il aurait ainsi amenla confusion des langues et la dispersion des hommes sur la terre. Or, rapprochez cela du nom de Belus, ouBel donn au pre de Ninus ou Nemrod. Tandis que le nom de Belus reprsentait la fois le Baal et le Beldes Chaldens, c'tait cependant deux titres distincts. Ces titres taient souvent donns au mme dieu, maisils avaient deux sens entirement diffrents. Baal, comme nous l'avons dj vu signifiait le Seigneur; maisBel signifiait celui qui confond. Quand donc nous lisons que Belus, pre de Ninus, btit ou fonda Babylone,peut-on douter dans quel sens on lui donne le titre de Belus?C'tait videmment dans le sens de Bel, celui qui confond. C'est ce sens du nom du Babylonien Bel queJrmie fait une allusion bien claire quand il dit: (Jrmie L, 2) "Bel est confondu", c'est--dire: celui quiconfondait est maintenant confondu. Cush tait connu de l'antiquit paenne sous le caractre mme de Bel,celui qui confond, c'est ce que dmontre trs clairement un passage d'Ovide: c'est le passage o Janus le dieudesdieux33,duqueltouslesautresdieuxtirentleurorigine,ditdelui-mme34:lesanciensm'ontappelChaos35. Or,1/ ce passage montre d'une manire dcisive que le Chaos tait non seulement connu comme un tat deconfusion, mais comme le dieu de confusion.2/ Tous les lecteurs un peu au courant des rgles de la prononciation du Chalden savent que le Chaosest prcisment une des formes usites du nom de Chus ou Cush36.3037Dans Proverbes XXV, 18, une massue ou marteau est "Mephaitz" dans Jrmie. LI, 20, le mme motsans le Jod, est employ videmment pour marteau. 38Gense XI, 9. 39Il y a plusieurs exemples d'un pareil changement. Ainsi Botzra devient en Grec Bost ra, et Mitzram,Mestram. Pour ce dernier, voir BUNSEN, tome. I, p. 606, 609.40Vulcain dans le Panthon classique n'avait pas d'ordinaire une si haute place, mais en gypte Hephastosou Vulcain, tait appel le pre des dieux, AMMIEN MARCELLIN, liv. XVII.41Merodach vient de Mered, se rvolter, et Dakh, pronom dmonstratif, qui donne un sens emphatiquesignifie ce ou le Grand. 42Tout en ayant l'origine ci-dessus indique, les noms de Bel et Hephastos n'taient pas des nomsimpropres quoique dans un sens diffrent, pour les dieux guerrie

Welcome message from author
This document is posted to help you gain knowledge. Please leave a comment to let me know what you think about it! Share it to your friends and learn new things together.